Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le bras de fer de Moscou et de Washington en Syrie (Irib)

par Irib 16 Septembre 2015, 17:36 Russie USA Syrie

Le bras de fer de Moscou et de Washington en Syrie (Irib)

Washington, en collaboration de ses alliés, a fait basculer la Syrie dans un bourbier de chaos et d’insécurité, en raison de ses positions unilatérales et il tente, à présent, de resserrer de l’étau autour de la Russie pour ses agissements militaires en Syrie. Le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a mis en garde, mardi, Moscou contre sa présence militaire en Syrie, lors d’une conversation téléphonique avec Sergueï Lavrov, son homologue russe, la troisième en 10 jours. John Kerry a prétendu que l’intervention de la Russie dans la crise en Syrie et son soutien à Bachar Assad pourraient rendre le terrain propice à l’extension de la crise. Non seulement la Maison Blanche et le Pentagone mais en plus d’autres responsables occidentaux dont Stephan Harper, Premier ministre du Canada, ont exprimé les mêmes préoccupations. En réaction à ces critiques, Vladimir Poutine a défendu, mardi à Douchanbe, les aides militaires de la Russie destinées à Moscou, disant que ces aides visaient à soutenir l’armée syrienne dans sa lutte contre le groupe terroriste Daech. L’Occident et ses alliés régionaux se rangent aux côtés des terroristes, actifs en Syrie, depuis le début de la crise et ils les alimentent en fonds et en armements, tout en leur garantissant un soutien politique et logistique. Les soutiens de l’Occident aux terroristes ont abouti à la montée en puissance de ces groupes extrémistes dont Daech et l’étendue de la crise n’a non seulement touché certains pays de la région dont l’Irak mais en plus atteint l’Europe qui craint le retour des terroristes occidentaux à leur pays d’origine et aussi les conséquences néfastes de la crise migratoire. Malgré tous ces impacts négatifs, l’Occident et ses alliés ne veulent pas renoncer à leur erreur stratégique face à la crise en Syrie. En revanche, Moscou soutient Bachar Assad, depuis le début de la crise, et s’oppose à toute intervention militaire en Syrie. Moscou et Pékin ont empêché les pays occidentaux de légitimer leur intervention militaire en Syrie en adoptant une résolution au Conseil de sécurité. Dans la conjoncture où Moscou continuait de soutenir Damas, des rapports ont été publiés, au mois de septembre, concernant les agissements militaires de la Russie en Syrie. Ces agissements ne se limitent pas à la livraison des armes sophistiquées à l’armée syrienne mais il paraît que la Russie envisage d’implanter une base militaire à Lattaquié. Le renforcement du rôle de la Russie en Syrie d’une part et les tentatives de l’Occident de durcir la pression sur Moscou de l’autre pourraient transformer la Syrie en un scène de confrontation sérieuse entre la Russie et l’Occident, une confrontation qui risquerait de jeter de l’huile sur le feu et de compliquer davantage la crise. Cela dit, pour sortir de l’impasse actuelle dans les efforts diplomatiques, destinés à régler la crise en Syrie, il faut que la communauté mondiale opte pour une position cohérente et qu’il existe une volonté sérieuse pour mettre fin à ces affrontements sanglants.

commentaires

Haut de page