Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La politique des USA au Soudan : le pétrole et les intérêts d’Israël “ Nous venons en amis ” : le cauchemar du Soudan du Sud (Comité Valmy)

par Rosa LLORENS 26 Septembre 2015, 02:15 Soudan Soudan du Sud Américafrique USA Impérialisme Hubert Sauper "Nous venons en ami"

La politique des USA au Soudan : le pétrole et les intérêts d’Israël “ Nous venons en amis ” : le cauchemar du Soudan du Sud (Comité Valmy)

Après Le Cauchemar de Darwin en 2006, Hubert Sauper continue son voyage autour du Nil blanc : de Tanzanie (où se trouve le fameux Lac Victoria sinistré par l’élevage des perches du Nil), il passe, un peu plus au Nord, au Soudan du Sud, pour poursuivre sa dénonciation des effets meurtriers de la mondialisation.

Hubert Sauper est aujourd’hui une référence en matière de documentaires (et l’on pourrait être fiers que, comme Peter Handke, il ait choisi la France pour y vivre), aussi les critiques sont-elles en général positives. Une note discordante, toutefois, celle de Vincent Malausa qui nous assène "5 raisons de fuir cette supercherie" ! On se demande quelle corde sensible du trio infernal propriétaire de L’Obs (Bergé-Niel-Pigasse) ce film a pu toucher...

Cependant, d’autres critiques, apparemment positifs, cherchent à désamorcer le film en restant dans des généralités humanistes, déplorant les crimes sans nommer les coupables : ainsi, abusdeciné conclut qu’une fois de plus on voit "que notre monde ne tourne pas rond". Ou bien, si on est parfois plus précis, on ne nomme qu’un des coupables ; L’Obs accuse Sauper de tout mettre sur le même plan : "le témoignage cynique d’un Chinois, la parole humiliée d’un chef de village victime d’une entreprise de spoliation ou le grognement d’un chien enragé venu mordre la caméra". Mais c’est Malausa qui aplatit tout : sa phrase semble attribuer tous les méfaits au Chinois cynique, alors que c’est une grande société étasunienne qui spolie le village, et que le chien n’est pas enragé, mais dressé à défendre la propriété de deux colons venus du Texas.

La Croix, par contre, fait une critique mitigée, positive sur le fond du film, négative sur la forme : "Glaçant, puissant, [le film] laisse cependant le spectateur démuni, par manque de contextualisation". Mais il corrige lui-même sa critique en concluant : "Par sa force, ce documentaire pousse cependant son spectateur à s’informer et approfondir le sujet par lui-même."

C’est ce que j’ai fait, et j’ai trouvé sur Francetv info une interview de Sauper qui explique la forme choisie. L’Obs lui reproche son manque de sérieux, son côté Tintin au Soudan, son petit avion biplace nommé Sputnik (avec lequel il a voyagé de Bourgogne jusqu’au Soudan du Sud) ; mais Sauper explique qu’il l’a conçu exprès "pour avoir l’air inoffensif et ridicule", et pouvoir circuler sans susciter de méfiance dans un pays en guerre et interdit aux journalistes (et en effet les chefs de guerre s’amusent à tripoter son avion-jouet). C’est ainsi, conclut Francetv qu’il utilise "le burlesque au nom de la dénonciation".

Ainsi donc, le spectateur est plongé in medias res, et en manque de repères : ce n’est pas la faute de Sauper, mais des médias qui, après avoir diabolisé le Soudan dirigé par le musulman Omar el-Béchir, évidemment "criminel contre l’humanité", et nous avoir apitoyés en faveur des Chrétiens du Sud persécutés, ont abandonné brutalement le sujet, une fois la partition acquise, en 2011.

Sauper prend le relais, et atterrit dans le Soudan du Sud, sans doute en 2013, nous faisant découvrir le pays à sa suite, à ras de terre : et là, bien sûr, les contes de fées ou de sorcières du récit médiatique s’évanouissent. Il commence par un nom, bien connu, mais que j’aurais été incapable de situer sur une carte : Fachoda. Le fameux "incident de Fachoda", et les malheurs du Soudan, s’expliquent par sa situation géographique, au croisement d’une ligne horizontale, française, qui va du Congo à Djibouti, et d’une ligne verticale, anglaise, qui va de la Tanzanie à l’Egypte. Cela explique aussi la férocité avec laquelle les Anglais ont réprimé la révolte du Mahdi en
1885 (rappelez-vous - Jules Verne ?- les rebelles attachés à la gueule des canons et pulvérisés ; et Wikipédia note qu’après la bataille d’Omdurman, où les mahdistes furent écrasés, en 1899, "personne ne s’interrogera sur le fait que presque aucun des 16000 Soudanais blessés ne survécut" ). Mais depuis, les rivalités anglo-françaises ont été remplacées par la rivalité entre les EU et la Chine.

