Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cameroun : le Maire Kingué dénonce les sociétés "négrières" françaises à la Cour suprême (Cameroon Voice)

par Cameroon Voice 22 Mai 2015, 14:05 Cameroun France Exploitation Françafrique Paul Eric Kingué Prison néocolonialisme

La première décision de la cour suprême est tombé ce jeudi 21 mai 2015. L'ancien Maire de Njombé Penja, M. Paul Eric Kingué, devra encore attendre jusqu'au 18 juin 2015 pour être fixé sur son sort. Les juges statuaient sur deux recours en cassation introduits depuis cinq ans par l'ancien Maire de Njombé-Penja. Paul Eric Kingué avait auparavant quitté sa cellule de la prison centrale de Douala-New-bell à destination de la Cour suprême à Yaoundé.

Paul Eric Kingué s'est exprimé devant la cour à la demande de la présidente avec les mots suivants : « Ce qui me fait tenir depuis 08 ans, bien qu'il y ai eu des violations ostentatoires dans mon affaire, c'est que j'ai toujours eu confiance en la cour suprême. Depuis 08 ans, nous étions 40, il y a eu 11 morts et d'autres ont eu des AVC ».

Cameroonvoice vous propose de nouveau ci-dessous, la plaidoirie de l'élu du peuple et Maire Paul Eric Kingue.

=====================

Lettre Ouverte de Paul Eric Kingué au monde libre écrite en 2010


Mesdames et Messieurs,

Je saisis l'opportunité qui m'est divinement offerte, pour vous souhaiter mes vœux les meilleurs, en ce début d'année 2010. Je prie à cet effet le seigneur Tout- Puissant, de vous couvrir de ses grâces afin que vous et vos familles récoltiez les justes fruits de vos efforts durant ces 365 jours qui viennent de s'ouvrir. Vous accompagnent également, mes vœux de santé et de réussite.

Je suis Paul Eric KINGUE, Maire de Njombé-Penja, légitimement élu, mais incarcéré pour des raisons politiques depuis Février 2008, aux motifs que je suis l'instigateur des émeutes de la faim à Njombé-Penja, dans le Moungo au Cameroun.

A la suite d'un procès qui ressemblait à une véritable scène de théâtre mal conçue, j'ai été condamné à Nkongsamba, à 06 ans de prison ferme. Torturé, humilié, menacé dans cette prison par un groupe de responsables judiciaires et pénitentiaires caporalisés, c'est-à-dire à la solde de certains opérateurs économiques et hommes politiques, tirant les ficelles dans l'ombre, je n'avais pour seul soutien que Dieu, et vous tous qui m'avez soutenu partout dans le monde.

Jugé dans un procès pour des infractions que je connais ni d'Adam ni d'Eve, je suis écroué depuis bientôt deux ans, incapable d'encadrer mes jeunes enfants, parce que sans moyens et, coupé de ma famille.

UN PAN DE MA VERITE

Tout commence alors que j'avais 09 ans. Secoué par une révolte intérieure du fait de la misère profonde des parents, frères et sœurs de Njombé-Penja, (toutes tribus et religions confondues), je ruminais sans cesse, le rêve d'être en position un jour, d'apporter ma contribution dans l'amélioration des conditions de vie de cette grande famille devenue plus tard, mes électeurs.

Il faut dire que ma révolte s'accentuait au fil du temps avec la paupérisation grandissante de ces populations que j'ai tant aimées pour leurs efforts quotidiens. Une population en somme travailleuse qui, toutes les 04 heures du matin, est éveillée et en route pour les champs qu'elle ne quitte qu'à 22 heures, quelques fois avec des lampes tempêtes. Ce sont sans doute, ces efforts qui font de Njombé-Penja, un des multiples greniers agricoles du Came
roun.


EXPROPRIATION DES TERRES, SOURCE DE LA MISERE DES POPULATIONS DE NJOMBE-PENJA

Dès les années 1960, plusieurs exploitants agricoles venus de l'Europe et plus précisément de la France ont, par la puissance financière et par des jeux de passe-passe indescriptibles, fait main basse sur de larges étendues de terre, soit pour y cultiver de la banane, soit du poivre (prisé dans le monde), soit alors des fleurs ou des ananas … Conséquence, il ne restait plus qu'aux riverains, quelques bandes de terres parsemées de cailloux et sans grande fertilité. Ce qui n'a pas manqué d'effets sur la production traditionnelle et donc, sur l'autosatisfaction alimentaire des populations de Njombé-Penja.

