Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Burkina, feu orange de la France en faveur des putschistes (Mondafrique)

par Nicolas Beau 24 Septembre 2015, 18:31 Burkina Faso Diendere Coup d'Etat Putschistes France Françafrique

Le général Gilbert Diendéré, chef des putschistes au Burkina, possède de solides relais à Matignon et à l'Elysée qui ne l'ont pas dissuadé de tenter son coup de force.

L'ancien chef de la garde présidentielle de Blaise Campaoré et chef des putschistes burkibabés, le général Gilbert Diendéré posséde de nombreux réseaux au plus huat niveau, Elysée et ministère français de la Défense. Le militaire félon a bénéficié du soutien discret à Paris de deux hommes clés: l'ancien ambassadeur français au Burkina, le général Emmanuel Beth et, le chef de l'Etat Major particulier de l'Elysée, le général Benoit Puga. Les trois généraux se connaissent depuis leurs années de formation; et les liens ne se sont jamais démentis. Il arraivait au général Diendéré de sauter en parachute avec son ami l'ambassadeur Beth.

Le général Puga, qui occupait les mêmes fonctions à l'Elysée sous Nicolas Sarkozy, joue un role majeur dans la politique française en Afrique. Il fut un des artisans de l'intervention en Libye sous le quinquennat précédent et un des maitres d'oeuvre de l'opération Serval. De bonne source, Mondafrique peut affirmet qu'il était au courant des intentions belliqueuses de son ami le général Diendéré. Autant dire que l'Elysée était au parfum et n'a rien fait pour dissuader le militaire putschiste.

La Françafrique, le retour

Quant au général Beth, il travaille désormais dans un cabinet connu d'intelligence économique ESL Network: Lequel passe pour avoir recruté d'anciens conseillers de Manuel Valls au ministère de l'Intérieur et pour entretenir les meilleures relations avec Matignon. De là à penser que le Premier minsitre actuel Manuel Valls était au parfum de la tentative de prise de pouvoir, il n'y a qu'un pas que nombre d'observateurs de la scène africaine franchissent volontiers.

Autre indice d'une complaisance française en faveur des putschistes, les quelque 320 militaires français des COS (Commandos d'opérations spéciales) présents au Burkina n'ont pas bougé durant la tentative de coup d'Etat du général Gilbert Diendéré. L'accomapgnement de la transition burkinabé par les autorités françaises connait quelques ratés. Et l'image de la France, rattrappée par la Françafrique, n'en sort pas grandie.

commentaires

Haut de page