Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Selon le Washington Post, 385 personnes ont été tuées par des policiers aux Etats-Unis depuis le début de l'année

par Sam La Touch 31 Mai 2015, 10:12 Articles de Sam La Touch USA Washington Post Violences policiers Police Crimes Racisme

Selon le Washington Post, 385 personnes ont été tuées par des policiers aux Etats-Unis depuis le début de l'année

Selon le Washington Post, 385 personnes ont été tuées par la police au cours des cinq premiers mois de 2015. L'analyse du Washington Post repose sur le recoupement des données de la Police, des décomptes effectués par des sources d'information locales et des interviews. Il apparaît que le décompte effectué par le Washington Post est deux fois supérieur au décompte effectué par la police fédérale. Cette dernière reconnaissant que ses estimations sont basses par rapport à la réalité. Le recensement effectué par le Post note que 80% des tirs mortels policiers interviennent suite à des tirs de la police contre des personnes armées. Ainsi globalement, il y a autant de "Blancs" que de "Noirs" et de minorités hispaniques qui sont tués, mais si l'on tient compte des personnes tuées alors qu'elles n'étaient pas armées, alors les "Noirs" sont tués beaucoup plus souvent que les "Blancs". Si l'on ajuste par secteur de lieu d'habitation alors, l'analyse du Post montre que les "Noirs" sont tués trois fois plus souvent que les "Blancs" ou les autres minorités. Enfin parmi les personnes non armées, celles qui sont les plus à risque sont les personnes issues des minorités dites visibles et pauvres. Enfin seulement 1% des policiers ont été accusés de crimes.

Washington Post Fatal police shootings in 2015 approaching 400 nationwide
Extrait de l'article, traduction SLT.
Selon une analyse du Washington Post, au moins 385 personnes ont été tuées par la police aux Etats-Unis au cours des cinq premiers mois de cette année, soit plus de deux tirs mortels par jour. 



Le taux de mortalité est plus de deux fois supérieur à celui estimé par le gouvernement fédéral au cours des 10 dernières années. Les responsables fédéraux reconnaissent que leur estimation est  incomplète, selon l'analyse du Washington Post publiée aujourd'hui.

"Ces tirs sont grossièrement sous-estimés", a déclaré Jim Bueermann, un ancien commissaire de la police et président de la Fondation de Police basée à Washington, une organisation à but non lucratif qui travaille à améliorer les interventions policières.



Le débat national est particulièrement intense concernant l'utilisation de la force létale par la police , en particulier contre les minorités. Pour comprendre pourquoi et comment ces tirs mortels se produisent aussi souvent, le Washington Post a compilé une base de données de chaque tir mortel par balles effectué par la police en 2015, ainsi que les policiers tués par balles dans l'exercice de leur devoir. Le Post a regardé exclusivement les morts du à des tirs mortels lors de fusillades, et non les meurtres commis par d'autres moyens, tels que ceux commis par des pistolets paralysants et les décès survenus en garde à vue.

En utilisant des interviews, des rapports de police, des décomptes issus de journaux locaux et d'autres sources, le Post a obtenu plus d'une douzaine de détails sur chaque meurtre jusqu'au 29 mai, y compris l'origine ethnique de la victime, si la personne était armée ou non et les circonstances qui ont conduit au décès. Le résultat est un examen sans précédent de ces meurtres par balles, dont beaucoup ont commencé après des incidents mineurs et ont soudainement dégénéré dans une extrême violence létale.
Parmi les conclusions du Post :



● Environ la moitié des victimes étaient blanches, la moitié était issue de minorité. Mais la mortalité est nettement plus élevée parmi les victimes non armées chez les populations issues de ces minorités dites visibles. En effet, les deux tiers d'entre elles étaient noires ou hispaniques. Dans l'ensemble, les Noirs sont tués trois fois plus souvent que les blancs ou d'autres minorités lors de l'ajustement par  secteurs de recensement où les tirs ont eu lieu.



Bien que la couleur de la peau fut un facteur de risque, ceux qui sont morts par des tirs de la police avaient souvent beaucoup de caractéristiques communes. La plupart étaient pauvres et avaient des antécédents de démêlés avec la police, la plupart du temps il s'agissait de petits délits, parfois même il s'agissait de sujets présentant des troubles mentaux sans avoir eu de démêlés auparavant avec les forces de l'ordre.



Des dizaines d'autres personnes sont également mortes en fuyant la police, l'analyse du Post montre qu'une proportion importante - 20% - ont fuit et n'avaient pas d'armes. 

Les policiers sont autorisés à utiliser la force mortelle seulement quand ils craignent pour leur vie ou la vie d'autrui. Jusqu'ici, seulement trois des 385 tirs mortels ont abouti à une accusation de crime pour le policier mis en cause - soit moins de 1%.

URL de cet article : http://le-blog-sam-la-touch.over-blog.com/2015/05/selon-le-washington-post-385-personnes-ont-ete-tuees-aux-etats-unis-par-des-policiers-depuis-le-debut-de-l-annee-2015.html

commentaires

Haut de page