Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Implication française dans le génocide au Rwanda. Une vérité au compte-gouttes

par Le Canard Enchaîné 18 Avril 2015, 11:10 France Rwanda Génocide Françafrique Armée française Déclassification Articles de Sam La Touch

Implication française dans le génocide au Rwanda. Une vérité au compte-gouttes
Rwanda, une vérité au compte-gouttes
Le Canard Enchaîné, 15 avril 2015



* Le chapô est de SLT 
Implication française dans le génocide au Rwanda. Une vérité au compte-gouttes

Un beau geste, assurément, en mémoire du génocide rwandais en 1994. A l'occasion du 21ème anniversaire (le 7 avril), Hollande a décidé la déclassification de plusieurs archives (jusque-là confidentielles) du président de l'époque, François Mitterrand. Qu'en attendre ? Le document décisif qui fera enfin la lumière sur le rôle de la France dans ce petit pays de la région des Grands Lacs ?

Peu de chances. Car une partie de ces papiers, en réalité, a déjà fuité et a été publié, en 2012, sous le titre "Rwanda : les archives secrètes de Mitterrand" (éditions Aviso). On y retrouvait des notes et courriers des principaux conseillers de Tonton : Hubert Védrine, Anne Lauvergeon, Bruno Delaye ou Jean-Christophe Mitterrand. Des conseillers civils, mais aucun militaire. Or, dans les documents déclassifiés, les galonnés sont de nouveau absents : ni l'amiral Jacques Lanxade, chef d'état-major particulier du Président de 1989 à 1991, puis grand patron des armées jusqu'en 1995, ni le général Christian Quesnot, qui lui succéda auprès de Mitterrand de 1991 à 1995, ni le général Jean-Pierre Huchon, son adjoint de l'époque, chargé du dossier rwandais, n'apparaissent.

Dommage, c'est par eux que passaient les principales informations et décisions concernant la présence française dans cette zone de l'Afrique. Leurs petits papiers auraient pu éclairer quelques questions toujours dans l'ombre. Quelle connaissance exacte l'Elysée avait-il de l'ampleur du massacre ? Quelles étaient les mobiles exactes de l'opération "Turquoise" (juin 1994), officiellement destinée à limiter les tueries, mais qui permit l'évacuation de milliers de génocidaires vers le Zaïre de Mobutu ? Quel fut le résultat de l'enquête interne commandée par l'armée pour faire la lumière sur les allégations de viols et d'exactions des soldats de "Turquoise" ?

De prochaines vagues de "déclassification" doivent succéder à celle-là. Mais, au train où avance la vérité sur le génocide, va-t-il rester beaucoup de survivants ?

commentaires

Haut de page