Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dites bonjour aux nouveaux joujoux de la Chine (Asia Times)

par Pepe Escobar 9 Septembre 2015, 21:38 Chine Missiles Xi Jinping USA Nucleaire

Dites bonjour aux nouveaux joujoux de la Chine
Par Pepe Escobar
AsiaTimes

Traduit par jj, relu par Diane pour Le Saker francophone


Les agressions de la Chine déstabilisent ses voisins dans la mer de Chine méridionale. La Chine ne cesse de tricher dans le commerce mondial. Le marché boursier de la Chine est un piège pour les investisseurs. La dévaluation du yuan est un sale tour. La Chine est en train d’imploser. Le Président Xi Jinping n’a plus aucune crédibilité. Et la Chine est une menace majeure parce que le Pentagone nous le dit.

Peu importe.

C’est le moment pour donner la réplique et éclaircir le ciel bleu au-dessus de Pékin – fabriqué avec une bonne dose de volonté politique. Beaucoup de jouets étincelants – aériens et terrestres. Des invités venus de partout dans le monde (en l’absence prévisible des habituels suspects occidentaux. Un extraordinaire spectacle pour la télé éclipsant la cérémonie des Oscars (pas de discours larmoyants!). Qu’est-ce qu’on pourrait ne pas aimer dans tout cela?

Et puis, il était là, pavanant avec sa substance létale sur le podium de Tiananmen : le Dongfeng-21D. Un sensationnel missile balistique anti-navires basé sur terre, capable de détruire, en une seule frappe, ces imposants porte-avions valant plusieurs milliards de dollars.

Pas étonnant que le défilé de la Chine pour célébrer la fin de la Seconde Guerre mondiale doive être diabolisé dans l’oubli.

Les missiles balistiques DF-21D, capables de couler un porte-avion américain de classe Nimitz avec une seule frappe, au cours du défilé commémorant le 70e anniversaire de la capitulation du Japon AP

Les missiles balistiques DF-21D, capables de couler un porte-avion américain de classe Nimitz avec une seule frappe, au cours du défilé commémorant le 70e anniversaire de la capitulation du Japon AP

Le spectacle de la Chine, intitulé Dites- bonjour à mes nouveaux joujoux avait beaucoup d’autres stars. Le DF-5B – un ICBM [missile balistique intercontinental] conçu pour transporter des ogives nucléaires. Le DF-26 gamme intermédiaire de missile balistique (IRBM), alias le Guam Killer, capable de faire des ravages sur les fameuses bases américaines dans l’océan Pacifique. Le HQ-9, troisième génération de missiles sol-air du système chinois. Beaucoup de drones cool. Voici un aperçu des plus grands succès et de quelques manques tels que le J-31, la génération de chasseur de combat furtif de la Chine.

Le scénario inclut des dialogues inestimables. Comme quand Xi Jinping zoome vers les troupes, en criant «Bonjour camarades! Vous avez travaillé dur!» – et la réponse ,à l’unisson: «Leader, bonjour! Nous servons le peuple!»

Aucune garde-robe ne manque, alors que la femme de Xi, la reine glamour Peng Liyuan est une fois de plus brocardée, avec un tsunami d’acheteurs en ligne instantanément capables de se jeter sur sa tenue rouge d’enfer – spéciale défilé – sur le site internet Taobao, la réponse de la Chine à eBay.

Et puis il y avait des rangées et des rangées de soldats impeccablement alignés saluant Xi d’un : «Suivez le Parti! Battez-vous pour gagner! Montrez une conduite exemplaire!» Le genre de conduite exemplaire qui sera appliquée à 300 000 de leurs collègues qui seront bientôt démobilisés, car Xi réorganise l’armée populaire est ouvert à la spéculation.

La réduction des effectifs au profit de l’allocation égale des ressources à l’armée de terre, la marine et la force aérienne fait partie de la manière centralisée de gouverner propre à Xi; de même qu’il conduit pas moins de huit comités d’élaboration des politiques à très haut niveau, de la réforme militaire à la cyber-sécurité, en passant par la politique financière à court terme et la planification macro-économique.

Xi contre Reuters

La parade V-Day de la Chine a célébré «le 70e anniversaire de la victoire de la Chine dans la guerre de Résistance à l’agression japonaise».

On pouvait s’y attendre: aucun des réseaux de télévision du Japon – NHK inclus – n’a montré la parade en direct. Le premier ministre japonais, Shinzo Abe, a snobé l’invitation officielle – en ligne avec la Maison Blanche et ce que le Département d’État a ordonné aux laquais européens. J’ai déjà examiné ailleurs comment les bouderies puériles de l’Ouest essaient de se faire passer pour de la diplomatie.

Le Quotidien du Peuple n’était pas loin du compte quand il a souligné que la parade «donnera au peuple chinois l’occasion de se remémorer les leçons inestimables que l’histoire enseigne et servira de formidable coup de fouet à la confiance de 1,3 milliard de personnes dans l’avenir du pays».

Ce fut une manière tout à fait chinoise de laisser entendre que ce qui est arrivé il y a quelques décennies, dans le cadre du siècle de l’humiliation, quand la Chine était faible et divisée, ne se reproduira pas. Et ces brillants jouets existent à cet effet.

Ce que Xi a déclaré est encore plus crucial : «Cette guerre a fait plus de 100 millions de victimes militaires et civiles. La Chine a subi plus de 35 millions de victimes et l’Union soviétique a perdu plus de 27 millions de vies. La guerre est comme un miroir. En regardant, cela nous aide à mieux comprendre la valeur de la paix.»

Une fois de plus, d’une manière très chinoise, Xi n’a pas eu à insister sur le fait que seuls les atlantistes sont autorisés à célébrer la victoire sur le fascisme et le nazisme. Lorsque la Russie organise une parade – comme celle du 9 mai dernier à Moscou – ou que la Chine fait la même chose ce jeudi à Pékin, ils sont stigmatisés comme militaristes, nationalistes, ou simplement une menace.

Xi a également déclaré que le monde d’aujourd’hui a grand besoin d’un sens de la communauté mondiale, de respect mutuel et de prospérité. Allez dire cela aux exceptionnalistes. Il a souligné que la Chine restera engagée dans un développement pacifique – c’était la devise officielle de celle-ci avant que Xi ne vienne avec son propre Chinese Dream. Et une fois de plus, il a précisé: «La Chine ne cherchera jamais l’hégémonie ou l’expansion. Elle n’infligera jamais, à aucune nation, les souffrances qu’elle a subies dans le passé.»

Peut-être que le dirigeant du pays-qui-sera-bientôt-au-top de l’économie mondiale a… menti ? Ces douces paroles masquaient-elles une menace? À ce propos, laissez à Reuters le soin d’éclairer l’ensemble de la planète : «Pour Xi, la parade est une distraction bienvenue après la plongée des marchés boursiers du pays, le ralentissement de l’économie et les explosions récentes dans un entrepôt de produits chimiques qui ont tué au moins 160 personnes.»

Les chiens de la peur, de l’envie et du ressentiment aboyaient, sans surprise, lorsque passait la glorieuse parade de la victoire chinoise.

Traduit par jj, relu par Diane pour Le Saker francophone

Pepe Escobar est l’auteur de Globalistan: How the Globalized World is Dissolving into Liquid War (Nimble Books, 2007), Red Zone Blues: a snapshot of Baghdad during the surge (Nimble Books, 2007), Obama does Globalistan (Nimble Books, 2009) et le petit dernier, Empire of Chaos (Nimble Books).

commentaires

Haut de page