Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

France. De l'impact du roman national sur les décisions de politique étrangère du gouvernement socialiste

par Sam La Touch 18 Juin 2015, 12:35 Articles de Sam La Touch Roman national France Impérialisme Colonialisme Gouvernement socialiste Waterloo Belgique

France. De l'impact du roman national sur les décisions de politique étrangère du gouvernement socialiste

"La bataille de Waterloo s'est déroulée le 18 juin 1815. Elle s'est terminée par la victoire décisive de deux armées : celle des alliés, commandée par le duc de Wellington, composée de Britanniques, d'Allemands (contingents du Hanovre, du Brunswick, du Nassau) et de Néerlandais (unités belges et hollandaises) et celle des Prussiens, commandée par le maréchal Blücher ; toutes deux opposées à l'armée française dite Armée du Nord emmenée par l'empereur Napoléon Ier."

France. De l'impact du roman national sur les décisions de politique étrangère du gouvernement socialiste

Le gouvernement socialiste français, en cette journée de commémoration européenne de la bataille de Waterloo, a décidé de boycotter cette journée et n'y a envoyé que son ambassadeur. Aucun représentant du gouvernement français ne sera présent pour commémorer la défaite du Hitler français qui a rétabli l'esclavage, organisé les massacres à caractère génocidaire des populations caraïbéennes qui se son soulevées (notamment en Guadeloupe). Ces populations aspiraient pourtant à bénéficier des lumières de la révolution française qui contrariaient les plans de la bourgeoisie pour lequel l'aigle impérial français roulait. Le führer français qui a semé la mort dans toute l'Europe pendant plus de 10 ans avec des guerres ignobles a donc les faveurs d'un gouvernement qui révèle une sensibilité plus impérialiste que socialiste. Le roman national français trouve sa construction en grande partie dans l'impérialisme napoléonien qui marquera le début de l'ère coloniale et de conquête territoriale. Il influe encore les représentations d'un gouvernement impérial-socialiste qui n'a de socialiste que le nom. C'est ce même gouvernement au nom de cette même France impérialiste et nationaliste (souvent récupérée par les souverainistes) qui a refusé que la Belgique imprime à grand tirage pour l'UE une pièce de 2 euros avec le symbole de la bataille de Waterloo.

Deux cent ans plus tard, le roman national entrave la politique étrangère d'un gouvernement qui a la nostalgie de son Hitler sauce locale dans une Europe loin d'être unie sur le plan du sentiment historique. L'ombre des nationalismes et de Fachoda plane encore.

Haut de page