Vers les années 1988, s'installent à Njombé-Penja, après la mort artificielle de l'OCB (Organisation Camerounaise de la Banane) vendue alors qu'elle dégageait des marges bénéficiaires non négligeables (environ 2 milliards de nos francs par an), le tandem SBM-PHP-SPNP, à capitaux français en majorité, avec quelques actionnaires camerounais dont je tais pour l'instant, les noms.

Choqué par cette privatisation qui ne visait qu'à satisfaire des intérêts d'un certain nombre d'individus, parfois insoupçonnés, et face à la misère quotidienne dans laquelle plongeaient chaque jour les populations locales, je n'ai pu supporter un t
el drame :


LE GROUPE SBM – SPNP – PHP : DES ESCLAVAGISTES SANS CŒUR

En ce moment, s'il vous arrive de descendre à Njombé-Penja, la première des choses qui vous touchera c'est l'impraticabilité des routes et pistes rurales, jonchées de nids de poules après tous les 10 mètres. Le pire c'est la poussière enveloppante dont se nourrissent tous les jours, les populations de Njombé-Penja. Vous n'y compterez pas une trentaine de maisons passablement édifiées, faute de moyens financiers d'une population meurtrie, exploitée au quotidien par les colons de nos plantations.

La localité compte 40 000 taudis construits en planches mal rabotées. Parfois sans portes, ni fenêtres. Les salaires avant mon arrestation, tournaient autour de 37 euros (ce qui me bouleversait profondément) , qu'on gagne parfois, après avoir fait des heures supplémentaires c'est-à-dire, environ 12 à 15 heures de travail par jour. Au finish, impossible pour un ouvrier, père de deux enfants, de payer son loyer et surtout, de nourrir sa famille pour ne citer que ces devoirs.

Les conditions de travail sont telles qu'il ne faut pas y penser. Très souvent sans matériel de travail, bottes, casques et autres, les ouvriers de ces plantations épandent des produits toxiques dangereux sans protection, curent des caniveaux bras et pieds nus, parfois sous les menaces des « chefs d'équipes » toujours à la solde des « chefs blancs ». Le plus curieux ici, est qu'au terme des journées de travail exténuant, ceux-ci n'ont aucun point d'eau dans la ville pour leur bain. La commune dont j'avais la charge ne pouvait s'y investir, faute de moyens financiers. Face à ce désastre qui impose que les organisations qui financent ces entreprises s'interrogent, le Maire élu que j'étais, bien que du RDPC, ne pouvait rester insensible. Qui mieux qu'un Maire dans une localité, peut mesurer le niveau de souffrance d'une population ? Quel humain peut rester indifférent aux salaires de catéchistes que ces exploitants d'un autre genre reversent aux ouvriers de leurs pla
ntations ?


MAIRE DU RDPC, MAIS PERE ET CHEF DE FAMILLE

Il peut paraître curieux que mes fonctions politiques (Président Sous-Section RDPC et Maire) donnent du tournis à tous ceux qui pensent que, militer dans le RDPC est un délit, que non ! Non parce que je pense n'avoir jamais reçu de ce parti que j'ai servi avec passion, une doctrine de destruction, de déstabilisation de l'autre. Non aussi parce qu'en réalité il existe dans ce parti, des responsables plus proches de Dieu que du diable. Seulement, les rapports des forces en son sein finissent toujours par donner raison aux serviteurs du diable, c' est-à-dire à ceux là qui, dans la course effrénée aux pouvoirs mondains, ont volontairement vendu leurs âmes, devenant par ricochet, des serviteurs irréversibles du mal.

Quant à moi, rien, mais alors rien ne passe avant la personne humaine. Fils de veilleur de nuit, je peux apprécier la misère, pour l'avoir vécue. Parce que l'ayant vécue, je ne peux jamais être complice des malheurs d'un peuple, des malheurs d'une population travailleuse qui ne demande qu'à vivre. Aucune fonction politique, aucune fonction administrative n'est assez forte pour me couper du paysan, du peuple et c'est sans doute pourquoi, je croupis injustement aujourd'hui, au fond d'une cellule, à la prison de Do
uala.


