Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Africom. Selon The Intercept, Washington serait en train de renforcer sa présence militaire et de prendre le contrôle de nombreuses régions africaines.

par The Intercept 18 Octobre 2015, 18:54 Africom Américafrique USA Afrique Impérialisme Bases militaires Armée US Articles de Sam La Touch

Africom. Selon The Intercept, Washington serait en train de renforcer sa présence militaire et de prendre le contrôle de nombreuses régions africaines.

Selon une étude interne du Pentagone datant de 2013 obtenu par le site lanceur d'alertes, The Intercept, sur les opérations secrètes de drones en Somalie et au Yémen entre janvier 2011 et l'été 2012, une unité secrète connue sous le nom "Task Force 48-4" a effectué une guerre secrète dans la région. La "Task Force", qui a son QG au Camp Lemonnier à Djibouti, opère à partir d'avant-postes situés à Nairobi, au Kenya, et à Sanaa au Yémen. Les drones - habités et pilotés à distance - étaient basés sur des aérodromes à Djibouti, en Ethiopie et au Kenya, ainsi qu'à partir de navires au large des côtes de l'Afrique de l'Est.

L'US Africa Command - l'organisation étatsunienne pour mener les activités militaires US sur le continent africain, connu sous le nom d'Africom - insiste qu'il agit seulement sur une petite échelle en Afrique et prétend que le Camp Lemonnier, un ancien avant-poste de la Légion étrangère française, est sa seule base entièrement opérationnelle. Cependant, un certain nombre de nouvelles installations ont été ouvertes au cours des dernières années, et même le secrétaire à la Défense Ashton Carter a reconnu que Lemonnier sert de "centre pour rayonner sur le continent africain et dans la région."

Des drones Predator ont également été déployés dans les villes de Niamey au Niger et N'Djamena au Tchad, tandis que les drones Reaper ont été transportés par avion de l'aéroport international des Seychelles.

En outre, des avions étatsuniens sont basés à Manda Bay, au Kenya. Des rapports récents indiquent aussi que le commandement des opérations spéciales interarmées, ou JSOC de l'armée, travaille maintenant sur deux bases en Somalie - une à Kismayo, l'autre à Baledogle.

Depuis les attentats du 11/9, une multitude d'autres installations militaires se sont également développées (ou ont été renforcées) au Burkina Faso, au Cameroun, en République centrafricaine, au Gabon, au Ghana, au Kenya, au Mali , au Sénégal, au Sud-Soudan, et en Ouganda. Un rapport de 2011 de Lauren Ploch, un analyste dans les affaires africaines en collaboration avec le Congressional Research Service, a également mentionné l'accès militaire US dans des endroits tels que le Botswana, la Namibie, Sao Tomé-et-Principe, la Sierra Leone, la Tunisie et la Zambie. Selon Sam Cooks, un agent de liaison de la Defense Logistics Agency, l'armée US a conclu 29 accords pour utiliser les aéroports internationaux en Afrique en tant que centres de ravitaillement. Ces endroits ne sont que quelques-uns des nœuds d'un réseau croissant de postes facilitant un nombre croissant de missions pour les 5000 à 8000 soldats et civils étatsuniens qui opèrent chaque année sur le continent africain...

Source :
- The Intercept Target Africa

Haut de page