Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fusillade de Charleston : qui sont les suprémacistes blancs aux États-Unis (JAI)

par Sabrina Myre 20 Juin 2015, 06:49 USA Racisme Supremacistes blancs Crimes racistes Fusillade de Charleston Dylann Roof

L'assassinat de neuf Africains-Américains dans une église de Charleston aux États-Unis a été classifié comme un crime raciste. Le principal suspect : Dylann Roof, a été identifié par plusieurs médias américains comme un suprémaciste blanc de 21 ans. Qui sont-ils ?

Sur la photo de sa page Facebook, Dylann Roof porte un blouson arborant l’ancien drapeau de l’Afrique du Sud du temps de l’apartheid ainsi que celui de la Rhodésie, devenue le Zimbabwe, les deux régimes africains où le racisme a été le plus institutionnalisé. Avant son passage à l’acte, le jeune homme de 21 ans avait clamé son admiration pour la suprématie blanche sur les réseaux sociaux.

Qu’est-ce que le suprémacisme blanc ?

Le suprémacisme blanc est la croyance que les Blancs sont supérieurs à tous les autres êtres humains dont les Noirs, les Hispaniques, les Asiatiques, les Arabes ou les Juifs. L’idéologie des suprémacistes est indissociable du racisme et de l’antisémitisme, malgré les dénégations de certains de ses représentants. Enfin, dernier point commun qui rassemble cette « communauté » : une grande défiance (traditionnelle aux États-Unis) envers l’État fédéral, accusé de tous les maux, et en particulier d’imposer un égalitarisme de droit entre les « races ». Ce qui ne leur plaît pas du tout.

Aux États-Unis, l’emblème de cette idéologie est le Ku Klux Klan (KKK), une organisation fondée en 1865 après la guerre de Sécession qui a vu la défaite des États du Sud face aux États anti-esclavagistes du Nord. Le KKK est né dans l’État du Tennessee dans le but de défendre la suprématie des Blancs dans le sud du pays. Mais c’est dans les années 1920 que le Klu Klux Klan a choisi de poursuivre des objectifs plus larges et plus nationaux tout en continuant à intimider les Noirs et à se livrer à des attentats. Dans les années 1960, les difficultés auxquelles se heurte la politique d’intégration raciale des États-Unis provoquent une recrudescence de leurs activités. En 1967, le KKK compte entre 10 000 et 30 000 membres actifs, dont plusieurs ont été à l’origine d’actes terroristes dirigés contre les Africains-Américains.

Les groupes suprémacistes sont-ils nombreux aux États-Unis ?

Oui, de nombreux groupuscules favorables à la suprématie blanche existent aux États-Unis. Selon le Southern Poverty Law Center, plus de 930 groupes suprémacistes ont été recensés en 2014 dans le pays de Barack Obama. En 15 ans, ce nombre aurait bondi de 50 %, comme le rapporte le Washington Post.

Le premier amendement de la Constitution des États-Unis, qui protège aussi la liberté d’expression, donne toute la latitude aux suprémacistes blancs pour partager leur idéologie, du moment qu’ils respectent les lois.

Quelles sont les principales figures de la suprématie blanche ?

Néonazis, membres du KKK, néoconfédérés… Les figures de la suprématie blanche sont nombreuses. En voici trois qui ont marqué le mouvement :

David Duke est l’un des plus célèbres défenseurs de la suprématie blanche aux États-Unis. Ancien leader du Ku Klux Klan, il a fondé la branche des « Knights » dans les années 70. Il a aussi été membre de la Chambre des représentants de Louisiane entre 1989 et 1992. Aujourd’hui âgé de 64 ans, il est l’auteur de nombreuses théories racistes.

William Luther Pierce est considéré comme l’un des plus grands idéologues du mouvement suprémaciste. Physicien de profession, il a fondé la National Alliance, une organisation destinée à mener une révolution nationaliste blanche aux États-Unis, qu’il a dirigée pendant plus de 30 ans. Il est mort en 2002.

Don Black a quant à lui fondé en 1995 le site internet Stormfront prônant les valeurs suprémacistes blanches et le néo-nazisme. En mai 2015, le site web comptait plus de 300 000 membres, selon le Poverty Southern Law Center. Don Black est lui aussi associé à la branche des « Knights » du Ku Klux Klan.

Quelle est l’activité criminelle des suprémacistes blancs aux États-Unis ?

L’attentat le plus connu et le plus sanglant a été commis le 19 avril 1995 dans la ville d’Oklahoma. Des extrémistes d’extrême-droite, Timothy Mc Veigh et Terry Nichols, ont fait exploser un immeuble fédéral tuant ainsi 168 personnes dont 19 enfants et blessant 500 personnes.

Depuis cet épisode, il y a 20 ans, plus d’une centaine d’attentats commis par des groupes d’extrême-droite ont été recensés, dont environ le tiers est attribué à des groupes racistes dont les suprémacistes, comme le rapporte un rapport du Southern Poverty Law Center qui en fait la liste.

Il y a un an, le 8 juin 2014, deux militants racistes et antigouvernement, Jerad et Amanda Miller ont tué deux policiers et un client dans un centre commercial à Las Vegas, dans le Nevada.

commentaires

Haut de page