AVANT LES EMEUTES DE FEVRIER 2008

Dès ma prise de fonction à la tête de la commune de Penja, je fais un constat amer. Le bâtiment abritant la commune était semblable à une usine à café abandonnée, sans entretien, sans électricité. La commune accumulait alors quatre mois d'impayés de lumière. Elle était dans le noir. Les employés, pères et mères de famille accusaient des arriérés de salaire de 03 (trois) mois (que je m'empresse d'éponger trois semaines seulement après mon installation) .

Paradoxalement, le Préfet du Moungo d'alors percevait 250 000 (Deux cent cinquante mille) FCFA par mois, à la commune de Njombé-Penja ; le Sous-préfet aussi. Ces deux administrateurs délestaient la commune de 500 000 (Cinq cent mille) FCFA tous les mois. La Secrétaire du Sous-préfet était payée par la commune, son chauffeur aussi. Curieux de comprendre les raisons de ces dépenses qui en réalité ne cadrent pas avec les missions de la commune, j'ai été sommé par le Préfet devenu Gouverneur aujourd'hui (comme si les promotions au Cameroun ne visent que des voleurs), de ne faire aucune dénonciation. Révolté parce que je considérais déjà comme des abus, j'ai décidé en ma qualité de juge d'opportunité et de gestionnaire de cette collectivité, d'arrêter cette saignée financière qui ne s'expliquait pas, tout en redéployant à la commune ces personnels, mis indûment à la disposition du Sous-préfet et payés par ma commune.

Les réactions du Préfet et du Sous-préfet n'ont pas tardé, l'un et l'autre décidés de me faire payer chère, mon audace. Pour moi en réalité, cet argent devrait être orienté dans la construction des points d'eau potable communaux pour le bien des populations locales. J'étais alors devenu la bête à abattre pour avoir osé fermer le robinet qu'était devenue cette commune au détriment des populations écrasées par la misère.

En poussant plus loin ma curiosité, je constate, non sans réunir mes collaborateurs, que les plantations PHP, SPM et SPNP ne payent ni patente, ni enregistrements sur leurs différents baux, bref, aucune taxe communale. Dans le but d'y voir clair, je saisis par téléphone Monsieur François Armel (DG PHP), Monsieur Brethes (DG SPM), Dame Caplain (DG sociétés Caplain) leur faisant tenir parallèlement, des courriers à cet effet.

Malgré mes démarches conciliatrices, aucune des sociétés n'a daigné faire le moindre pas, si ce n'est des propositions de corruption. C'est ainsi que Sieurs Brethes et François Armel me proposent des pots de vin de 20 millions de francs CFA / Trimestre au cas où j'abandonnais ma pression pour le payement par eux, des impôts locaux. Il faut dire qu'au terme d'une expertise fiscale que j'ai commandée, la commune se voyait délester 2 755 000 000 (Deux milliards sept cent cinquante cinq millions) FCFA par an, d'impôt communaux : (sur les salaires, enregistrement, patente, taxes sur la dégradation de la chaussée, taxes agricoles, différentes délibérations …).

Dans l'unique souci d'aider ma commune et ses populations, j'ai décliné l'offre de corruption qui m'a été faite par ces négriers. Pour rétablir la commune et les populations dans leurs droits, j'ai saisi le Premier Ministre d'alors, Sieur INONI Ephraim, qui a instruit le Directeur Général des Impôts (Sieur Laurent NKODO) de reverser ces entreprises au régime de droit commun, en procédant à l'annulation des différentes exonérations dont elles se targuaient et qui, en réalité, étaient illégales, conformément au Code Général des Impôts du Cameroun (Voir lettre attachée).

En effet, ces sociétés, pour bénéficier de ces exonérations, se sont fait déclasser et enregistrer par quelques zélés de l'administration fiscale et sans doute contre pots de vin, comme sociétés coopératives agricoles qui, selon le Code Général des Impôts sont exonérées d'un certain nombre de taxes. Ce qui naturellement est une tricherie, une délinquance fiscale qui ne permet pas à la commune de Njombé-Penja d'asseoir une véritable autonomie financière.

Il était désormais évident, qu'après avoir mis fin à la spoliation par le Préfet et le Sous-préfet de fonds de la commune de Penja, après avoir traqué les entreprises esclavagistes associées à ces deux administrateurs entretenus par les premiers (carburant, avantage divers), mes jours étaient comptés à la tête de cette commune où je de
venais un empêcheur de « bouffer ».


