Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comment la Russie a-t-elle empêché l'UE de violer les droits de l'homme et la primauté du droit international ?

par Sam La Touch 9 Mai 2015, 05:50 Articles de Sam La Touch Russie UE Droit international Droits de l'homme Migrants Libye ONU Impérialisme

Comment la Russie a-t-elle empêché l'UE de violer les droits de l'homme et la primauté du droit international ?
Comment la Russie a-t-elle empêché l'UE de violer les droits de l'homme et la primauté du droit international ?
Article originel : How Russia Stopped the EU From Violating Human Rights and the Rule of Law
Par Alexander Mercouris
Russia Insider

Traduction SLT


La Russie a bloqué résolution de l'ONU qui aurait permis à l'UE de violer la souveraineté libyenne en coulant les navires sans ordonnance de la Cour dans les ports libyens




L'inversion des rôles entre la Russie et l'Occident devient de plus en plus frappant.

Pendant la guerre froide, l'Occident soi-disant était pour le droit international et les droits de l'homme. L'URSS était censée en représenter l'antithèse.

Ce que nous constatons maintenant c'est que l'Union européenne vient de proposer au Conseil de sécurité des Nations unies une résolution qui permettrait aux puissances européennes de lancer des frappes militaires pour détruire des navires prétendument détenues par les trafiquants dans les ports libyens.

Cela violerait quelques vestiges de la souveraineté libyenne laissée en lambeaux (par l'Occident, ndt). L'utilisation de la force militaire pour détruire les navires de cette manière, sans aucun respect de la procédure légale est à peu près aussi grave qu'une violation des principes juridiques de base de la présomption d'innocence et du droit à une procédure juridique régulière.

Cela a amené la Russie - pays toujours critiqué en Occident pour son supposé manque de conscience, et ses violations des droits de l'homme ainsi que son manque de respect pour le droit international - à souligner ce point.

Non seulement la Russie l'a fait remarquer, mais elle a clairement fait savoir que la proposition est totalement inacceptable et que la Russie opposera son droit de veto à toute résolution de la sorte.

Selon les mots de Vladimir Chizhov, l'ambassadeur de la Russie auprès de l'UE, "l'arrestation des trafiquants humains et de ces navires est une chose. Mais les détruire serait aller trop loin." Une destruction de navires sans une ordonnance du tribunal et le consentement du pays hôte reviendrait " à une violation des règles existantes du droit international ".

Le bien fondé ds objections de la Russie ont donc évidemment fait en sorte que l'UE a été contrainte honteuse de les accepter. Les derniers rapports indiquent que la proposition a été abandonnée et que l'UE travaille actuellement sur un mandat plus restreint impliquant un rôle de recherche et de sauvetage pour les militaires européens pour arrêter et saisir les bateaux des trafiquants en mer.

Ce que cet épisode montre une fois de plus est que l'image populaire occidentale de la Russie comme un pays brutal et anarchique est une contre-vérité.

La Russie est affectée par les flux de migrants méditerranéens. Toutefois, si elle était aussi indifférente aux considérations humanitaires ou à la primauté du droit international comme il est dit à plusieurs reprises, alors il est difficile de comprendre ce que la Russie a à gagner en agissant ainsi.

La réalité est que la Russie est loin d'être un pays sans conscience ou indifférent aux droits de l'homme et à la primauté du droit international. Au contraire, l'histoire de la Russie rend la Russie particulièrement sensible à ces questions.

En revanche, c'est l'Europe qui est en train de renier son attachement aux droits de l'homme et à la primauté du droit, et est en train de se montrer de plus en plus indifférent à la façon dont elle les viole.

URL de cet article : http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2015/05/comment-la-russie-a-t-elle-empeche-l-ue-de-violer-les-droits-de-l-homme-et-la-primaute-du-droit-international.html

commentaires

Haut de page