Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ecoutes de la NSA : le stupéfiant silence de la France (MdP)

par Mathieu Magnaudeix 30 Avril 2015, 22:10 France Espionnage Allemagne NSA USA

Ecoutes de la NSA : le stupéfiant silence de la France (MdP)

Selon plusieurs médias allemands, l'Élysée et le Quai d'Orsay ont été écoutés par le renseignement allemand pour le compte de la NSA, et ce « pendant des années ». Combien de temps l'exécutif français va-t-il rester silencieux ?

En Allemagne, les agissements illégaux des services de renseignement, soupçonnés d'avoir espionné « pendant des années » des « fonctionnaires de haut rang » de l'Élysée, du Quai d'Orsay et de la Commission européenne, sont en train de virer à l'affaire d'État. Mais en France, alors qu'une loi très musclée sur le renseignement est en passe d'être votée ce mardi 5 mai par l'Assemblée nationale, ces révélations suscitent au contraire un intérêt bien faible. L'exécutif reste évasif, et les politiques français semblent ne pas s'en inquiéter, du moins à ce stade.

L'affaire a éclaté la semaine dernière quand l'hebdomadaire Der Spiegel a révélé que des entreprises européennes (EADS), des personnalités politiques européennes et des « autorités françaises » avaient été écoutées par le service de renseignement extérieur allemand, le BND (Bundesnachrichtendienst), pour le compte de l'agence de renseignement américaine NSA, déjà au cœur des révélations du lanceur d'alerte Edward Snowden. Au moins 40 000 requêtes illégales visant des intérêts européens auraient été commandées par la NSA et effectuées par le BND. Dans un premier temps, la Chancellerie a admis des failles. Mais elle a assuré n'avoir été mise au parfum qu'en mars 2015.

En France, ces premières révélations n'ont suscité que très peu d'intérêt (lire notre article). « Je n'ai aucune information sur ce sujet », nous a assuré le week-end dernier le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Romain Nadal. L'Élysée n'avait alors même pas répondu à nos sollicitations. Silence également dans la classe politique, à l'exception du coprésident du parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, qui a dénoncé un « espionnage inadmissible ». « François Hollande doit demander à Angela Merkel de présenter des excuses à la France », indique Mélenchon dans un communiqué, rappelant que « l’espionnage des institutions et moyens de la diplomatie de la France est un crime puni par le code pénal comme atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation » et demandant l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire et d'une enquête judiciaire.

lors que l'Élysée et le Quai d'Orsay sont désormais nommément cités, c'est toujours le silence chez nous...

Lire la suite

commentaires

Haut de page