Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Crimes de guerre US et saoudiens au Yémen

par William Boardman 11 Septembre 2015, 18:24 Yemen Crimes contre l'humanité USA Arabie Saoudite Bombardements Impérialisme

Crimes de guerre US et saoudiens au Yémen
Crimes de guerre US et saoudiens au Yémen

Par William Boardman
Traduit de l’anglais par JH pour Investig’Action
Source : Investig’Action

Les forces terrestres saoudiennes ont envahi le Yémen pour la première fois durant cette guerre le 27 août. Officiellement, le gouvernement saoudien désigne cette invasion comme une incursion qui sera limitée et temporaire. Le gouvernement saoudien a défini de la même façon les bombardements terroristes qui ont débuté le 26 mars et se sont poursuivis jusqu'à présent de manière quasi quotidienne. D'autres troupes étrangères ont envahi le sud du Yémen en soutien au gouvernement yéménite démis.



Parallèlement à l’invasion saoudienne, le gouvernement yéménite démis pousse maintenant des coups de gueule sous la protection de Riyad. Il affirme qu’il ne se prêtera à aucune négociation de paix jusqu’à ce que l’adversaire, qui ne dispose ni de force aérienne ni de force navale, rende les armes et se retire du territoire disputé. Cette "exigence" est conforme à la résolution du Conseil de Sécurité corrompu des Nations-Unies, passée en avril avec le soutien des Etats-Unis et des autres pays engagés dans la guerre au Yémen.

L’agression saoudienne contre le Yémen a été catastrophique pour ce pays, le plus pauvre de la région et pratiquement sans défense. Soutenue par huit autre régimes arabes dictatoriaux ainsi que par les Etats-Unis, l’alliance saoudienne a commis d’innombrables crimes de guerre et crimes contre l’humanité. L’assaut a coûté la vie à plus de 4.300 personnes (principalement des civils), a brutalement soumis la moitié de la population yéménite à la famine et à la pénurie d’eau et a démoli des sites du patrimoine mondial parmi les plus anciens du monde.

Le blocus naval mené par les Etats-Unis constitue un acte de guerre qui a coupé les importations de vivres en direction du Yémen, alors que ce pays n’a pas la capacité de cultiver suffisamment pour nourrir sa population. Le responsable du programme alimentaire de l’ONU a signalé le 19 août que le Yémen est au bord de la famine, ce qui fait du blocus naval étasunien un crime potentiel contre l’humanité. Le responsable humanitaire de l’ONU a rapporté au Conseil de Sécurité des Nations-Unies que "le niveau de souffrance humaine est presque incompréhensible". Ainsi que l’a rapporté ABC News :

"Il a dit avoir été choqué par ce qu’il a vu : quatre Yéménites sur cinq ont besoin d’aide humanitaire, presque un million et demi de personnes sont déplacées dans le pays et les gens utilisaient des cartons en guise de matelas dans un hôpital où les lumières tremblotaient, la banque de sang était fermée et il n’y avait plus de gants en latex."

Comme la plupart des médias officiels, ABC News diffuse cette souffrance avec une certaine complaisance sans narrer franchement l’histoire de la guerre, ayant recours à des euphémismes évasifs tels que : "au moins 1.916 civils sont morts dans le conflit au Yémen, depuis son escalade du 26 mars" (avec emphase). C’est tout simplement malhonnête. Le 25 mars, le "conflit au Yémen" était en premier lieu une guerre civile (avec l’Etat Islamique et Al Qaïda en tant que parties prenantes).

Les Etats-Unis cultivent une nouvelle génération de criminels de guerre

Le 26 mars, l’alliance saoudienne soutenue par les Etats-Unis a transformé le "conflit" en une guerre internationale illégale, entreprenant un bombardement de saturation sur des populations sans défense en coordination avec le blocus naval censé affamer les rebelles jusqu’à leur reddition. Le "conflit" n’a pas, comme l’a écrit ABC, escaladé de lui-même : les Etats-Unis et la coalition saoudienne ont entamé une nouvelle guerre criminelle non-déclarée, vis-à-vis de laquelle les principaux criminels de guerre de huit pays (à commencer par le président Obama) ne devront probablement jamais rendre de comptes, pas plus qu’Obama n’a voulu tenir pour responsables Bush, Cheney et les autres criminels de guerre en Irak.

Amnesty International, Human Rights Watch et d’autres observateurs des droits de l’homme ont rapporté des crimes de guerre dans le chef des différentes factions.

Un représentant d’Amnesty a déclaré : "Toutes les parties de ce conflit ont fait preuve d’un mépris impitoyable et indécent pour la sécurité des civils". "Toutes les parties" inclut les rebelles et le gouvernement yéménite en exil en Arabie saoudite, bien sûr. Mais il inclut aussi les Etats-Unis, l’Arabie saoudite, l’Egypte, le Maroc, Bahreïn, le Qatar, la Jordanie, le Sénégal, le Pakistan et la Somalie. Si l’un de ces pays possède un mouvement pour la paix, il n’en montre guère les preuves.

