Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi la police des Etats-Unis est hors de contrôle ?

par Consortium News 21 Août 2015, 22:23 Articles de Sam La Touch USA Police Violences policieres

Pourquoi la police des Etats-Unis est hors de contrôle ?

Les forces de police des États-Unis sont tellement hors de contrôle qu'il n'y a même pas de base de données fiables sur le nombre d'agents de police qui ont tué des concitoyens. Donc, au-delà du racisme et de la peur des armes à feu, le problème comprend l'hétérogénéité de l'application de la loi et les lacunes dans la formation des 18.000 services de police dans les 50 États.



Les Etats-Unis sont manifestement un cas à part quand il s'agit de brutalité policière. Selon le site de The Guardian, la police US tue plus de personnes dans une seule journée que la police d'Angleterre et du Pays de Galles lors d'une année entière. Où la police de Stockton, en Californie, a tué trois personnes au cours des cinq premiers mois de 2015, la police de l'Islande, qui a à peu près la même population, a tué une seule personne depuis que la République islandaise moderne a été fondée en 1944.

Où les Etats-Unis ont vu 97 tirs par armes feu par des policiers en un seul mois (mars 2015), l'Australie en a vu 94 au cours des deux dernières décennies (de 1992 à 2011). Et où la police en Finlande a tiré un total de six balles en 2013, la police de Pasco, Washington, en a tiré près de trois fois plus en février dernier sur un immigré mexicain de 35 ans, nommé Antonio Zambrano-Montes, qu'elle accusait de les menacer avec un rocher.

Quelle est la raison de cette si grande différence ? Le mouvement "Black Lives Matter" blâme le racisme, ce qui est certainement vrai, mais potentiellement trompeur car cela suggèrerait que le racisme n'est pas un problème dans des pays comme l'Angleterre et l'Australie, ce qui n'est certainement pas le cas.

Dans une analyse récente, Steven Rosenfeld a blâmé le recours à la force excessive par la police, l'absence de supervision, et une mentalité de confrontation qui mène des flics en zone urbaine à voir leurs périmètres comme de véritables zones de guerre. Tout cela est certainement le cas, mais la logique peut sembler un peu tautologique car tout ce que Rosenfeld dit est que la police est hors de contrôle parce que la police est hors de contrôle.

La Coalition pour mettre fin à la violence armée accuse une "course continuelle aux armements entre policiers et civils" poussant les flics à voir tout suspect comme un combattant lourdement armé. Mais tandis que la police est clairement surarmée avec une puissance de feu allant crescendo - les équipes d'intervention sont souvent plus lourdement armés que les troupes en première ligne en Afghanistan ou en Irak - rien ne prouve que l'Etatsunien moyen en fasse de même.

En effet, Gallup indique que la proportion d'Etatsuniens qui disent avoir une arme à feu à la maison a diminué depuis les années 1960, tandis que les ventes d'armes d'assaut de type militaire ont jusqu'à présent eu un impact négligeable sur le taux de criminalité. Donc, il n'y a aucune preuve que la course aux armements au niveau de la rue est en cours ou qu'elle est à l'origine des réactions excessives de la police.


La fragmentation des forces de police
Alors, quelle est la vraie raison qui fait que les Etats-Unis battent des records quand il s'agit pour la police de tirer sur ses propres citoyens ? L'explication la plus importante est une explication que presque personne n'a notée : la fragmentation.

La Grande-Bretagne, par exemple, a une cinquantaine de forces de police distincts, le Metropolitan Police Service couvrant Londres, un grand nombre de forces de police régionales couvrant le reste du pays, en plus d'une Serious Organized Crime Agency pour faire face aux infractions de niveau supérieur.

L'Allemagne a une force de police fédérale plus un service de police pour chacune des seize Länder, ou États, tandis que la France, grâce à la tradition jacobine de centralisation, sait en quelque sorte faire avec seulement trois forces de police en tout : la police nationale, la gendarmerie nationale, et la police municipale, dont la moitié seulement est armée. L'Australie a quant a quant à elle huit forces de police, la Nouvelle-Zélande en a une seule, tandis que le Canada, a plus de 200, dont deux douzaines au moins parmi les tribus amérindiennes.

Alors, combien de départements de police ont les États-Unis ? La réponse est : plus de 18.000. Cela inclut trois douzaines au niveau fédéral et de manière sidérante 17985 au niveau national et local - on a de tout des state troopers aux patrouilleurs de ville en passant par les flics des campus, des hôpitaux et de logement police, des gardes de parc, et même un département spécial de la police pour le zoo dans la ville de Brookfield juste à l'extérieur de Chicago.

Lorsque les forces de police de Grande-Bretagne sont fermement sous le contrôle du ministère de l'Intérieur tandis que la France est sous le contrôle du ministère de l'Intérieur, celles des Etats-Unis sont pratiquement autonomes. Lorsque le ministère de la Justice a envoyé une enquête sur l'utilisation de la force en 2013, les réponses qui revenaient étaient si confuses qu'elles étaient inutilisables. Certains départements ont envoyé des informations sur l'utilisation des armes à feu, tandis que d'autres comprenaient des rapports au sujet de coup de poings donnés et l'utilisation de dispositifs non létaux. D'autres, y compris des services d'une grande ville comme New York, Houston, Baltimore et Detroit, ne savaient pas ou ont refusé de livrer leurs informations...

Un pays qui ne sait même pas combien de fois la police utilise ses armes ou dans quelles circonstances est un pays dans lequel chaque département local applique son propre droit, une baronnie autonome avec ses propres règles et ses usages spéciaux.

"C'est une honte nationale", a déclaré au New-York Times Geoffrey P. Alpert, professeur de criminologie à l'Université de la Caroline du Sud. "En ce moment, tout ce que vous savez est ce que vous avez sur YouTube."...

Source : Consortium News Why US Police Are Out of Control

commentaires

Haut de page