L'ALLIANCE DU MAL

L'alliance entre les administrateurs aigris (Préfet et Sous-préfet) et les DG des bananeraies contre moi, était devenue palpable. C'est ainsi que le 12 février 2008, après la fête de la jeunesse, j'ai été reçu par le Gouverneur actuel, de la région du Littoral, qui m'informait qu'il lui a été rapporté (le Comité de Coordination du Moungo) que la veille, c'est-à-dire le 11 février, j'étais assis au moment où on exécutait l'hymne nationale. Grâce à la technologie occidentale, j'ai pu imprimer les CD-R de ladite fête, pour confondre les manipulateurs et initiateurs de ce rapport grossièrement mensonger.

Quelques CD-R remis au Gouverneur lui ont permis de se rendre compte de cette manipulation. C'est ce qui a fait ajourner mon arrestation, qui avait déjà été instruite pour ce 12 février
2008.


L'EVENEMENT FATAL

Alors que je croyais avoir échappé à l'arrestation ordonnée le 12 février 2008, les évènements du 25 février sont venus servir de prétexte pour régler une fois pour toute, les problèmes du Maire « empêcheur de bouffer ». Cloîtré chez moi les 25 et 26 février 2008 parce que n'ayant aucune force de l'ordre à ma disposition pour contenir les évènements, je n'ai pu sortir que le 27 février 2008 à la faveur de l'arrivée à Penja, d'un renfort de plus de 300 hommes du GMI et du BIR. Ce jour, le Sous- préfet et moi curieusement, avons associé nos forces pour nous adresser à une jeunesse en furie, qui a fini par nous comprendre, abandonnant la grève.

Ce jour même, la paix a été établie en présence du Colonel ALKASSOUM, venu de la légion du Littoral, qui, impressionné par nos interventions (le Sous-préfet et moi) m'avoue qu'il est à Penja depuis le 22 février 2008 (avant la grève), pour mon arrestation.

Que l'on veuille lier mon arrestation aux évènements de février 2008, n'est que manipulation politicienne. Pourtant je suis jugé pour ces évènements que je ne connais ni d'Adam ni d'Eve. Pendant 09 mois de simulacre de procès, aucun des 22 témoins du Ministère public pourtant préalablement préparés par le Parquet du Moungo n'a déposé contre moi, encore moins les 30 co-accusés qui m'ont été collés et que je ne suis venu connaître qu'
en prison.


FUITE EN AVANT

Après une parodie de procès ne reposant sur rien, et manipulé par certains haut fonctionnaires de Yaoundé, « noyé par la banane sucrée de Njombé-Penja » (suivez mon regard) et sentant le jugement de Nkongsamba non fondé juridiquement et donc susceptible d'être qualifié de politique, un nouveau procès m'a été collé sur le dos, vide comme le premier : Accusation de détournement de la somme de 1 400 000 (Un million quatre cent mille) FCFA. Après le jugement politique rendu à Nkongsamba, l'accélérateur est mis sur une accusation non prouvée par pièce, d'un détournement de 1 400 000 FCFA. De quoi s'agit-il ?

Ici, je suis accusé de « détournement » du simple fait qu'il m'est reproché d'avoir engagé une dépense sans le visa préalable du Préfet. Le Maire est l'ordonnateur du budget de la commune, juge d'opportunité de la commune. En septembre 2007, pour installer l'exécutif communal local, les conseillers municipaux arrêtent un budget à 7 000 000 (Sept millions) FCFA. Les caisses de la commune sont vides, c'est-à-dire sans argent. La tutelle exige et instruit le Receveur Municipal de procéder aux recouvrements afin de rendre possible ladite installation, à laquelle je suis opposée parce que héritant d'une commune pauvre.

En parcourant le budget communal de 2007, je m'aperçois que la ligne prévue pour les « fêtes et cérémonies » c'est-à-dire la ligne 612-112 à la commune est épuisée. Les procédures administratives et comptables exigent que, pour engager une dépense dans une ligne, il faut se rassurer que le crédit dans cette ligne est suffisant et disponible. Je me rends compte, qu'il ne reste plus que 400 000 (Quatre cent mille) FCFA seulement, disponibilité s dans cette ligne. Je procède à un virement de crédit par arrêté que je prends, et le fait viser par la tutelle (le Préfet).