La sponsorisation étasunienne de la guerre criminelle au Yémen comprend aussi une provision de bombes à fragmentation américaines, qui ont été déclarées illégales par la plupart des nations civilisées à travers le monde. Plus de cent pays ont signé le traité international d’interdiction des bombes à fragmentation mais les Etats-Unis, tout comme la Chine, la Corée du Nord, la Russie, l’Arabie saoudite, l’Iran et Israël, ne sont pas signataires. Les Etats-Unis n’ont pas du tout pris part aux négociations sur ce traité. La principale utilité des bombes à fragmentation est qu’elles tuent des civils et continuent à en tuer bien après la fin de la guerre dans des endroits comme le Cambodge, l’Afghanistan, le Kosovo et l’Irak.

Human Rights Watch a, le 26 mars, appelé les bombardiers de la coalition saoudienne soutenue par les Etats-Unis, à cesser d’utiliser des bombes à fragmentation au Yémen. Un chercheur des droits de l’homme a déclaré : "Les munitions à fragmentation ajoutent au terrible coût civil dans le conflit yéménite. Les forces de la coalition devraient cesser immédiatement d’utiliser ces armes et adhérer au traité qui les interdit."

La réalité de la souffrance excède de loin la réalité des crimes de guerre Etats-Uniens

Les combats des cinq parties en présence au Yémen se poursuivent sans trêve et la couverture par les médias se nourrit de la souffrance (peut-être selon le credo : "plus ça saigne, plus ça attire", bien que le Yémen soit rarement en tête des nouvelles). Le reportage sur le terrain est entravé par une prohibition virtuelle des reporters dans le pays où. S’ils parviennent jusque là, ils deviennent des cibles potentielles. C’est la politique menée par l’alliance saoudienne, soutenue par les Etats-Unis, se basant sur la stratégie mise en œuvre lors de la glorieuse victoire étasunienne sur La Grenade.

Alex Potter est une infirmière et photographe de 25 ans, originaire du Minnesota, qui a déménagé au Yémen en 2012. Son album photo du Yémen, illustre de façon superbe et poignante la destruction perpétrée sur la population et les sites d’une antique partie du monde. L’album, publié sur un site de la NPR (National Public Radio, ndlt), parle de lui-même. Le texte, écrit par la NPR, et les citation de Potter, décrivent de manière poignante la souffrance de personnes pour la plupart innocentes. Mais le texte de la NPR traite de la catastrophe comme s’il s’agissait d’un désastre naturel plutôt que d’une guerre réelle, que des personnes réelles ont résolu de mener à tout prix :

Le Yémen est en guerre. Les rebelles du groupe minoritaire des Houthis ont pris le contrôle, il y a six mois, de Sanaa et d’autres parties du pays. L’Arabie saoudite soutient le gouvernement qui a été chassé et a lancé des attaques aériennes contre les Houthis. D’autres acteurs - Al Qaïda et l’Etat Islamique - compliquent encore la situation. Et, en juin, l’inconcevable s’est produit. La Vieille Ville [de Sanaa], où des gens vivent depuis plus de 2.500 ans, a été attaquée. Les habitants dénoncent une attaque aérienne.

C’est moins un reportage que de la propagande. "Le Yémen est en guerre" est aussi aseptisé que "Le Yémen a subi un tremblement de terre" - et c’est fondamentalement malhonnête. Jusqu’au 26 mars, "le Yémen" n’était pas en guerre. Le Yémen était au cœur de la plus récente des guerres civiles chroniques qu’il connaît depuis des décennies. Les rebelles étaient apparemment sur le point de remporter la victoire. Aussi, les Saoudiens prirent-il le gouvernement yéménite dans une sorte de détention protégée et, avec la connivence des Etats-Unis et de plusieurs alliés, commencèrent à mener une guerre aérienne non-déclarée contre une population civile et des militaires sans force aérienne et très peu de défense anti-aérienne efficace. La NPR doit être au courant de tout cela et a choisi de ne pas l’expliquer.

Déclarer que "les habitants dénoncent une attaque aérienne" est presque une obscénité journalistique, comme s’il existait une autre possibilité, non mentionnée. C’est comme si la NPR déclarait : qu’en savons-nous, nous ne sommes que des reporters et un seul d’entre nous se trouvait sur place. Vous n’apprendrez sûrement jamais de la NPR que la désolation affichée est le résultat direct des choix faits par les politiques US (entre autres). Les gens photographiés par Potter n’ont nulle part où aller. Le texte mentionne que "Médecins sans Frontières a qualifié ceci de ’guerre à l’encontre des civils’." Ce que NPR ne vous révélera pas, c’est que, si les Yéménites n’ont nulle part où aller, c’est principalement parce qu’il existe un blocus naval étasunien qui maintient leur pays dans un état de prison en plein air, en faisant un champ de tueries que les Saoudiens et les autres peuvent - et ils ne s’en privent pas - bombarder à loisir.

William M. Boardman a 40 ans d’expérience dans les domaines du théâtre, de la radio, de la télévision, de la presse écrite et des ouvrages de non-fiction, y compris 20 ans dans l’administration judiciaire du Vermont. Il a reçu des prix de la Writers Guild of America, de la Corporation for Public Boradcasting, du Vermont Life Magazine, et une nomination aux Emmy Awards de l’Académie des Arts et Sciences télévisuels. Cet article a été publié la première fois dans le Reader Supported News.

commentaires

mehdi mountather 23/09/2015 13:39

La fin des guerres en Yémen en Irak la fin de Bachar assed la fin de chiisme et la fin de Daech maintenant pour éviter des forts séismes ouragan astéroïde dans les pays arabes et l'Iran tsunami dans les pays de Golfe ou en Chili qui vivra verra.

Haut de page