Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Déclaration du bureau de Yanis Varoufakis, à propos du plan B développé au sein de son ministère

par Yanis Varoufakis 28 Juillet 2015, 18:03 Grece Dette Plan B Tsipras Varoufakis UE Economie

Déclaration du bureau de Yanis Varoufakis, à propos du plan B développé au sein de son ministère
Après la vive controverse soulevée par les révélations au sujet d’un éventuel « plan B » pour sauver la Grèce, l’ex-ministre des finances Yanis Varoufakis remet les pendules à l’heure. ASI

Déclaration du bureau de Yanis Varoufakis, ancien Ministre des Finances, Membre du Parlement, République Grecque

Pendant les négociations du gouvernement grec avec l’Eurogroupe, le Ministre Varoufakis supervisa un Groupe de Travail ayant pour attribution de préparer des plans d’urgence contre les efforts des créanciers de saper le gouvernement grec et au vu des forces engagées au sein de la zone Euro pour expulser la Grèce hors de l’Euro. Le groupe de travail était convoqué par le Ministre à la demande du Premier Ministre et a été coordonné par le Professeur John K. Galbraith (cliquez ici pour une déclaration du professeur Galbraith à ce sujet).

Il est utile de noter que, avant la confirmation publique par M. Varoufakis de l’existence de ce groupe, le Ministre était largement critiqué pour avoir négligé de préparer de tels plans d’urgence. La Banque de Grèce, la BCE, les Trésors Publics des Etats membres de l’UE, des banques, des organisations internationales, etc, avaient tous dessinés de tels plans depuis 2012. Le Ministre des Finances de Grèce aurait été négligeant s’il avait omis de préparer de tels plans.

Depuis que M. Varoufakis a annoncé l’existence du Groupe de Travail, les médias se sont permis, dans des articles tirés par les cheveux, de nuire à la qualité du débat public. Le Groupe de Travail du Ministère des Finances a travaillé exclusivement dans le cadre de la politique du gouvernement et ses recommandations avaient toujours pour but de servir l’intérêt public, dans le respect des lois du pays et afin de conserver le pays dans la zone euro.

Concernant l’article récent de « Kathimerini » intitulé « Un plan B prévoyant piratage et détournement« , ce journal a omis de contacter M. Varoufakis pour qu’il le commente. Les références erronées du rédacteur au sujet du « détournement des numéros fiscaux de tous les contribuables » ont semé la confusion et contribué à la désinformation médiatique. Cet article se réfère au projet du Ministère tel que décrit par Yanis Varoufakis dans son discours de départ du 6 juillet, lors de la cérémonie de passation de pouvoirs au Ministère des Finances. Dans ce discours, M. Varoufakis expose clairement :

Le secrétariat général des Systèmes d’Information a commencé à rechercher les moyens par lesquels Taxisnet (l’interface web du Ministère) pourrait devenir quelque chose de plus que ce qu’il est actuellement, devenir un système de paiement pour tiers, un système qui améliore l’efficacité et minimise les arriérés entre l’Etat et les citoyens et vice-versa« .

Ce projet n’était pas dans les attributions du Groupe de Travail; il fut présenté dans son exhaustivité au Cabinet et devait, dans l’esprit de M. Varoufakis, être mis en place indépendamment des négociations avec les créanciers, dans la mesure où il contribuerait à des gains d’efficacité considérables dans les transactions entre l’Etat et les contribuables, tout autant qu’entre les contribuables eux-mêmes.

En conclusion, durant les cinq mois de négociations qui ont captivé l’Europe, le Ministère des Finances a fait tout ce qui était possible pour servir l’intérêt public face à beaucoup d’obstacles. La campagne en cours pour entacher ces efforts échouera à entamer l’héritage d’une lutte cruciale de cinq mois pour la démocratie et le bon sens.

Par le bureau de Yanis Varoufakis - 27 juillet 2015

Note du traducteur: J’ai traduit la déclaration publiée ce jour sur le blog de Yanis Varoufakis parce qu’elle me parait du plus grand intérêt pour la suite inévitable des développements de la crise européenne.

commentaires

Haut de page