Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Syrie: Daesh fait exploser de nouveaux joyaux antiques à Palmyre (BFM TV)

par BFM TV 4 Septembre 2015, 13:02 Syrie EI Terrorisme Palmyre Destruction Monuments

(c) AFP

(c) AFP

Le groupe jihadiste a détruit trois tours funéraires du site antique de Palmyre.

Le groupe jihadiste Daesh (l'acronyme arabe de l'Etat islamique, ou EI) a fait exploser trois des célèbres tours funéraires du site antique de Palmyre dans le désert syrien, a annoncé à l'AFP le chef des Antiquités syriennes Mammoun Abdelkarim. "Ils ont fait exploser trois des tours funéraires, celles qui étaient les mieux préservées, les plus belles", a-t-il indiqué.

Cette nouvelle violation du patrimoine intervient après la destruction par l'EI de deux des plus beaux temples de Palmyre, la "perle du désert" syrien.

Information confirmée par des images satellitaires

"Nous avions reçu des rapports il y a dix jours mais nous venons de confirmer l'information", a indiqué Mammoun Abdelkarim. "Nous avons obtenu des images satellitaires du Syrian Heritage Initiative, un institut basé aux Etats-Unis, qui ont été prises le 2 septembre".

Il s'agit selon lui des célèbres tombeaux d'Elahbel, de Jamblique et de Khitôt, "construits par des riches familles de l'antique Palmyre et qui étaient le symbole de l'essor économique de la ville durant les premiers siècles après J.-C", a-t-il expliqué.

"Le plus beau symbole de toute la Syrie" détruit

Daesh, qui a profité de la guerre civile pour s'implanter en Syrie, s'était emparé le 21 mai de Palmyre, à 205 km à l'est de Damas, après en avoir chassé les forces gouvernementales, suscitant aussitôt la crainte pour l'avenir du patrimoine syrien.

Le 23 août, les jihadistes avaient détruit à l'explosif le temple de Baalshamin à Palmyre. Quelques jours plus tôt, ils avaient mutilé le corps de l'ex-patron des Antiquités de la ville Khaled al-Assaad, 82 ans, après l'avoir exécuté. Dimanche dernier, ils ont rasé le temple de Bêl, "le plus beau symbole de toute la Syrie", selon Mammoun Abdelkarim.

Haut de page