L'arrêté est bel et bien visé par la tutelle. Une fois visé, je décide d'engager les dépenses liées à l'installation projetée. Conformément à la loi, le Maire est l'unique ordonnateur du budget de la commune voir loi n°18-2004/22 Juillet 2004, et donc juge d'opportunité. Pour masquer mon arrestation afin de la dépouiller de l'estampille politique, il m'est reproché de n'avoir pas fait viser une décision que j'ai prise portant dépense de 1 400 000 FCFA par le Préfet.

Il faut dire qu'aucune loi, n'oblige le Maire à faire viser ses décisions par le Préfet et seuls certains actes, limitativement énumérés par la loi n° 18-2004/22 Juillet 2004 article 70 sont soumis à l'approbation préalable du Préfet. Par ailleurs, défini dans le cadre strict de l'article 184 du code pénal, détourner c'est obtenir ou retenir frauduleusement les biens appartenant à l'Etat, aux collectivités etc.…

Autrement dit, même s'il était arrivé que la procédure comptable eût été violée, ceci ne serait pas pénal. Pour le dire aisément, la violation d'une procédure ou d'une règle de loi relève de la pure et unique compétence du juge administratif que ne sont pas les magistrats du TGI du Moungo. Dans le cas de cette procédure, aucune violation légale ne peut être soulevée car le Maire reste l'unique ordonnateur du budget de la commune et par conséquent, le juge d'opportunité. Dans ce procès, il n'est versé aucune pièce prouvant que j'ai obtenu ou retenu frauduleusement les biens de la commune.

Pourtant, le législateur a été clair, « le Juge ne peut fonder sa décision que sur les preuves administrées au cours des débats ». Aucune preuve dans ce procès n'est apportée, ou mieux, n'est administrée pour prouver que le 1 400 000 FCFA a été perçu par le Maire que j'étais. Au contraire, les reçus des prestataires sont là, pour prouver que les destinataires finaux de cette somme sont bien, les prestataires grâce auxquels, les cérémonies d'installation ont été rendues possible
s. CD-R et photos le prouvant.


HARCELEMENT JUDICIAIRE

Pas trop rassurés de retenir la culpabilité dans ce procès de 1 400 000 FCFA inventé par mes persécuteurs, le Ministère Public, a engagé un second dossier de détournement, sans me faire comparaître chez un juge d'instruction et ce, en violation de la loi, mais me renvoyant devant le juge de jugement. 2e Accusation de détournement portant sur les sommes imaginaires.

Comme un rouleau compresseur, tout est mis en branle pour me maintenir en prison. Après le 1 400 000 FCFA dont on ne peut prouver ma décharge, je suis accusé d'avoir détourné 4 960 000 FCFA donnés par la SPM et destinés à l'extension du réseau d'eau SNEC à l'hôtel de ville de Penja.

Parlant de cette somme d'argent, elle a effectivement été versée par la SPM au prestataire de service (contre décharge) pour les travaux d'installation du réseau d'eau potable à l'hôtel de ville de Penja. Seulement, conformément aux procédures comptables et administratives, pour recevoir un don, le Conseil Municipal siégeant comme organe délibérant doit l'autoriser. Or pour l'autoriser, il doit se réunir en session ordinaire ou extraordinaire. Mais, chaque fois que se réuni le Conseil Municipal de la commune de Penja, 3 000 000 (Trois millions) FCFA doivent être déboursés pour ladite session (frais de secrétariat, frais de réception, carburant, indemnités de session des conseillers municipaux).

Pour installer l'eau à l'hôtel de ville, le coût des travaux est de 4 960 555 Francs CFA (Quatre millions neuf cent cinquante cinq mille francs CFA). La SPM s'est engagée, à ma demande, à financer cette opération qui était d'ailleurs, la première pour cette entreprise. Partagé entre réunir le Conseil Municipal et dépenser 3 000 000 FCFA qui n'ont aucun rapport avec l'eau que je veux voir installer à l'hôtel de ville, je décide de faire verser cette somme aux entreprises prestataires des travaux d'installation d'eau. Ces sociétés installent de manière effective, le réseau d'eau à l'hôtel de ville pour la somme totale de 4 960 500 (Quatre millions neuf cent soixante mille cinq cent) FCFA. L'hôtel de ville est connecté depuis novembre 2007 au réseau d'eau SNEC, au grand bonheur du personnel communal.

