Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Afrique francophone va-t-elle vers un modèle antillais virtuel ? (Cameroon Voice)

par Douala Ngando 31 Mai 2015, 18:55 France Afrique Françafrique néocolonialisme Franc CFA Colonialisme

La fausse proclamation des indépendances en Afrique Francophone, à cause du Franc CFA, a maintenu ses populations dans un système d´esclavage ou de colonisation sévère. Ce système donne tous les droits et aucun devoir aux colonisateurs et maitres, alors qu´il impose toutes les corvées et aucun droit aux colonisés ou esclaves. Ce système a fonctionné sous silence pendant des dizaines d´années, bien entretenu par les dirigeants en place et bien camouflé par les médias Français de l´Hexagone et de l´extérieur comme Arica 1, RFI, France 24, Afrique 24, Jeune Afrique et toute une pléiade de journaux à la solde de ces prédateurs.

Hélas pour ces derniers, les retours de l´aventure humaine dans l´espace, que sont les satellites, ont révolutionné la technologie de l´information, rendant accessibles aux Africains Francophones des informations sur leurs conditions misérables d´une manière absolue ou relative par rapport aux autres pays. Cette prise de conscience des peuples d´Afrique Francophones rend très difficile la continuation de la mise en œuvre de cette forme de colonisation ou d´esclavage et par la France et par les dirigeants Africains. En effet, ces peuples, parfois devancés par quelques dirigeants malmenés par la France, sont en mouvement pour mettre fin à ce système et n´hésitent pas à mettre en déroute des dirigeants qui ne veulent pas les mener vers de nouveaux horizons, c´est à dire une vraie indépendance. D´où la réapparition de multiples coups de forces et des attaques virulentes de l´armée Française et de l´ONU dans ces territoires.

Dans cette guerre d´indépendance, si le Cameroun signait des accords de défense, style France Afrique, ou s'il permettait à la France d'installer une base militaire en son territoire, alors il aura perdu une fois de plus dans sa marche vers son indépendance. Mais ce n'est pas tout, car si cet évènement avait lieu, alors la boucle serait bouclée puisque la France aurait alors parachevé un des aspects de sa mainmise totale sur les pays Francophones qui n'ont quasiment plus d'armée, l'objectif de la France étant de gérer ces pays comme des territoires d'outre-mer, mais toujours de manière inéquitable. Rêves, fantasmes ou réalité ? Le temps nous le dira car l'Afrique est un continent où tout ce qui est contre les intérêts des Africains est possible. Il faut noter que la France, comme à son habitude, avance de façon masquée car elle crie haut et fort que son objectif actuel n'est plus de soutenir des régimes (ce qu´elle réfutait hier) et que leurs préoccupations ne seraient autres que les trafics internationaux et les groupes terroristes. Il est important de rappeler ce c´est que le modèle Antillais pour mieux comprendre l´engouement de la France à caresser l´espoir d´un tel modèle, ne serait-ce que virtuel en Afrique Francophone.

Le modèle de gestion des Antilles ou des territoires outre-mer.

La gestion des territoires outre-mer par la France, si j'ai bien compris, s'appuie sur des socles immuables :

  • La majorité de la population est noire ou non européenne, n'a pas droit aux postes de commandement et en contre parties elle est Française, a le droit de vote, bénéficie d'un revenu minimum pour consommer et utilise la monnaie Française. Bien entendu elle n'a aucun moyen de s'enrichir mais une poignée d'entre eux sont associés aux richesses des blancs pour assurer l'exception.
  • Toutes les fonctions directives, administratives et souverainistes sont occupées par les Français blancs et leur salaire est très supérieur aux salaires des locaux.
  • La police, la gendarmerie et les forces armées sont commandées par les Français blancs qui quadrillent le territoire.
  • Toutes les entreprises et toutes les terres agricoles les plus productives appartiennent aux Français blancs de métropole.
  • Ces territoires ne peuvent pas coopérer avec les états voisins les plus proches et toutes les échanges ne se font qu'avec et qu'à travers la métropole qui contrôle vigoureusement toutes les frontières.

Ce système semble satisfaire toutes les parties car malgré des soulèvements sporadiques qui animent ces territoires d'outre-mer, toutes les parties semblent, à chaque fois, trouver leur compte à l'issue de quelques ajustements et de promesses. C'est peut être cette accalmie sous contrôle qui anime la France dans ses tentatives d'application du résultat de cette expérimentation dans les pays Africains Francophones.

L'Afrique Francophone en Pilotage à l´Antillaise mais sans contrepartie ?

Il faut avouer que la situation dans les pays francophones présente des similitudes avec les pays d'outre-mer, ce qui donne un espoir raisonné aux impérialistes ou colonialistes de tout bord pour une validation de ce principe:

