Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jack Balkwill: « Le monde devrait craindre un autre président Clinton » (Oximity)

par Jack Balkwil et Mohsen Abdelmoumen 31 Août 2015, 19:33 USA Clinton Hilary Clinton Afghanistan Drogue Terrorisme Libye EI Syrie

Mohsen Abdelmoumen : Dans un de vos articles, vous confirmez l’implication de la CIA dans le trafic d’héroïne en Afghanistan. Quelles sont les informations dont vous disposez à ce sujet ?

Jack Balkwill : Je ne l’ai pas confirmé mais simplement insinué. Avant l’invasion américaine de l’Afghanistan en 2001, les Talibans y avaient presque entièrement arrêté la production de pavot. Après 14 années d’occupation américaine, l’Afghanistan produit de nos jours 90% de l’héroïne dans le monde. Michael Levine, un ancien agent de la Drug Enforcement Administration (Service de Lutte contre la Drogue), disait qu’il avait essayé d’arrêter les plus grands trafiquants de drogue autour de la planète et, à chaque fois, il était stoppé en s’entendant dire que les criminels travaillaient avec la CIA et qu’il fallait les laisser tranquilles. Il a finalement démissionné de son poste.

Les citoyens occidentaux peuvent-ils croire leurs gouvernements sur les dossiers de la lutte antiterroriste et antidrogue, alors que les Etats-Unis gèrent le trafic d’héroïne en Afghanistan et qu’ils entraînent et arment les groupes terroristes comme Daesh et Al-Qaïda, et que l’armée camerounaise a surpris les Français en train de livrer des armes à l’organisation terroriste Boko Haram ?

Aucun citoyen occidental ne devrait croire que le gouvernement des Etats-Unis s’oppose sérieusement au terrorisme ou au trafic de drogue. Al Qaeda a commencé comme une opération de la CIA en Afghanistan pendant l’administration du Président Carter, qui travaillait alors avec Oussama ben Laden comme allié. Les Etats-Unis ont travaillé avec des groupes terroristes pour renverser le gouvernement de la Libye et oeuvrent maintenant avec les terroristes pour renverser le gouvernement de la Syrie. Gary Webb a prouvé que la CIA assurait l’approvisionnement de la cocaïne aux USA où elle était vendue dans les rues pour gagner de l’argent afin de soutenir le terrorisme contre le peuple du Nicaragua pendant les années 1980. Vos lecteurs devraient également faire une recherche sur Michael Levine sur Internet au sujet des histoires effrayantes sur le rôle du gouvernement américain dans le trafic international de drogues illicites.

Des spécialistes sur la question sécuritaire ont prouvé que l’argent de la drogue finance le terrorisme. Les groupes terroristes qui s’autofinancent avec l’argent de la drogue n’obéiraient-ils pas aux agendas de l’empire, puisque l’on sait que la CIA détient le monopole du trafic d’héroïne ?

Souvent, les États-Unis créent des groupes terroristes, comme Al-Qaïda, pour saper des gouvernements et ensuite ils en perdent le contrôle. Al-Qaïda est désormais considéré comme un ennemi des Etats-Unis. En Syrie, des groupes identifiés comme ISIS ont été créés pour attaquer le gouvernement élu là-bas, et sont maintenant hors de contrôle et attaquent à présent les intérêts des Etats-Unis.

Sur un autre chapitre, Hillary Clinton se présente aux élections alors qu’elle a échoué en tant que Secrétaire d’Etat en perdant un ambassadeur en Libye, assassiné par des terroristes liés aux Etats-Unis. Par ailleurs, elle reçoit de l’argent du royaume du Maroc lequel est en litige avec l’ONU concernant le Sahara Occidental. Si demain Clinton est présidente des Etats-Unis, n’y aura-t-il pas un conflit d’intérêt concernant la question de la décolonisation du Sahara Occidental ? Et quand on échoue en tant que secrétaire d’Etat, peut-on réussir en tant que président ?

Hillary Clinton est une femme redoutable qui manipule le terrorisme au nom des objectifs de l’Empire. Alors qu’elle était secrétaire d’Etat, elle a ri quand le président Kadhafi a été exécuté en Libye au cours de cette horrible attaque dans laquelle elle s’était ardemment impliquée. En tant que sénatrice, elle a voté pour l’invasion illégale de l’Irak. Elle a reçu des millions de dollars pour se porter candidate au profit des banquiers, des entreprises de défense et des pollueurs qui dominent le système gouvernemental américain et qui contrôlent nos élections et la presse grand public. Le monde devrait craindre un autre président Clinton. Son mari était aussi un président horrible. Les élections américaines sont contrôlées et seuls les candidats les plus corrompus ont l’occasion d’être vus à la télévision et de gagner.

Vous évoquez la présence d’une mafia nucléaire aux Etats-Unis. Pouvez-vous nous informer à ce sujet ?

Le terme « mafia nucléaire » a été inventé par l’ancien commandant en chef des Forces du Pacifique, l’amiral Noel Gaylor, qui l’a utilisé pour décrire les entrepreneurs de la défense. Ces entreprises dépensent des millions de dollars pour corrompre les candidats à des hautes fonctions tels Hillary Clinton, qui les récompensent ensuite avec des contrats après qu’ils aient remporté les élections. Leurs dirigeants sont payés des millions de dollars, et leurs investisseurs gagnent des milliards de dollars sur le dos des contribuables américains, qui n’ont même pas un système de soins de santé décent pour eux-mêmes comme il en existe en Europe occidentale. La presse américaine dominante est corrompue et les couvre, de sorte que la plupart des Américains restent ignorants.

En Occident, les pays qui prétendent être des démocraties laissent-ils s’exprimer les voix contradictoires dans les médias de masse ? En tant qu’activiste et intellectuel engagé, pouvez-vous vous exprimer dans les médias grand public, ou bien n’avez-vous accès qu’aux médias alternatifs ?

Je ne cherche même pas à écrire pour les médias traditionnels. Ils font entièrement de la propagande pour protéger des investisseurs internationaux et des sociétés internationales qui travaillent contre les intérêts des citoyens américains et des citoyens du monde. Même si j’ai un diplôme d’études universitaires en journalisme, je n’ai jamais postulé pour un poste dans la presse grand public, parce que je la trouve répugnante. Nous avons des centaines de chaînes de télévision où la plupart des Américains obtiennent leurs nouvelles, et aucune d’entre elles ne dit la vérité.

J’écris avec l’espoir que les jeunes, armés de faits, pourraient un jour apporter un iota de démocratie dans ce pays.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen | 12 AOÛT 2015

Jack Balkwill est un journaliste et écrivain américain établi en Virginie. Il a remporté des prix nationaux pour ses écrits poétiques, fictions et documentaires. Vétéran de la guerre du Vietnam, il est un activiste anti-guerre depuis des décennies. Il publie ses écrits dans Rectangle, magazine de l’English Honor Society, et dans des médias progressistes tels que Z Magazine, In These Times, Counterpunch, This Can’t Be Happening, Dissident Voice, et d’autres. Il est l’auteur du livre « An Attack on the National Security State : Pentagon, C.I.A., F.B.I. » traitant du sujet des activistes pacifistes emprisonnés aux USA pour leur opposition à la militarisation et à l’armement.

commentaires

Haut de page