Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Medias français. Fini de rire : la Françafrique est aux commandes

par Odile Tobner 13 Septembre 2015, 17:14 Bolloré Françafrique France Medias Le Monde Canal Plus I-Tele Havas

Medias français. Fini de rire : la Françafrique est aux commandes
Fini de rire : la Françafrique est aux commandes
par Odile Tobner
Billets d'Afrique
Medias français. Fini de rire : la Françafrique est aux commandes

Sa reprise en main brutale de Canal Plus a fait connaître au grand public qui était Bolloré ; plus exactement celle des fameux Guignols de l’Info, car le bonhomme s’était déjà signalé par une intervention aussi directe dans les programmes de la chaîne : la censure d’un reportage consacré à l’évasion fiscale et mettant en cause le Crédit Mutuel, une des banques historiques du groupe Bolloré.

C’est que le bonhomme n’aime pas qu’on tente de percer l’opacité de ses affaires bancaires et africaines. On se souvient du procès intenté contre Benoît Collombat pour son reportage « Cameroun : l’empire noir de Vincent Bolloré », diffusé sur France Inter en mars 2009 (cf. Billets n°190, 192, 193).

Loin du modèle de l’entrepreneur schumpétérien créateur d’innovation, Bolloré n’a jamais rien inventé : tel Tapie, il prospère sur la faillite d’autrui. Bolloré, c’est Tapie qui aurait trouvé la poule aux œufs d’or du capitalisme colonial. Son groupe tire l’essentiel de ses bénéfices de l’exploitation des « anciennes » colonies africaines de la France ; il s’est construit sur les dépouilles de groupes coloniaux historiques, tel le groupe Rivaud, et au fil d’acquisitions, dans des conditions souvent douteuses, d’entreprises essentielles pour les pays d’Afrique francophone. Une semblable politique des dépouilles, mais cette fois sur le dos d’États en faillite, lui a permis de racheter les actifs stratégiques dont ces pays ont été contraints de se défaire en raison des plans d’ajustements structurels imposés par les institutions financières internationales. Le groupe est désormais en situation de monopole dans des secteurs clé de la plupart des pays d’Afrique francophone.

La seule « innovation créatrice » à l’origine de cet empire est financière. Ce sont les banques qui ont fait Bolloré, lui qui a commencé sa carrière comme employé de l’une d’elle et qui l’est sans doute resté au fond. Ce sont elles qui lui ont permis, notamment par l’ingénieux système de participations en cascade appelé « poulies bretonnes » [1] , de s’emparer d’entreprises aussi importantes pour un investissement minimal. Autre point commun avec Tapie, c’est le Crédit lyonnais nationalisé qui a donné à Bolloré le coup de pouce décisif. Qui dit Crédit lyonnais nationalisé dit protections politiques, et c’est peut-être le plus grand atout de Bolloré. Son groupe a toujours prospéré à l’ombre des réseaux politiques, tout puissants dans une Afrique francophone où ils ne rencontrent aucun contre-pouvoir, et où ils lui ont permis de remporter des marchés publics au mépris de toute logique concurrentielle. En France même, ses appuis politiques lui ont valu de disposer gratuitement d’une licence de diffusion sur la TNT. La revente de ce bien public lui a permis de dégager trois cents millions d’euros de bénéfice sur le dos du contribuable et de prendre le contrôle de Canal Plus.

Devenu désormais un acteur important du secteur de la communication, le contrôle d’une grande chaîne venant s’ajouter à celui de Havas, une des plus importantes agences de publicité, Bolloré a tout pouvoir pour verrouiller l’information sur son groupe. Le quotidien Le Monde , que Havas avait privé de plus de sept millions d’euros de recettes publicitaires à la suite de l’article de Maureen Grisot, « Le monopole de Bolloré sur le port d’Abidjan est de plus en plus contesté », a bien retenu la leçon : la série d’articles qu’il a consacrés cet été au projet Bolloré de boucle ferroviaire Cotonou-Abidjan semble avoir été directement rédigé par le bureau de relations publiques du groupe Bolloré. D’où l’on voit que la démocratie ne se partage pas : la défendre en Afrique, c’est aussi la préserver en France.

[1] Lire Cascades de holdings, poulies bretonnes et poupée russes, étude de Galina G., Sorbonne, disponible sur www.docs­en­stock.com

commentaires

Haut de page