Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un trafic d'armes illégales d'Ostende vers la Libye ? (Belga)

par Belga 5 Septembre 2015, 07:34 Belgique Libye Trafic d'armes Belgafrique

Les avions qui relient toutes les deux semaines Ostende, sur la côte belge, à la Libye, ont souvent transporté des armes illégales. L'information provient de sources africaines, et des experts des Nations Unies auraient également déjà exprimé de tels doutes, indique mercredi Het Laatste Nieuws. Le SPF Finances a réagi : les 12 vols entre Ostende et la Libye qui ont été enregistrés depuis novembre 2014 ont tous été contrôlés par la douane. Pour tous ces vols et donc également pour celui du 7 avril, rien n'a été constaté concernant des armes ou des munitions.

Les sources libyennes qui témoignent du trafic appartiennent au camp du gouvernement reconnu par la communauté internationale. Selon celles-ci, les armes sont destinées à la coalition d'islamistes opposée au gouvernement. Le Boeing 747 parti la semaine dernière d'Ostende pour la Libye aurait ainsi transporté différentes sortes de munitions et de l'artillerie antiaérienne légère. Les mêmes sources ne sont en revanche pas en mesure de préciser l'origine des armes prises à bord.

Elles pointent toutefois le fait que les avions ostendais atterrissent, en-dehors de la Libye, également régulièrement aux Emirats arabes unis, un pays dont il a récemment été montré qu'il est le point de départ d'armes destinées au territoire libyen. Les Nations Unies ont également déjà émis des suspicions à propos d'Ostende. Des inspecteurs ont découvert, en fin d'année dernière, des "objets suspects" sur des bons de chargement. Ils ont demandé des explications aux autorités belges, qui leur ont rétorqué qu'elles avaient inspecté un avion pour la Libye, dans lequel aucun produit interdit n'avait été trouvé.

Encore beaucoup d'imprécisions dans la législation

"Un cas comme celui-ci, d'un potentiel trafic d'armes de l'aéroport d'Ostende vers la Libye, montre qu'il existe encore des problèmes avec les exportations d'armes en Belgique", juge Nils Duquet, de l'Institut flamand pour la Paix et la Prévention des Conflits. "Il n'y a aucune base légale sur le transit d'armes par notre pays et les douanes ne disposent pas des moyens suffisants pour contrôler efficacement tout ce qui passe par chez nous."

Selon Het Laatste Nieuws, des armes transitant par l'aéroport d'Ostende sont destinées à la coalition d'islamistes opposée au gouvernement libyen. Le Boeing 747 parti la semaine dernière d'Ostende pour la Libye aurait ainsi transporté différentes sortes de munitions et de l'artillerie antiaérienne légère. Les mêmes sources ne sont en revanche pas en mesure de préciser l'origine des armes prises à bord. Elles pointent toutefois le fait que les avions ostendais atterrissent, en-dehors de la Libye, régulièrement aux Émirats arabes unis, un pays dont il a récemment été montré qu'il est le point de départ d'armes destinées au territoire libyen.

L'administrateur délégué de l'aéroport, Marcel Buelens, a annoncé mercredi qu'il envisageait de porter plainte. N'étant au courant d'aucune enquête officielle, l'homme estime qu'il pourrait s'agir d'une campagne de dénigrement à l'encontre de l'aéroport.

Contrôles rigoureux

"Les vols vers la Libye depuis Ostende bénéficient d'une attention particulière de l'Administration des douanes et des accises, compte tenu du pays de destination. Toutes les marchandises qui sont embarquées ou débarquées sont contrôlées minutieusement", indique le porte-parole du SPF Finances.

D'abord, le manutentionnaire inspecte les biens avec un scanner et une brigade canine. Le service de douane sélectionne ensuite les marchandises qui doivent bénéficier d'un contrôle particulier - en fonction de la description, du poids, de l'expéditeur et de la destination.

"Le chargement est composé d'une grande variété de biens, comme des médicaments, du matériel de laboratoire, des cosmétiques, des pièces de machines, de nombreux animaux vivants et des biens de consommation", poursuit le porte-parole. Les documents rédigés sont établis de manière claire et le chargement de chaque palette est précisé séparément. Les biens dangereux (selon les normes de l'International air transport association) sont repris sur une liste supplémentaire. Ces produits, notamment des liquides ou des produits potentiellement inflammables, nécessitent un traitement spécial dans l'avion.

Les avions arrivent vides pour la plupart, sauf en cas de transit, note le SPF Finances. Les marchandises qui se trouvent déjà à bord nécessitent un contrôle physique qui aurait été effectué lors des derniers vols vers la Libye. La douane travaille en collaboration avec le parquet, l'Organe de Coordination pour l'Analyse de la Menace (OCAM) et la Sûreté de l'État.

"Jusqu'à présent, aucune irrégularité n'a été constatée", conclut le porte-parole.

commentaires

Haut de page