Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accord Tel-Aviv / Kigali. Israël : les réfugiés africains tu n'accueilleras point (JAI)

par JAI 6 Mai 2015, 20:35 Israël Rwanda Immigration Israélafrique Racisme

Un rapport accuse les autorités de se débarrasser des clandestins subsahariens sans s'assurer que leurs droits seront garantis. Au mépris de toutes les conventions internationales

C'est Paul Kagamé en personne qui a fini par confirmer la rumeur : "Oui, nous avons été approchés. Je sais qu'il y a eu des discussions entre le Rwanda et Israël, et qu'il y a un débat dans l'État hébreu autour de ces migrants africains." Ce que ne dit pas le président rwandais ou qu'il feint d'ignorer, c'est que l'accord en gestation avec l'État hébreu et l'éventuel transfert massif de clandestins vers son pays doit rapporter des millions de dollars à Kigali.

>> À lire aussi : La ministre rwandaise Louise Mushikiwabo en visite officielle en Israël

Une manne qui prendrait la forme de subventions sur l'achat de technologies israéliennes, notamment agricoles, les deux pays ayant opéré un net rapprochement depuis la visite à Jérusalem, en 2013, de Kagamé. Les autorités israéliennes assurent que les pourparlers engagés avec plusieurs États africains, dont l'Ouganda, doivent permettre à ses clandestins - dont 93 % sont d'origine soudanaise et érythréenne - de quitter l'État hébreu de "manière sûre et respectable".

"Notre offre inclut un billet d'avion et 3 500 dollars [environ 3 250 euros], ce qui n'est pas une petite somme dans ces pays, souligne le ministre israélien de l'Intérieur, Gilad Erdan. Ils bénéficieront de visas et pourront travailler." Cette démarche s'inscrit dans un plan global destiné à encourager le "départ volontaire" des quelque 42 000 clandestins subsahariens recensés sur la Terre promise.

>> À lire aussi : Israël : plus de 30 000 migrants africains manifestent à Tel-Aviv

Indifférence

D'après la convention de l'ONU sur les réfugiés, un demandeur d'asile ne peut être expulsé vers un autre pays tant que ses droits et son bien-être ne sont pas garantis. "Or le gouvernement israélien refuse de dévoiler le contenu des prétendus accords conclus avec l'Ouganda et le Rwanda, note l'avocat Oded Feller, qui représente l'Association pour les droits civiques en Israël [Acri]. Je doute même qu'il y ait un document écrit."

Selon les données officielles fournies à la Cour suprême par les autorités, près de 6 000 ressortissants érythréens et soudanais ont "volontairement" quitté le territoire israélien en 2014. Les organisations de défense des droits de l'homme portent ce chiffre à 9 000 sur les deux dernières années. En Israël, le sort de ces clandestins subsahariens suscite une relative indifférence, à l'exception d'une poignée d'ONG qui militent bec et ongles contre la politique d'immigration répressive de Tel-Aviv.

"Les demandeurs d'asile sont envoyés à la salle des tortures", résume Haaretz dans un éditorial du 9 mars. Le quotidien israélien de gauche s'appuie sur un rapport de cinquante pages rédigé conjointement par Assaf et Hotline for Migrant Workers, deux organisations d'aide aux réfugiés. Ces dernières, en dépit des difficultés à joindre des personnes bien souvent privées de téléphone et d'accès à internet, sont parvenues à compiler près de quarante-sept témoignages...


Lire la suite de l'article sur Jeuneafrique.com : Immigration | Israël : les réfugiés africains tu n'accueilleras point

Haut de page