Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Grèce perd sa souveraineté et est mise sous tutelle coloniale européenne (MAJ)

par Sam La Touch 13 Juillet 2015, 18:54 Articles de Sam La Touch Grece UE BCE Dette Colonialisme Tutelle Souveraineté Banques

La Grèce perd sa souveraineté et est mise sous tutelle coloniale européenne (MAJ)

"L'accord sur la Grèce est une victoire pour l'Europe" Manuel Valls sur BFM TV, 13 juillet 2015.

"L'accord avec la Grèce est ce qu'il y a de mieux pour l'Europe" J.Lew, secrétaire d'Etat au Trésor étatsunien

Tranchant avec le soulagement manifesté à Bruxelles après l’accord conclu à l’arraché entre Athènes et ses créanciers, des voix s’élevaient lundi en Europe contre ce compromis, obtenu avec le « pistolet sur la tempe » d’Alexis Tsipras, premier chef d’un gouvernement de gauche radicale sur le Vieux continent.

Ainsi donc Tsipras aura fini par manger les pissenlits par la racine comme beaucoup de dirigeants des pays du sud avant lui. Il aura accepté un plan d'austérité de l'UE qui est pire que celui qui lui était proposé avant le référendum. La volonté du peuple grecque n'a pas fait le poids face à la puissance politique et financière de l'UE et de ses créanciers. Tsipras affolé à l'idée d'un Grexit et de la menace d'une éventuelle faillite s'est jeté, bien malgré lui et son référendum gagné, dans les bras de ses créanciers impitoyables qui en ont profité pour l'humilier pour avoir convoquer le pouvoir de la démocratie.

Résultat des courses : si les caisses d'Athènes recevront de 80 à 90 milliards d'euros, elles resteront redevables auprès du FMI et de la BCE de leur utilisation. Ces sommes seront versées très lentement et à des conditions exorbitantes. La dette grecque n'est même pas en partie effacée mais reportée. Un accord qui ne va faire que pressuriser la population grecque qui va devoir payer des intérêts ad vitam eternam. L'UE s'est transformée en grande spoliatrice du bien public grecque. Hausse de la TVA de plus de 10%, réforme profonde du système de retraite et privatisations à outrance. En effet, des privatisations à hauteur de 50 milliards d'euros seront imposées aux Grecs avec droit de regard de l'UE sur le Parlement grecque. Le pays est donc contraint de céder une bonne part de ses infrastructures liées au transport (port, etc) et à l'énergie pour ramener de l'argent frais. La Grèce sera sous une véritable tutelle législative. Le gouvernement devra réviser nombreuses de ses lois et avoir l'accord de la Troïka avant de voter de nouvelles lois. Nous assistons à un transfert de souveraineté et à une mise en dépendance perpétuelle de la Grèce à l'égard de la BCE, du FMI et de l'UE. La Grèce si cet accord était ratifié passerait sous tutelle administrative et financière.
L'Union européenne, ce miroir aux alouettes, révèle son vrai visage, celui de la prédation et du dépeçage de ses propres membres dans une terrible logique comptable déshumanisante.

Tsipras aurait-il pu obtenir le soutien et le financement des BRICS et favoriser un Grexit qui ne soit pas délétère ? Le spectaculaire rétablissement économique de l'Islande, au bord de la banqueroute il y a trois ans, enseigne selon certains économistes qu'un gouvernement doit laisser les banques faire faillite plutôt que de s'attaquer au contribuable.

A méditer...

commentaires

Haut de page