Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tunisie : l’Africom pourrait y installer une base de drones, l’attentat de Sousse comme moyen de pression ? (Blog Finance)

par Elisabeth Studer 19 Juillet 2015, 18:18 Articles de Sam La Touch Américafrique Tunisie Africom Impérialisme USA Sousse Attentat

Tunisie : l’Africom pourrait y installer une base de drones, l’attentat de Sousse comme moyen de pression ? (Blog Finance)

Simple hasard ? Alors qu’à la suite de l’attentat de Sousse - revendiqué par Daesh – qui a endeuillé récemment la Tunisie, le général-major à la retraite et analyste politique Abdelaziz Medjahed, avait estimé que cette opération constitue « une forme de pression exercée sur ce pays pour l’amener à accepter l’installation d’une base militaire américaine sur son sol », le Wall Street Journal titrait le 13 juillet dernier : “Les Etats-Unis veulent des drones en Afrique du Nord”.

Une demande que la Tunisie pourrait avoir du mal à repousser, compte-tenu du risque accru d’actes terroristes sur son territoire …. et de l’aide financière d’un montant non négligeable fourni par les Etats-Unis … cadeau pas tout à fait désintéressé semble-t-il … Contexte rendu encore plus « propice » du fait de la grave crise que l’attentat a provoqué au sein du secteur touristique, véritable poumon de son économie. Affaiblissant encore plus un pays encore instable politiquement. Stratégie particulièrement appréciée par les Etats-Unis ….

En tout état de cause, le quotidien américain affirme que Washington est en pourparlers avec plusieurs pays du Maghreb pour pouvoir disposer d’une base afin de lancer des drones de surveillance au-dessus de la Libye. Objectif affiché : surveiller les activités de l’organisation Etat islamique (EI ou Daesh) en vue de la combattre.

D’après les responsables américains, il s’agirait de manière quasi certaine d’une base déjà existante sous souveraineté du pays hôte. Ce dernier accorderait aux Etats-Unis la permission de positionner des drones et du personnel militaire américain sur la base déjà existante. Dans une sorte d’occupation qui ne dit pas son nom en quelque sorte …

L’établissement d’une telle base représenterait ainsi “la plus importante expansion de la campagne contre l’EI dans la région” …. pour ne pas dire la plus importante expansion militaire US en Afrique …. ? Alors même que le Commandement militaire américain pour l’Afrique (US Africom) ne cache pas son souhait d’y implanter une base …. ?

Si, toujours selon le WSJ, les drones américains ne seraient affectés dans un premier temps qu’à une « simple » mission de surveillance, ls pourraient par la suite être utilisés pour lancer des frappes contre des cibles appartenant à l’EI.

Si les responsables interrogés par le journal anglo-saxon ont refusé de nommer les pays concernés, mais il pourrait s’agir selon lui de la Tunisie ou de l’Egypte, les pays frontaliers de la Libye. Si certes, le Maroc a des liens étroits avec Washington, sa distance avec la Libye semble trop importante.

Jusqu’ici, aucun pays d’Afrique du Nord n’a accepté la demande des Américains, précise le quotidien. “Les gouvernements de la région considèrent l’EI comme une menace mais s’inquiètent d’être plus directement visés par l’organisation s’ils acceptent d’accueillir l’armée américaine sur leur sol.” Argument officiel …. auquel on peut rajouter les craintes d’une trop grande ingérence des Etats-Unis sur leurs affaires intérieures.

Des informations du journal qui pourraient faire fortement écho aux propos du général Medjahed, pour qui l’attentat de Sousse »
participerait d’un plan visant à créer le climat favorable en Tunisie pour prendre cette décision ». Selon son analyse, « les États-Unis pourraient enfin mettre en place l’Africom au Maghreb, dix ans après sa création ».

- L’Africom aide financièrement la Tunisie -

Rappelons à cet égard que lors d’une réunion qui s’est tenue le 26 août 2014, au palais du Gouvernement à la Kasbah, entre Mehdi Jomaa, chef du Gouvernement, le général David M. Rodriguez, chef du Commandement militaire américain pour l’Afrique (US Africom) et Jacob Walles, ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie, l’officier américain a annoncé une aide militaire de 60 millions de dollars à la Tunisie à partir de 2015.

Cette aide militaire supplémentaire des Etats-Unis devait être allouée à l’armée tunisienne pour lui permettre de s’équiper en matériel de détection des bombes artisanales et engins explosifs, ainsi que de nouveaux navires pour la marine, lesquels auront pour tâche le ratissage des côtes dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Lors de cette réunion, il a été également convenu d’une assistance médicale d’urgence au profit des soldats tunisiens blessés au cours d’opérations.

En avril 2015, les États-Unis ont annoncé qu’ils allaient multiplier par trois l’aide militaire qu’ils apportent à la Tunisie et aider à former ses troupes. Le secrétaire d’État adjoint américain, Antony Blinken, avait alors affirmé que cette aide devait permettre de fournir à la Tunisie plus d’équipements militaires, des armes et un soutien technique plus important. « Notre objectif est de renforcer leur capacité à vaincre ceux qui menacent la liberté et la sécurité de la nation », avait alors déclaré Blinken après une rencontre avec le premier ministre tunisien Habib Essid. Antony Blinken avait également annoncé que les USA offriront à l’armée tunisienne un entraînement dans la gestion des frontières, impliquant pour la première fois les États-Unis dans la formation de soldats tunisiens.

L’annonce intervenait trois semaines après l’attaque sanglante du musée du Bardo de Tunis ayant causé la mort de 22 personnes dont 21 touristes étrangers.

Si le secrétaire d’État adjoint américain n’avait avancé aucun chiffre concernant le montant de cette aide triplée, un officiel américain a alors ajouté que l’aide militaire américaine à la Tunisie se situerait en 2015 aux environs de 180 millions de dollars.

- Des négociations de longue date entre Africom et Tunisie -

Dans un article de novembre 2013, le journal Jeune Afrique précisait quant à lui que « Le 20 novembre, les entretiens, à Tunis, entre le général David M. Rodriguez, patron du Commandement des États-Unis pour l’Afrique (Africom), et Ali Larayedh, le chef du gouvernement tunisien, ont porté sur la coopération entre les deux pays et la situation sécuritaire régionale, mais pas seulement. Selon des proches du cabinet du Premier ministre, il a surtout été question de la base militaire américaine alors en cours d’implantation à Remada, dans le sud du pays, dans une zone placée sous contrôle militaire au mois d’août 2013 par décret présidentiel. Mais les travaux avaient débuté dès décembre 2011 ». Le journal ajoutant alors : « ce sera l’unique base dont disposeront les États-Unis au Maghreb ».

Elisabeth Studer – 19 juillet 2015 – www.leblogfinance.com

A lire également :

. La campagne « où est le pétrole » enflamme la Tunisie, malédiction du pétrole ou stratégie bien ordonnée ?

. Daesh : un modèle économique basé sur pétrole low-cost et terrorisme, décortiqué dans Capital (M6)

. Tunisie : la malédiction du pétrole ?

commentaires

Haut de page