Depuis l’indépendance, en 1956, le Nord musulman et le Sud chrétien sont en conflit ; les EU l’ont attisé de façon à aboutir à la partition (malgré le principe établi par l’OUA de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation) [voir là-dessus diploweb.com] ; et, comme il est logique, la constitution du nouveau Soudan du Sud ne reconnaît qu’une langue officielle : l’anglais, parlé par 3 à 5 % de la population. Les droits de l’homme et la démocratie l’ont donc emporté, contre le "criminel" Omar el-Béchir ?

Michel Raimbaud, ancien ambassadeur de France au Soudan, interrogé par France 24, constate que la politique des EU au Soudan suit deux axes : le pétrole et les intérêts d’Israël. En 2008, le ministre israelien de la sécurité INTERIEURE déclarait : "Nous devons faire de sorte que le Soudan soit constamment préoccupé par ses problèmes intérieurs". En effet, le Soudan, Etat africain musulman, pourrait jouer un rôle-clé pour unifier les pays qui soutiennent les Palestiniens. Quant au pétrole, 75% des gisements se trouvent dans le Soudan du Sud. Mais les infrastructures (raffineries, pipe-lines) sont au Nord. En outre, la production est perturbée par une nouvelle guerre civile, qui a éclaté en 2013, entre Sudistes, le président, l’homme au chapeau de cow boy, Salva Kiir, catholique, et son vice-président, presbytérien.

Depuis, le pays est le théâtre d’exactions effroyables (femmes et enfants violés, mutilés, torturés, massacrés, la routine habituelle, est-on tenté d’ajouter, comme au Congo Kinshasa voisin, lui aussi maudit par la richesse de son sous-sol.

Revenons au film, qui n’éclaire cette réalité catastrophique que de façon ponctuelle (et on lui en est reconnaissant). Il commence par mettre en cause les Chinois, très investis au Soudan depuis que, en 1993, les EU l’ont fermé aux Européens en le déclarant Etat-voyou : les travailleurs chinois semblent peu intéressés par les indigènes, certes ; mais cela a un avantage : ils se contentent, pragmatiquement, d’extraire autant de pétrole qu’ils peuvent.

Du côté étasunien, par contre, le tableau devient ubuesque. En attendant de mettre en place leurs infrastructures pétrolières, les Etasuniens commencent par forer le cerveau des Soudanais, avec toute la force de frappe de leur soft power, depuis Hollywood (George Clooney) jusqu’aux évangélistes. Une dame de charité, caricature de l’Américaine (type : Nancy Reagan), nous invite à partager son scandale : en dehors du poste EU, on trouve encore des enfants qui vont tout nus ! Et une scène hallucinante la montre enfilant de grosses chaussettes et des sandales en plastic à de jeunes enfants en pleurs, qui, ainsi harnachés, ne peuvent plus marcher. Le pasteur, lui, endoctrine les Africains : "Quand je prie, je prie comme Jésus", "ce que je veux, c’est ce que veut Jésus", et il n’oublie pas de citer sa Holy Bible : "Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front". Et, en effet, l’image suivante montre des Noirs cassant des roches au marteau, et des femmes les réduisant en cailloux. Un responsable EU vient inaugurer des installations électriques, proclamant : "Nous vous apportons la lumière, au propre et au figuré" : l’image suivante montre le nuage de poussière noire permanent produit par le traitement des tonnes de pierres cassées par les Africains.

Mais le comble de l’ignominie est atteint par le couple de colons texans qui raconte, tout sourire (le comportement des indigènes est si ridicule !) que lorsqu’ils ont enclos le terrain où ils ont construit leur maison, les Noirs se sont plaints, car leurs chèvres avaient l’habitude de brouter là ; mais depuis, "ils se sont fait une raison".

Il semble que L’Obs ne critique le "confusionnisme" de Sauper que parce que, justement, il est trop net : à travers le film, sans qu’il ait besoin de condamnations indignées, on voit à l’œuvre la palestinisation du Soudan du Sud : l’expulsion des habitants du pays par des colons qui se sentent chez eux ("le climat est le même qu’au Texas") et qui n’ont aucun doute sur leur droit à cette nouvelle Terre promise.

commentaires

Haut de page