Question : Qu'en serait-il si sur les 4 960 555 obtenus de la SPM, j'avais déboursé 3 000 000 pour le Conseil Municipal qui n'était nullement l'objet de ce don ? (Voir attaché procès verbal de réception des travaux, constat d'effectivité des travaux par Huissier de justice, autres pièces prouvant que cet argent n'a jamais été détourné).

Où est le détournement ici ? La violation d'une règle de procédure comptable est-elle un détournement ? L'eau peut-elle exister à l'hôtel de ville et que j'en sois accusé de détournement ? Qu'est ce qui donc, a été détourné ? Rigoureux dans la gestion de la chose publique, je ne pouvais, nullement réorienter cet argent vers un objet auquel il n'était pas destiné c'est-à-dire le conseil municipal ; mais plutôt pour des travaux objet du don de la SPM (chacun peut vérifier que l'eau est bel et bien installé à l'
hôtel de ville de Penja).


DES RAPPORTS MENSONGERS, BASE DE MA REVOCATION

Pour obtenir ma suspension puis ma révocation, le stratagème que le Préfet, le Sous-préfet et les négriers des bananeraies ont arrêté est le suivant : Demander la descente à la commune d'un contrôle mixte MINFI (Ministère des Finances) MINATD (Ministère de l'Administration Territoriale et de la Décentralisation) courant décembre 2007. Une commission mixte MINATD-MINFI descend à la commune après avoir passé la nuit dans les plantations de bananes. Arrivée à la commune le lendemain, la commission dirigée par Joseph KUETE, sans m'entendre, décide de s'en prendre à la Secrétaire Générale de la commune contre toute attente. Je leur dis qu'il m'a été rapporté qu'ils ont passé la nuit dans la bananeraie. Sans se gêner, ils sont passés aux aveux. Que sont-ils allés faire dans la bananeraie alors qu'ils venaient pour des contrôles à la commune ? Dieu seul le sait jusqu'à nos jours. Après avoir passé 48 heures à Penja, aucune question ne m'a été posée sur ma gestion, ceux-ci se bornaient à vérifier les actes administratifs de la Secrétaire Générale.

Au terme de leur séjour, le rapport manipulé déposé auprès du MINATD porte sur des supposées sommes d'argent que j'aurais prises à la PHP et à la SPM, sommes que je n'ai pas reversées à la commune selon les contrôleurs et les propriétaires des bananeraies de Njombé Penja. Ceci est confirmé dans le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune du 05 Juin 2008 page 3, sur le titre : Pourquoi le Maire de Penja a-t-il été révo
qué !


DES ALLEGATIONS MENSONGERES COMME ARME DE DESTRUCTION DU MAIRE ELU

Dans un entretien accordé à Monsieur Sébastien Moreigne d'Amnesty International, Sieur Patrice O'Quin, propriétaire des bananeraies de la SPM, bourreau de LAPIRO de MBANGA et Paul Eric KINGUE, affirme ce qui suit : « Le Maire Paul Eric KINGUE, je ne le connais pas personnellement. Je sais qu'il est corrompu. Une fois élu Maire, il a été trouvé les sociétés bananières pour leur demander des financements pour la mise en eau de Penja. Les PHP lui ont donné 17 millions de francs CFA, et la SPM 7 millions de francs CFA. Il ne les a pas reversés, et la Société Nationale des Eaux du Cameroun (SNEC) a déposé plainte contre lui, voyez la SNEC à ce sujet … »

Cette déclaration qui coïncide curieusement avec l'article paru dans Cameroon Tribune, vient conforter ma conviction selon laquelle ma révocation vient des bananeraies. Pourquoi en douter quand on sait que pour motiver ma révocation, le décret Présidentiel dit ce qui suit : « … révoqué pour irrégularités constatées dans la gestion de la commune … ». Cameroon Tribune a bien titré : "Voici pourquoi le Maire de Njombé-Penja a été révoqué".