  • La population est noire ou non européenne et est dirigée par une poignée d'entre eux qui est associée aux prédateurs Français de la France Afrique ou des différentes loges. C'est les seuls qui ont le droit d'être riches. Le reste de la population n'a pas le droit d'être riche, c'est pourquoi dans ces pays, les plus riches sont des étrangers.
  • La monnaie utilisée, le FCFA, appartient à la France mais n'est pas utilisée par les Français. Avec cette monnaie, la France peut donc acheter la totalité de chacun de ces pays. Il suffit de lui dire combien ça coûte ou le juste prix.
  • Toutes les fonctions directives, administratives et souverainistes sont assurées par les Français, certes pas toujours blancs, mais avec des salaires vertigineux.
  • Le vrai centre de gouvernement de ces pays se trouve dans les ambassades de France de ces pays qui sont d'ailleurs directement connectés par des tunnels aux bâtiments de la présidence de ces pays. Notez que les bâtiments des présidences de ces pays sont les propriétés de la France qui en assure d'ailleurs la garde effective et les loue respectivement aux différents pays.
  • Les forces armées dans ces pays sont déjà commandées par les Français qui quadrillent le territoire par les jeux des formations militaires, des enrôlements de généraux locaux, les accords militaires, les bases militaires et un équipement militaire intimidant et dissuasif.
  • Cette forte présence Française lui permet de jouir exclusivement des eaux territoriales de ces pays pour toutes les activités lucratives et stratégiques.
  • La France assure déjà également les fonctions de la police et de la gendarmerie dans les pays tels que la Cote d'Ivoire, Le Mali, La Centrafrique, le Niger, Le Congo, etc…
  • Toutes les entreprises qui comptent dans ces pays appartiennent déjà aux Français dans les domaines des mines, des forets, de l'énergie, de l'agroalimentaire et du tourisme. Tout entrepreneur local qui réussit dans son domaine est très vite invité par les gouverneurs en place à déguerpir pour des raisons saugrenues. Celui-ci termine généralement sa vie dans une prison locale ou en exil dans un pays ami comme la France.
  • La France, à travers les multinationales et des couvertures de toutes sortes est en train d'acheter toutes les terres agricoles les plus productives. Elle achète aussi, via Bolloré, la totalité des entrées de ces pays, notamment les ports maritimes, les chemins de fers ce qui lui donne la possibilité de mettre en place toute forme d'embargo.
  • Ces territoires ne peuvent pas facilement coopérer avec les états voisins les plus proches ou les autres puissances. La France exige de ces colonies que tous les échanges ne se font qu'avec elles et à travers elle seulement. D'ailleurs, dans ces pays, les agendas du conseil des ministres sont élaborés en France, toutes les réunions nationales ou internationales auxquelles participent ces pays sont marquées par la présence des représentants de la France. Les demandes de visa d'entrée dans certains de ces pays Africains francophones se font déjà dans les ambassades de France. De même, tout chef d'état de ces pays, qui essaye de calmer les ardeurs de la France est très vite taxé de tous les noms et invité par la communauté dite internationale à quitter le pouvoir. Celui-ci termine généralement sa vie dans une cellule de la CPI ou en exil dans un pays ami comme la France, s'il échappe à la mort.

En comparaison donc, les pays Africains Francophones fonctionnent déjà quasiment en mode pays d'outre-mer, avec une différence de taille : Les populations de ces pays n'ont pas des compensations équivalentes à celles qu'ont les antillais. Ainsi, ces territoires ne sont pas considérés officiellement comme des territoires Français et, sous la couverture complice de l'ONU, les dirigeants de ces pays sont bien payés pour faire croire à leurs populations qu'elles sont indépendantes. Celles-ci ne peuvent donc pas demander de contrepartie à la France, en termes de citoyenneté, de droit de vote ou de salaire minimum pour consommer. C'est exactement l'absence de cette contrepartie, dans le contexte actuel de l'application virtuelle de ce modèle Antillais, qui crée tous les troubles et maladresses de la France que nous observons partout en Afrique Francophone. On peut citer les réactions violentes des citoyens en Centrafrique pour les divisions, le viol des enfants et les vols des diamants. L'assassinat des soldats Français en Côte d'ivoire pour justifier le bombardement de la présidence, la mise en place des rebellions armées marionnettes (Niger, Mali, Centrafrique, Cameroun), etc.. pour justifier l'occupation des territoires.

En tout cas, si les intellectuels Africains ont déjà validé ce système en focalisant les débats sur le multipartisme ou l´alternance, alors que ces pays ne sont pas indépendants, les peuples de ces pays, eux, bien meurtries dans leur chair par cette machine infernale n´acceptent pas ce modèle Antillais virtuel sans compensations. Ils sont nombreux, ceux qui pensent que l'application de ce modèle, qui est déjà effectif dans plusieurs de ces pays francophones, n'a aucune chance d'aboutir, compte tenu du niveau de conscience progressif des populations et de la solidarité entre les peuples. Je suis convaincu que ces Africains vont se battre pour leur droit et une vraie indépendance ou une souveraineté de leur pays et de l'Afrique. Mais quand on se rappelle que le continent Américain était dirigé par des Indiens et que les Aborigènes régnaient en Australie, on ne peut s'empêcher de mentionner qu'une petite fenêtre de possibilité existe. Cette fenêtre consisterait en une bonne collaboration de la France, de l'occident avec ses bases militaires étrangères et les toubabs noirs. Cette collaboration peut permettre d'installer le modèle Antillais en Afrique Francophone. Leur seule difficulté serait l'allocation du RMI à toute la population Africaine et leur droit universel à la circulation. C´est peut être cette difficulté qui motive la réduction drastique, par tous les moyens, de la population Africaine à laquelle nous assistons depuis quelques décennies, avec le paludisme, le SIDA, Ebola, guerre tribale et religieuse, immigration vers le fond de la méditerranés, interventions militaires meurtrières, etc…

Bref, il y´a une nécessité vitale et pressante d´aller vite vers une réelle indépendance, car il y a des risques d´atteindre des points de non-retour, vers l´anéantissement des Africains.

Douala Ngando

commentaires

Haut de page