Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Arabie saoudite qui préside le comité des droits de l'homme de l'ONU, bombarde le Yémen, achète nos Rafale, s'apprête à crucifier un jeune opposant

par Mondafrique 23 Septembre 2015, 12:29 Arabie Saoudite ONU Opposant Crucifixion Rafale Articles de Sam La Touch

Ali Mohamed al-Nimr a été arrêté le 14 février 2014 à Ryad pour avoir « manifesté ». Le Roi Salman, cet ami de la France qui achète les Rafales tricolores, a décidé qu'il devait être décapité, puis crucifié.

L'Arabie saoudite qui préside le comité des droits de l'homme de l'ONU, bombarde le Yémen, achète nos Rafale, s'apprête à crucifier un jeune opposant

Les Français ont appris qu’en matière amoureuse François Hollande n’est pas un homme parfaitement sûr. Il semble qu’il ait l’amour vagabond, scooterisé. Et c’est bien son droit. Et ça fait tellement français. En revanche, quand il s’agit d’amitié, là, François est un homme de fer, qui ne trompe pas et ne se trompe pas. Ainsi, ce n’est pas parce qu’ils pratiquent la décapitation au sabre –symbole du pays- puis la crucifixion du cadavre privé de tête, que les frères saoudiens du titulaire de l’Elysée sont de mauvais bougres. Et que l’anecdote mérite une fâcherie.

Sympas, les acheteurs de Rafale

Demain sans doute, et dès les premières lueurs de l’aube qui en Arabie est déjà chaude, Ali Mohamed al-Nimr, vingt ans, sera privé d’un partie de lui-même. Celle qui, selon le roi Salman, ne fonctionne pas avec justesse : sa tête. Ensuite, « pies corbeaux nous ont les yeux cavés », Ali sera exposé aux bêtes sauvages, au soleil et au vent jusqu’à ce qu’il devienne poussière. Ils sont sympas les acheteurs de Rafales. Les amis aussi de Fabius et Le Drian, notre Premier ministre-bis.

Pour être juste et froid, ce qui doit coller à l’objectivité du journaliste, disons de cet Ali ne l’a pas volé. Ainsi il n’a rien fait de répréhensible ce qui, dans ce pays de corrompus, est un délit. Pire, ce jeune homme a l’étrange idée d’être de confession chiite, ce qui prouve que, même vivant, il n’avait pas toute sa tête.

J’aimerais revenir aux « faits »… le problème est qu’ils n’existent pas : le dossier du supplicié est vide. Ce garçon a été arrêté le 14 février 2014, il avait 17 ans, pour avoir « manifesté ». Pour alourdir le cas on lui cherche concomitamment une incrimination pour « l’utilisation d’une arme », pistolet, revolver ou fusil que nul n’a vu ni retrouvé. Et qu’Ali n’a tiré sur personne. Pourtant il est bien coupable puisqu’après plusieurs jours de tortures il a signé des aveux. Voilà un écrit en béton comme on l’aime à Riyad.

A huis clos et sans témoins

Mais pourquoi donc cet Ali aurait-il manifesté ? En tout cas pas pour une bonne raison. Ce n’est pas parce que Chia cheikh Nimr Baqr al Nimr, son oncle qui est aussi un leader de l’opposition, venait d’être condamné à passer par le fil du sabre, que ce jeune étourdi devait se mettre en colère.

Le 21 septembre la famille d’Ali a été avisée que son recours avait été examiné, bien sûr à huis clos, sans témoin, sans avocat et sans l’accusé, et que dans leur sagesse les « magistrats » avaient jugé urgent de raccourcir ce gamin à l’âge de Rimbaud. Voilà une exemplaire simplification de procédure. Et c’est ainsi que se passent les choses dans un pays avec lequel la France a établi un véritable pont aérien de fraternité. Un pays où Hollande, si martial et expert en bombes, a participé à un Conseil de Défense. Autre geste humanitaire, il s’agissait alors d’aller fracasser à coups de missiles le crâne de pauvres yéménites qui n’ont rien fait à la France, et pas plus aux saoudiens. Ah mais !

La SFIO, un logiciel pour demain

Notre François serait bien capable de tourner dans un remake de « Règlement de compte à OK corral », bien sûr produit par Julie Gayet. Il y serait excellent et le tapis rouge de Cannes est son horizon. La philosophie de la SFIO -celle qui guide notre guide-, coloniale et guerrière, est vraiment une belle idée, Le Drian, notre VRP, devrait songer à l’exporter.

Cette petite agitation autour de la 81eme tête qui devrait rouler dans le sable d’Arabie, statistique pour l’année, tombe bien. Depuis lundi dernier son excellence Faisal Trad, ambassadeur de Riyad auprès de l’ONU préside le Comité des Droits de l’Homme à Genève. Voilà une nomination méritée, mais on peut faire mieux. Espérons que le prochain titulaire du poste sera un représentant de Daesh. Il semble que la décision de confier la défense de l’humanité à cet individu ait été prise en juin, et « gardée secrète »… On comprend pourquoi, le sieur Faisal avait besoin d’un assez long stage afin d’apprendre l’existence du droit. La France de Hollande-Mollet a vraiment des amis exemplaires. Sauvons Ali Mohamed et les autres.

commentaires

Haut de page