Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maroc. Ali Aarass, pour l’exemple (vidéo)

par Comité Free Ali 26 Septembre 2015, 17:29 Ali Aarass Maroc Torture

Maroc. Ali Aarass, pour l’exemple (vidéo)
Ali Aarass, pour l’exemple (vidéo)
Comité Free Ali
Lu sur InvestigAction

Avec un casier judiciaire vierge tant en Belgique qu'en Espagne, comment Ali Aarrass aurait-il pu se rendre coupable de terrorisme au Maroc où il n'a jamais vécu et où il n'a aucune attache - vu que ses proches sont établis soit à Mellila, soit en Belgique ? Et cependant, sans la moindre preuve contre lui, il y est détenu et torturé depuis 7 ans !

Regardez le film sur le cas d’Ali Aarrass, réalisé par Mohamed Ouachen :

Vous avez très probablement déjà entendu parler de la situation éprouvante et totalement injuste vécue par Ali Aarrass.

Belge d’origine marocaine, né à Mellila qui est une petite ville autonome espagnole formant une enclave dans le territoire marocain (région géographique du Rif oriental), Ali est arrivé en Belgique à l’âge de 15 ans (1977). Afin qu’elle ne soit pas seule à devoir y assumer la famille, il a immédiatement commencé à travailler pour épauler sa maman. Il a fait son service militaire en 1993.

Après un parcours exemplaire en Belgique, Ali part en 2005 rejoindre son père à Mellila. Sa fille, Amina, naîtra la même année.

Bizarrement arrêté le 3 novembre 2006, Ali Aarrass sera détenu durant 4 jours, interrogé au sujet d’un supposé trafic d’armes, puis relâché sous caution et assigné à résidence à Mellila car le Maroc entre temps avait réclamé son extradition pour suspicion de terrorisme.

Le 1er avril 2008, la garde civile espagnole vient appréhender Ali sur son lieu de travail. Alors que le Maroc n’a jamais fourni un quelconque élément de preuve appuyant ses allégations et qu’en Espagne le juge Baltasar Garzon avait après plus de 2 ans d’enquête prononcé un non-lieu, Ali fut extradé au Maroc. Illégalement... car le Haut Commissariat de l’ONU avait ordonné à l’Espagne de suspendre l’extradition.

Avec un casier judiciaire vierge tant en Belgique qu’en Espagne, comment Ali Aarrass aurait-il pu se rendre coupable de terrorisme au Maroc où il n’a jamais vécu et où il n’a aucune attache - vu que ses proches sont établis soit à Mellila, soit en Belgique ? Et cependant, sans la moindre preuve contre lui, il y est détenu et torturé depuis 7 ans !

Un Comité de soutien constitué depuis quelques années a multiplié les démarches de même qu’Amnesty International, sans résultats à ce jour. Voici, via le lien suivant, le communiqué de presse de ses avocats et du Comité Free Ali après déjà 25 jours de grève de la faim...

http://www.freeali.eu

Chronologie :

Le 3 novembre 2006 : Ali Aarrass est arrêté pour la première fois à Melilla

Le 1 avril 2008 : Ali Aarrass est arrêté pour la seconde fois à Melilla et est emprisonné

Le 16 mars 2009 : Baltazar Garzon prononce un non-lieu dans le dossier Aarrass

Le 26 novembre : le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme de l’ONU suspend l’extradition d’Ali Aarrass

Le 14 décembre 2010 : Ali est extradé vers le Maroc

Le 24 novembre 2011 : Ali Aarrass a été condamné à 15 ans en première instance au tribunal de Salé au Maroc

Le 2 octobre 2011, Ali Aarrass est condamné, en appel, à 12 ans de prison ferme

Le rapport médical de Juan Mendez, rapporteur de l’ONU sur la torture, datant de septembre 2012 et stipulant qu’Ali Aarrass a en effet été sauvagement torturé.

Le communiqué en décembre 2013, du Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations Unies à Genève qui a exigé la libération immédiate d’Ali Aarrass.

La décision en mai 2014, du Comité Contre la Torture de l’ONU, mentionnant que dans le dossier Ali Aarrass, toutes les conventions des droits de l’homme ont été bafouées par le Maroc.

La condamnation en aout 2014, de l’Espagne, par le Haut Commissariat de l’ONU, pour extradition illégale, torture et autres mauvais traitements à l’égard d’Ali Aarrass.

Le jugement rendu par la Cour d’Appel à Bruxelles, le 9 septembre 2014, ordonnant à l’état belge que le consul belge rende visite à Ali Aarrass à la prison de Salé II, et s’entretienne avec lui.

Août 2015, Ali Aarrass entame une sixième grève de la faim.

Ali Aarrass croupit de manière arbitraire, encore à l’heure actuelle dans la prison de Salé II où il purge une peine injuste et injustifiée.

Lire aussi le témoignage de la soeur d’Ali : Farida Aarrass : « Que Reynders le veuille ou non, Ali est Belge ! »

commentaires

Haut de page