Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des hackers auraient pris le contrôle d’une batterie de missiles allemande (Russia Today)

par Russia Today 7 Juillet 2015, 21:13 Allemagne Turquie Missiles Hackers

Des missiles allemands Patriot déployés en Turquie ont été piratés et passés sous le contrôle de hackers pour une courte période de temps, ont fait savoir des médias mardi.

Ce sont des missiles anti-aériens «Patriot» de fabrication américaine stationnés près de la ville de Kahramanmaras à la frontière avec la Syrie qui ont été visés par une cyberattaque mardi. D’après les informations du magazine allemand Behorgen Spiegel, les systèmes de missiles, utilisés par l’armée allemande afin de protégé l’allié de l’OTAN qu’est Istanbul, ont exécuté des ordres «inexplicables». Le magazine ne donne plus de précisions sur la nature de ces commandes.

La publication explique que le missile piraté aurait deux points faibles dans sa sécurité, dont le système d’interopérabilité du senseur, qui permet d’échanger en temps réel les informations entre le lanceur et le système de contrôle.

La deuxième faille est une puce qui contrôle le guidage du missile.

Le système anti-aérien «Patriot» est en service dans l’armée américaine depuis 1984 et a été utilisé pour la première fois pendant la première Guerre du Golfe en 1981.

Ce n’est pas la première fois qu’un équipement militaire américain a été compromis par une cyberattaque depuis l’étranger. En mai 2013, des hackers vraisemblablement chinois ont pu accéder aux schémas précis des systèmes d’armement les plus développés du Pentagone, dont justement le système Patriot, l’hélicoptère Black Hawk et le projet le plus couteux de l’industrie militaire américaine - l’avion de combat F-35.

En juillet 2014, c’est le système israélien de défense antimissile Dôme de fer (Iron Dome) qui a fait objet d’une attaque de hackers, qui ont infiltré les réseaux de deux société publiques responsables du développement du projet et ont mis la main sur des documents militaires secrets.

commentaires

Haut de page