Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ONPC. Chapeauté par Barma, Ruquier, avec ses deux chroniqueurs, commence l'année en toute sérénité.

par Sam La Touch 30 Août 2015, 06:46 Articles de Sam La Touch ONPC Caron Moix Salame Ruquier Islamophobie

ONPC. Chapeauté par Barma, Ruquier, avec ses deux chroniqueurs, commence l'année en toute sérénité.

Le discours "subversif" - si toutefois on peut parler en terme de subversion - d'Aymeric Caron à l'égard de la politique prédatrice et des crimes d'Israël ne se fera plus entendre dans l'émission "On n'est pas couché". Remplacé par l'écrivain Yann Moix au côté de Léa Salamé, il n'y aura plus guère de critique à l'égard du sionisme et de ses crimes puisque les deux chroniqueurs sont d'ardent défenseurs du sionisme sous toutes ses formes.
Yann Moix est connu pour sa défense assidue pour ne pas dire acharnée d'Israël ainsi que pour ses propos anti-arabes. N'avait-il pas plaisanté dans une précédente émission sur "les Arabes qui sont fait pour voler" ? Il a donc toute sa place dans cette émission.

Durant sa première émission ONPC du 29.08.15 en tant que chroniqueur, Moix assume parfaitement ses positions et s'est fait l'avocat zélé d'un Houellebecq islamophobe patenté qui n'hésite pas à déclarer "exploiter les peurs des gens". Houellebecq est venu encenser le livre islamophobe de Boualem Sansal soutenu en cela par Yan Moix. Un livre qui dépeint de manière encore plus radical que le sien ("Soumission") une société soumise à un gouvernement islamiste radical en 2084 et traite à la manière de George Orwell des effets monstrueux d'un régime totalitaire mais cette fois-ci avec pour thématique "l'islamofascisme". Un livre qui ne pouvait qu'être encensé par Houllebecq et Moix.

Selon Panamza, "membre du comité d'honneur de l'Institut des études lévinassiennes (fondé à Jérusalem par BHL et Alain Finkielkraut), il (Moix) revendique également son communautarisme"), Moix est très proche de la mouvance sioniste.

Par ailleurs sa grille de lecture focalisée sur la judéité martyre comme grille d'explication de nombreuses situations (voir son analyse du livre de Christine Angot "Un Amour impossible" dans la dernière émission du 29.08.15) peut parfois virer à l'obsession voir même à l'antisémitisme paradoxal comme a pu le signaler en son temps le très réactionnaire Zemmour. Ce dernier pouvant avoir des analyses folles par le vent du nord/nord-ouest et être particulièrement pertinent par le vent du sud/sud-est.

La défense de Polanski par Moix avait été qualifiée de "délirante et antisémite" par Zemmour à l'occasion de la publication de son livre "La Meute" :
Zemmour à l'égard de la défense de Polanski par Moix déclarait "«En gros, si on fait un condensé de ce que tu écris, parce qu’il est juif, que ses parents sont morts dans le ghetto, etc… il a le droit de baiser une gamine de 13 ans. C’est quasiment ça. Ce qui est terrible, c’est que tu continues après et tu écris page 222 que ‘le métier du juif est d’être perpétuellement accusé, être juif c’est être coupable d’une seule chose, être coupable’. Donc ça veut dire qu’il est accusé parce qu’il est juif. C’est délirant!»" En clair Zemmour dénonçait la "philosémie" pathologique de Moix pointant en sous-main son caractère morbide pour mieux l'inviter à en comprendre le véritable soubassement.

Inutile de dire que toutes critiques envers la politique colonialiste d'Israël et des dérives impérialistes étatsuno-sionistes dans le monde n'auront probablement pas le droit de citer. Autant dire que BHL avec Moix se verra dérouler le tapis rouge.

Nous n'assisterons probablement plus aux célèbres diatribes d'Aymeric Caron à l'égard de la politique criminelle d'Israël, contre le colonialisme ou contre les politiques impérialistes US en Libye. Selon Le Monde juif, Yann Moix est "considéré comme pro-israélien et philosémite".

Quand à Léa Salamé, elle n'est pas en reste en ce qui concerne les dérapages islamophobes. Elle avait déclaré sur I-Télé face à Askolovitch auteur de "Nos mal-aimés", lors d'un débat contradictoire portant sur la réalité de l’islamophobie en France :
"« L'objectif [de votre livre], c'est quoi? C'est de nous forcer à regarder ces barbus, ces femmes voilées, à ne pas changer de trottoir, à ne pas nous boucher le nez? ».

Salamé s'est défendue ensuite en disant qu'il s'agissait de caricaturer les réactionnaires islamophobes.

Enfin, on est en droit de se demander si ces deux chroniqueurs visiblement sur la même longueur d'ondes ne surferont pas sur la tendance islamophobe française actuelle partisane du fameux "choc des civilisations" instrumentalisé par une partie du magistère intellectuel et politique. Le fait que tous les deux dès la première émission aient encensé le livre islamophobe de Boualem Sala, "2084", à l'unisson avec le très réactionnaire Houellebecq semble inaugurer d'une certaine sérénité pour l'humoriste Ruquier. Ce dernier a toujours été soucieux d'obtenir l'aval des puissants et de l'oligarchie, signe de longévité dans le métier. Ruquier est d'ailleurs l'employé du marchand d'armes Lagardère sur Europe 1 et connait très bien la ligne qu'il ne faut pas franchir si on veut rester dans le circuit. Aymeric Caron jouait la mouche du coche et dérangeait l'animateur de l'émission aux entournures. Ruquier a toutefois su le gratifier, à sa façon, pour son esprit de polémiste durant ses deux années de bons et loyaux services dans ONPC, d'un sketch du bouffon de service du P.A.F.

Les Fourrest, BHL, Finkielkraut, Houllebecq et autres réactionnaires "anti-modernes" verront sans doute un boulevard se dérouler devant eux pour leurs idéologies douteuses et ostracisantes dans cette émission du P.A.F sans guère de contradictoire. On espère seulement que cette émission de divertissement ne virera pas définitivement à une propagande pernicieuse en faveur de l'impérialisme et du sionisme...
Le temps de cerveaux disponibles devrait également pouvoir profiter (avec la redevance audiovisuelle) d'une certaine dialectique signe d'ouverture et non d'un enfermement et d'une aliénation dangereuse véhiculée par le service publique.

Haut de page