Dans l'article incriminé, il est écrit, noir sur blanc « qu'une fois installé à la tête de la commune, j'ai été collecté des sommes d'argent dans les plantations bananières, que je n'ai pas reversées. Sous réserve qu'il me soit prouvé devant les juridictions pénales françaises que j'ai perçu des supposées sommes d'argent dans ces plantations, j'ai le devoir d'informer les communautés nationale et internationale que jamais, mais alors jamais, il n'a existé aucune promiscuité entre ces sociétés et moi. Autrement dit, je n'ai jamais traité des questions de moindres sous avec ces sociétés. Qu'il s'agisse des 17 millions dont a parlé Monsieur O'Quin, venant de la PHP, qu'il s'agisse des 7 millions supposés avoir été perçu par moi dans son entreprise. Jamais la SPM n'a versé 7 millions de francs CFA à Paul Eric KINGUE, jamais la PHP n'a versé 17 millions à Paul Eric KINGUE en tant qu'individu, ni en tant que Maire. La seule dépense effectuée par la SPM au profit de la commune, c'est celle se rapportant à l'extension du réseau d'eau SNEC installée de façon effective, visible, palpable, constatable à l'hôtel de ville et vérifiable par tous. Et cette somme était de 4 960 555 FCFA.

A la lecture de cette enquête menée par Sébastien Moreigne, il ressort clairement un gros tissu de mensonges venant d'un homme qualifié de patriarche, qui semble ne pas avoir la maîtrise de ses affaires en Afrique. Il transpire par ailleurs que les Directeurs Généraux des plantations de Njombé-Penja et Mbanga, quand ils veulent détourner, inventent n'importe quelle potion à faire avaler à Robert Fabre (Propriétaire de la PHP) et à Patrice O'Quin (Pro
priétaire SPM).


LA GOUTTE D'EAU QUI DEBORDE LE VASE

Le 27 février 2008, alors que le Sous-préfet et moi venions d'obtenir le calme à Njombé Penja, je reçois un appel téléphonique d'une chaîne de télévision privée de la place, qui voulait avoir des précisions sur le bilan des émeutes dans ces localités. Encerclés (le Sous-préfet, le Commandant, le Maire, le Colonel) par au moins 5 000 (cinq mille) jeunes portant encore des gourdins et menaçant de reprendre les émeutes si je ne disais pas la vérité, je suis contraint de déclarer ce qui suit : « … Njombé-Penja compte un mort, et Loum 6 victimes dont des blessés et des morts … »

Cette déclaration qui n'a pas été appréciée par la hiérarchie politique de la République est la goutte d'eau qui déborde le vase. C'est elle qui scelle mon sort. Une déclaration, une opinion. Une seule déclaration a suffi pour que je sois arbitrairement arrêté. Une déclaration faite sous la menace des assaillants, une menace telle que, nul ne pouvait faire autre
ment.


CONCLUSION

Cette mise au point est faite d'une part, pour permettre la compréhension de ce feuilleton qui, le 25 février prochain entrera dans sa 3e année, d'autre part, les manipulations politiciennes qui ont conduit à mon arrestation. Il était évident que ma présence à la commune de Penja hantait les opérateurs économiques propriétaires des bananes, que je mets au défi, du fond de la prison où je croupis injustement, d'apporter la moindre preuve du payement de leurs patentes, des enregistrements des baux (dont 90% de paiement reviennent aux communes), les paiements des taxes agricoles, des taxes communales fixées par délibérations approuvées pourtant par la tutelle administrative (Préfet, Gouverneur).

Ma présence à la tête de cette commune menaçait également les intérêts financiers d'un Préfet et d'un Sous-préfet corrompus et sans hauteur, qui des années durant, ont fait mains basse sur les ressources d'une commune qui n'arrivait pas à retrouver ses repères et dont j'étais décidé de renflouer les caisses, pour le bien des populations de Njombé-Penja qui m'ont accordé leur suffrage pendant les

Quelle est cette logique qui veut qu'au Cameroun, seuls les voleurs de la fortune publique, les déstabilisateurs de l'équilibre social soient récompensés ? Ne méritais-je pas d'être soutenu dans mes nobles ambitions de redonner à une commune ce qu'elle a perdu depuis plus de 3 décennies ? Devrais-je forcement m'aligner dans la logique de corruption en acceptant les propositions faites par ces Directeurs coloniaux qui me proposaient 20 millions FCFA par trimestre. Peut être en acceptant cet argent, j'aurais été financièrement heureux, mais j'en suis sûr malheureux moralement pour avoir été complice des malheurs d'une population qui souffre au quotidien. « J'ai préféré moi, de souffrir financièrement et vraiment, je souffre dans la Prison de New Bell où je suis arbitrairement incarcéré ».

Paul Eric Kingué
Maire légitime de la Commune de Njombé-Penja,
Détenu politique des Ba
naneraies PHP & SPM

commentaires

Haut de page