Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le "chef de guerre" français a décidé d'entrer en guerre en Syrie sans concertation du Parlement, sans mandat de l'ONU

par Sam La Touch 7 Septembre 2015, 11:44 Articles de Sam La Touch France Syrie François Hollande Guerre Russie EI Terrorisme

Le "chef de guerre" français a décidé d'entrer en guerre en Syrie sans concertation du Parlement, sans mandat de l'ONU

Dans une sous-démocratie, où le Parlement croupion n'est pas consulté en matière de pouvoir exécutif, le "monarque républicain" a décidé seul d'envoyer l'armée française en Syrie tel le bon "roi soleil". Il s'agira bien sûr d'abord d'opérations de survol aérien en attendant des frappes aériennes sur le territoire syrien au prétexte de lutter contre l'Etat islamique mais on sait que Hollande a l'intention de "neutraliser" Bachar al-Assad.

Le "chef de guerre" a donc décidé seul, à la demande des Etats-Unis et de l'OTAN, sans mandat de l'ONU et sans consultation des représentants du peuple français dans un climat d'anesthésie générale de la conscience médiatique nationale, de faire la guerre en Syrie. Une violation flagrante du droit international dans la digne tradition de l'impérialisme à la sauce "socialiste" française. Alors que les 6650 frappes aériennes étatsuno-britanniques n'ont abouti à rien en Syrie et en Irak contre l'EI, si ce n'est à aggraver la crise des migrants syriens. Il a également déclaré que les troupes militaires françaises ne seraient pas envoyées sur le terrain, ce qui ne veut pas dire qu'il n'y aura pas de forces spéciales sur le terrain comme en Libye ou au Yémen ou de livraisons d'armes comme en Irak.

Il est évident que cette intervention fait suite aux livraisons d'armes françaises aux rebelles syriens (en plein embargo) - dont bon nombre était lié aux islamistes radicaux d'Al-Quaïda - ainsi qu'aux encouragements moraux et diplomatiques envers Al-Nosra par le M.A.E français en 2012 et à une hostilité affichée envers le président Assad en place. Une intervention qui n'aura vocation qu'à dégrader encore plus la situation sur le terrain dans une logique folle où celui qui bombardera le plus serait censé faire le moins de réfugiés. Le "chef de guerre" semble comme à son habitude réfléchir plus avec le Famas qui lui sert de cerveau qu'avec ses méninges à des fins de résolution politique et diplomatique des crises. Les Russes avaient proposé une conciliation internationale globale entre pays atlantistes, Iran et pays du Golfe pour arrêter le carnage en Syrie. Visiblement, le "monarque" français n'a pas choisi cette option mais celle de la guerre comme au Mali, en Centrafrique ou en Irak. Quatre guerres en quatre ans sans compter le Yémen où la guerre se joue dans les coulisses au côté des forces saoudiennes ! A ce rythme là, où va-t-on aller ?

Il est aussi évident que cette intervention militaire dans la digne tradition de l'impérial-socialisme survient dans un contexte où les Russes envisageraient de soutenir militairement plus sérieusement le régime syrien en cas d'échec des négociations de paix qu'ils mènent depuis deux ans. Alors Hollande a-t-il voulu envoyer un message à l'alliance atlantiste pour signifier son indéfectible soutien canin au risque d'une éventuelle intervention face aux militaires russes en Syrie ?

commentaires

Haut de page