Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

USA. Brutalités policières et racisme, le cocktail qui mène à la mort de Sandra Bland (Mediapart)

par Iris Deroeux 25 Juillet 2015, 21:47 USA Racisme Violences policieres Crime Sandra Bland

L’affaire Sandra Bland, ou comment un contrôle routier dégénère et une jeune Afro-Américaine décède en cellule trois jours après son arrestation. Retour sur ce fait divers et ses zones d’ombre, suscitant une nouvelle vague de colère et d’indignation aux États-Unis.

USA. Brutalités policières et racisme, le cocktail qui mène à la mort de Sandra Bland (Mediapart)

En un an, il y eut la mort de Mike Brown à Ferguson dans le Missouri, l’étranglement d’Eric Garner par des policiers new-yorkais à Staten Island, ou encore le décès de Freddie Gray des suites de son arrestation par des officiers de Baltimore. Voilà désormais l’affaire Sandra Bland, dernière en date à venir alimenter le débat sur les brutalités policières à l’égard des Afro-Américains et plus largement sur le racisme institutionnel qui frappe encore la société américaine.

Sandra Bland était une Afro-Américaine de 28 ans originaire de la banlieue de Chicago, dans l’Illinois. Elle se trouvait dans la ville d’Hempstead, au Texas, afin de passer un entretien d’embauche pour un emploi dans une université locale, la Prairie View A&M University, à une centaine de kilomètres de Houston. Cet entretien se déroule le 9 juillet, elle obtient immédiatement le poste.

Le lendemain, alors qu’elle approche de l’université en voiture, elle est appréhendée par un policier de la route : elle se gare sur le bas-côté, il sort de son véhicule, s’approche du sien et lui explique qu’elle a omis de mettre son clignotant alors qu’elle changeait de voie, une infraction mineure qui peut et va lui valoir une contravention. Sauf que très rapidement, l’échange dégénère. La jeune femme se retrouve menottée, en état d’arrestation, et bientôt conduite à la prison locale de ce comté texan, le comté de Waller.

Ne pouvant verser la caution fixée à 5 000 dollars, elle ne peut retrouver sa liberté et doit rester emprisonnée jusqu’au jour de sa comparution pour les faits qui lui sont reprochés, à savoir d’avoir agressé un officier. Sauf que trois jours après son arrestation, le 13 juillet, elle décède dans cette même prison par pendaison, à l’aide du sac plastique qui recouvrait la poubelle disposée dans sa cellule. Les autorités concluent à un suicide, ce qui vient d’être confirmé par le médecin légiste ayant pratiqué l’autopsie.

Mais ces rapports officiels peinent encore à convaincre la famille de la jeune femme ainsi que de nombreux militants antiracistes et citoyens indignés, s’exprimant notamment sur les réseaux sociaux sous la bannière Black Lives Matter ("La vie des Noirs compte") qui ne comprennent pas comment on a pu en arriver là.

Car chaque étape de cette affaire fait débat, de l’arrestation de Sandra Bland jusqu’à son décès. On y retrouve le même cocktail explosif que dans les autres affaires ayant fait grand bruit ces derniers mois : la mort d’une Afro-Américaine dans des circonstances douteuses après une arrestation violente par un officier blanc, une vidéo alertant et choquant le grand public, un département de police qui a déjà été soupçonné de pratiques discriminatoires et suscitant donc la méfiance...

Lire la suite sur MdP

commentaires

Haut de page