Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’alliance secrète entre Israël et les pays arabes du Golfe rendue publique (The Intercept)

par MURTAZA HUSSAIN 19 Juin 2015, 05:45 Alliance Collaboration Israël Qatar Arabie Saoudite Syrie Terrorisme

En 2009, un câble diplomatique du Département d’Etat américain donna un des premiers aperçus d’une alliance montante entre Israël et les pays arabes du Conseil de Coopération du Golfe (le CCG). Le câble citait Yacov Hadas, un officiel du Ministère des Affaires étrangères israélien: » les Arabes du Golfe croient dans le rôle d’Israël à cause de la perception qu’ils ont des relations étroites entre Israël et les Etats-Unis. » Et ajoutait que les pays du CCG « pensaient qu’Israël pouvait faire des miracles. »

Israël et les pays du Golfe avaient aussi un intérêt commun, celui de contrer ce qu’ils considéraient comme l’influence croissante de l’Iran au Moyen-Orient. Ainsi, alors que les deux parties croisaient le fer en public- l’opération militaire israélienne « Plomb Durci », qui venait juste de faire plus de 1 400 victimes dans la Bande de Gaza, était condamnée par les termes de « violente agression » par l’Arabie saoudite dans une lettre adressée à l’ONU – les deux pays entretenaient » d’excellentes relations » derrière des portes closes. Hadas aurait ajouté que les Arabes du Golfe n’étaient pas encore « prêts à faire en public ce qu’ils disaient en privé. »

Six ans plus tard, il semblerait que les pays du CCG soient prêts à rendre public leur rapprochement avec Israël. Lors d’une réunion cette semaine à Washington, au Conseil des Relations étrangères, commentée sur Bloomberg TV par Eli Lake, d’anciens officiels de haut rang saoudiens et israéliens ont non seulement partagé la scène mais ils ont révélé que les deux pays avaient eu toute une série de rencontres de haut niveau pour discuter de stratégies communes, concernant surtout la prédominance de l’Iran sur la région. L’ancien général saoudien Anwar Eshki a ouvertement appelé à un changement de régime en Iran. De son côté, Dore Gold, ancien ambassadeur israélien à l’ONU, qui fut en son temps un farouche opposant à l’Arabie saoudite, a parlé de sa sensibilisation à ce pays au cours des dernières années et des possibilités d’aplanir les divergences résiduelles entre les deux pays. Il a déclaré: » Le fait que nous soyons ensemble ici sur cette scène aujourd’hui ne signifie pas que nous avons résolu tout ce qui nous sépare depuis tant d’années mais nous espérons fermement y parvenir tout à fait dans les années à venir. »

Cela fait longtemps que les relations avec Israël sont un troisième rail pour les pays arabes. Suite à la création de l’état d’Israël en 1948 et la fuite de centaines de milliers de réfugiés palestiniens, d’autres pays du Moyen-Orient ont maintenu une position d’hostilité déclarée envers Israël, en accord avec leurs opinions publiques. Certains pays tels que l’Egypte, sous une dictature militaire, ont conclu des traités de paix officiels avec Israël au mépris de leur opinion publique, mais les pays du Golfe, pour la plupart, sont restés à l’écart.

Cependant, ces dernières années, le double phénomène des printemps arabes et de l’influence montante de l’Iran a rapproché d’Israël les dirigeants des pays du CCG L’an dernier, le prince saoudien Turki bin Faisal s’est offert le luxe, fait sans précédent, d’écrire un éditorial dans un grand journal israélien, appelant à la paix entre Israël et les pays du CCG et à la résolution du conflit israélo-palestinien. Comme l’administration d’Obama a poursuivi ces dernières années une politique de détente avec l’Iran, des rapports ont dévoilé une coopération secrète sur la sécurité entre Israël et les pays du CCG. Le site d’investigations Middle East Eye a dernièrement montré l’existence de vols secrets réguliers entre Abu Dhabi et Tel Aviv en dépit de la soi-disant interdiction faite aux citoyens israéliens d’entrer aux Emirats Arabes Unis.

Dans son livre publié en 2012, After the Sheikhs: The Coming Collapse of the Gulf Monarchies, Chris Davidson, professeur à l’université de Durham, écrit que les pays du Golfe continueront à rechercher le soutien d’Israël à cause des pressions extérieures grandissantes qui se font sentir suite aux soulèvements régionaux. Même s’il dit que les pays du CCG sont constitués de « populations nationales pour la plupart anti-israéliennes et pro-palestiniennes hyper sensibles sur les sujets du Sionisme et d’Israël », le livre montre bien une coordination clandestine croissante sur les plans économique et politique entre les dirigeants des pays du CCG et leurs homologues israéliens au cours de ces dernières années.

Il y a cependant des signes indiquant que même les sentiments populaires anti-israéliens dans ces pays sont en train de changer. Un récent sondage de l’opinion saoudienne réalisé par des étudiants du Centre Interdisciplinaire d’Herzliya, université israélienne, a montré qu’une minorité de Saoudiens considérait Israël comme une menace pour leur pays. Ils disaient plutôt que l’Iran ou l’Etat islamique naissant étaient leur principal objet d’inquiétude. Alex Mintz qui a supervisé le sondage d’opinion a déclaré: » La façon dont nous voyons les Saoudiens, ici en Israël, ne correspond pas exactement à ce qu’ils sont. Nous croyons savoir ce que pensent les gens en Iran, à Gaza et en Arabie saoudite, mais aucune des personnes à qui j’ai parlé ne pensait que les Saoudiens diraient qu’ils avaient bien plus peur de l’Iran que d’Israël. Personne n’avait prévu ça. »

Avec l’administration d’Obama qui cherche à conclure cet accord nucléaire crucial avec l’Iran le mois prochain, il semble probable que les pays du Golfe et Israël, alliés traditionnels des Américains mais unis dans leur refus de cet accord, continueront à construire leur coordination stratégique. Que d’anciens officiels de haut rang représentant à la fois les intérêts du Golfe et ceux d’Israël aient décidé de rendre publique leur coopération est le signe que cette alliance se renforce. Comme cette relation s’épanouit dans le contexte de la crise israélo-palestinienne et de la prédominance en Israël de partis politiques d’extrême droite, il semble clair que les dirigeants des pays du CCG ont décidé, suite aux printemps arabes, de placer leurs petits intérêts personnels au-dessus des principes annoncés haut et fort concernant la stabilité dans la région.

MURTAZA HUSSAIN – 6 juin 2015

Article original en anglais : https://firstlook.org/theintercept/2015/06/05/israel-gcc-alliance-shall-named/

Traduit par Christine Malgorn Auteur de Syrie, mon amour. 1860, au cœur de la guerre oubliée. Edition Harmattan, 2012 – Voir la vidéo (disponible sur Amazon); et de « Bienvenue au Shéol » paru en avril 2015 (disponible en numérique sur Amazon, et en format papier). Voir son blog:https://cmalgorn.wordpress.com)

Haut de page