Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

DENIS CHRISTEL SASSOU NGUESSO, UN MANAGER AUX PIEDS D’ARGILE

par Benjamin BILOMBOT BITADYS 21 Juin 2015, 01:52 Congo-Brazzaville Denis Christel Sassou NGuesso Sassou Nguesso Pétrole SNPC

DENIS CHRISTEL SASSOU NGUESSO, UN MANAGER AUX PIEDS D’ARGILE
DENIS CHRISTEL SASSOU NGUESSO, UN MANAGER AUX PIEDS D’ARGILE 

Par Benjamin BILOMBOT BITADYS

L’événement ne pouvait si mal tombé, le moment si mal défini, le lieu si mal choisi, le jury si mal sélectionné. Et, enfin, le récipiendaire si mal choisi. En plus de susciter l’indignation, la décoration à Paris le 13 juin 2015 de Christel Sassou Nguesso comme meilleur manager africain cristallise tous les ingrédients d’une séquence de communication ratée et abominable.
Denis Christel Sassou Nguesso dit Kiki, Président Directeur Général de la SNPC distribution, et de la fondation perspectives et Avenir a été primé Manager Africain de l’année. Cerise sur le gâteau, le Congo-Brazzaville, quatrième producteur de pétrole d’Afrique Centrale, est confronté à une grave pénurie de carburant. Une simple coïncidence, une complaisance ou une véritable lame de fond d’une gestion catastrophique ?

Denis Christel Sassou Nguesso est le DG de l’aval pétrolier de la SNPC et président du conseil d’administration de la CORAF chargée de la commercialisation et de la distribution du carburant. Pour relier Brazzaville à Paris, ECAIR, la société aérienne du Congo-Brazzaville qui ne dispose pas de stock de réserves stratégique et fierté du « chemin d’avenir », faute de carburant à la pompe dans le pays, passe par Libreville au Gabon faire le plein de kérosène. Les cordonniers sont les plus mal chaussés, dit l’adage. Selon le ministère des Hydrocarbures congolais et l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE), la production pétrolière du Congo-Brazzaville a oscillé entre 250.000 et 300.000 barils par jour entre 2011 et 2014.
Comment donc expliquer cette pénurie de carburant au Congo-Brazzaville sinon par la mauvaise gestion de Denis Christel Sassou Nguesso de l’aval pétrolier de la SNPC et la CORAF ? Rien d’étonnant. Car, nommer Kiki Denis Christel Sassou Nguesso à la tête de l’aval pétrolier de la SNPC et du conseil d’administration de la CORAF correspond à confier la gestion d’un supermarché à un vendeur de légumes du marché de Ouénzé ou confier la garde de la bergerie au loup. Il n’empêche. Cette distinction honorifique a été décernée au fils de Denis Sassou Nguesso le samedi 13 juin 2015 à Paris en France, ville qui abrite HEC, l’école Polytechnique, l’ENA (avec Strasbourg), l’école des mines … où sont formés les grands managers, par l’honorable Babacar Ndiaye, Président Honoraire de la Banque Africaine de Développement et Président du Forum 2015 des Managers Africains, réunis au sein du Conseil International des
Managers Africains (CIMA).

Denis Christel Sassou Nguesso alias Kiki est connu pour ses extravagances, son côté tape à l’œil et son goût pour le « bling bling ». Du jour au lendemain, il se découvre une vocation de philanthrope, d’humanitaire et d’altruiste. Et, pour boucler la boucle, des qualités de manager mondialement reconnu. L’Afrique entière doit nous envier.
Alors, qu’attend Kiki pour engager le redressement de la SNE et de la SNDE, les deux canards boiteux ?
A travers ce prix, Denis Christel SASSOU NGUESSO récolte, ainsi, pense-t-il, naïf, les retombées de ses œuvres sociales tant dans le plan éducatif que sanitaire au Congo-Brazzaville avec sa fondation Perspectives d’Avenir qui se substitue à l’Etat. Bon prince, Kiki Sassou offre la gratuité des soins médicaux par-ci et octroie des bourses d’études par-là. Avec quel argent, Denis Christel Sassou Nguesso finance-t-il ses œuvres ? Avec les fonds de la SNPC et de la CORAF ?
Qui, au Congo-Brazzaville, pourrait encore en douter. Il paraît que, à travers ce prix décernes par ses pairs africains, Denis Christel Sassou Nguesso aux réflexes d’organisation des entreprises insoupçonnés et aux qualités managériales dont le champ s’étend à perte de vue comme naguère le territoire de la Horde d’or va faire entrer d’un grand bond le Congo-Brazzaville dans la modernité entrepreneuriale. Si la nommination de Denis Christel Sassou. Nguesso à la direction de la SNPC et à la présidence du conseil d’administration de la CORAF obéit au principe de précaution pour le clan Sassou, la distinction comme meilleur manager africain de l’année est un signe d’allégeance de Babacar Ndiaye et des managers africains à l’égard du clan au pouvoir au Congo-Brazzaville.
Le Sénégalais Ndiaye devrait être (pour reprendre Sony Labou Tan’Si) dans un état honteux, après avoir honoré un très mauvais garnement.

Benjamin BILOMBOT BITADYS

commentaires

Haut de page