Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Congo Brazzaville : François Hollande face à Sassou Nguesso, une relation à replacer dans son contexte géopolitique.

par Régis Marzin 26 Octobre 2015, 20:21 Congo Brazzaville démocratisation Afrique Françafrique Hollande Laurent Fabius Limitation nombre mandats Sassou N'Guesso

Congo Brazzaville : François Hollande face à Sassou Nguesso, une relation à replacer dans son contexte géopolitique.
Congo Brazzaville : François Hollande face à Sassou Nguesso, une relation à replacer dans son contexte géopolitique. 
Par Régis Marzin
Regards Excentrique*

* Site d'information alternatif sur l'Afrique et les relations sud-nord

Le 21 octobre 2015, en conférence avec le président malien IBK, en difficulté sur l’affaire Tomi, François Hollande a créé la surprise en affirmant : « le président Sassou peut consulter son peuple, ça fait partie de son droit ». Il ne s’agit pas d’un simple point de vue politique ; d’un point de vue juridique, la réforme de la constitution maquillée en changement de constitution est anti-constitutionnelle et illégale, en plus d’être décidée pour convenance personnelle par un président depuis 31 ans au pouvoir. Soit François Hollande était mal informé ou a commis une erreur, soit il se pliait aux pressions de Sassou Nguesso.

Sa conseillère Afrique, Hélène le Gal, après la mise au point de l’Elysée dans la soirée du 22 octobre, alors que la protestation se répandait, a dans un message très peu formel à ‘Tournons La Page’, orienté vers une espèce d’erreur de communication, une omission, du président, qui n’aurait pas pensé à l’évidence de devoir rappeler son discours de Dakar des 29 et 30 novembre 2014, alors que celui-ci serait encore dans toutes les têtes.

Dans son livre sorti mi-octobre 2015 « Hollande l’Africain »[1], à propos de la lettre de François Hollande à Blaise Compaoré, juste avant sa chute, Christophe Boisbouvier parle de « diplomatie de la loterie » selon Magaye Gaye, de « lettre à double détente », et de « tactique (avec) deux discours en poche ». Sur le Congo Brazzaville, le président français agit face à des pressions contraires et à des contraintes opposées. Le non-choix est patent : serait-ce le début d’une tactique à double détente ? La correction de la communication le lendemain ne le laisse pas penser.

En outre, le changement de point de vue du Parti Socialiste qui, du 24 septembre, passe du « viol à la fois la Charte de la démocratie de l’Union africaine et de la Constitution congolaise » à une « organisation légale d’un tel référendum », semble monter que l’Elysée insiste pour faire reconnaître un caractère légal à ce qui est anti-constitutionnel. Entre le 22 et le 24 octobre, la mobilisation des congolais dans la rue a baissé, les doutes sont apparus. Ce qui est resté intact c’est un consensus sur le boycott du referendum, pour un peuple, habitué aux mascarades électorales depuis 1997 et donc habitué aux boycotts.

La question du respect des constitutions sur le nombre de mandats présidentielles est très présente en Afrique, à un tel point que Barrack Obama appuyé par John Kerry et de très nombreux diplomates américains, a basé toute sa politique africaine, à peu de frais, sur cette question. La liste des pays concernés est connue de longue date et très médiatisée depuis au moins un an. Après le Sénégal, le Burkina Faso, le Togo, en raison de l’Accord politique global de 2006, et le Burundi, il restait, le Congo Brazzaville, et il reste la RDC et le Rwanda.

La diplomatie française est aussi porteuse d’un passif non soldé, puisque les suppressions des limitations de mandats dans les ex-colonies françaises, entre 1997 et 2010 se sont faites pendant une période de soutiens constants de Chirac puis Sarkozy aux dictateurs : Togo en 2002 (Eyadéma), Gabon en 2003 (Omar Bongo), Tchad en 2005 (Idriss Déby), Cameroun en 2008 (Paul Biya), Algérie en 2008 (Abdelaziz Bouteflika), Djibouti en 2010 (Ismaïl Omar Guelleh). Plusieurs peuples sont encore sous le joug d’un dictateur qui a fortement bénéficié d’ingérence et de complaisances françaises, et observent avec attention la position du pouvoir français dans les pays actuellement victimes du même accaparement.

Une à une les grandes institutions internationales ont à partir de mi-2014 multiplié les prises de positions, toujours contre le changement des constitutions, avec plus ou moins de fermeté. Les américains sont les plus présents et les plus fermes. De l’autre côté, l’Onu joue surtout la carte du dialogue et son secrétaire général semble parfois dépendant de la personnalité et des qualités variables de ses envoyés spéciaux régionaux[2]. L’Union européenne (Ue) qui a démarré très tard après une année 2014 marquée par un changement d’exécutif affermit progressivement sa position. L’Union africaine (Ua) oscille entre la détermination de sa présidente de la commission, Nkosazana Dlamini-Zuma, associé à la défense de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, et les points de vue divers et variés des chefs d’Etat. L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) de Michaelle Jean est hésitante, sans doute faute de moyens, en particulier depuis, au Togo en mai 2015, son échec sur la qualité du processus électoral et sa confrontation avec l’ONU et la présidence ivoirienne[3]. Acteur non politique, l’église catholique du pape François, lui-même silencieux, accompagne le débat par des prises de positions régulières décentralisées dans les Conférences épiscopales nationales. Le pouvoir français semblait être dans une position intermédiaire progressiste jusqu’au couac du 21 octobre 2015.

Une liste de citations sur les constitutions et le nombre de mandats met en évidence le côté très décalé et hors du réel de l’intervention du 21 octobre du président François Hollande, dans le contexte géopolitique africain. Son ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius rencontrait le 21 octobre son homologue congolais Jean-Claude Gakosso. Laurent Fabius est parfois considéré comme le ‘gardien du temple’ de la Françafrique socialiste et de ses secrets inavouables[4].Sassou Nguesso en sait beaucoup. Dans le contexte de crise et avec l’historique de la relation France – Congo Brazzaville, accepter de recevoir Jean-Claude Gakosso sans aucune précaution participait d’un choix politique.

En 2015, Faure Gnassingbé avait réussi l’exploit de réaliser en quelques semaines un coup d’Etat militaire, constitutionnel et électoral. L’expression « coup d’Etat constitutionnel », utilisée entre autre par la campagne Tournons la page dans son rapport du 4 avril 2015, ‘En Afrique comme ailleurs, pas de démocratie sans alternance’[5], s’est imposée en 2015. Les effets des coups d’Etat militaires, les plus dénoncés internationalement, des coups d’Etat électoraux, autre nom pour les présidentielles et législatives avec inversion de résultat, les plus nombreux, et les coups d’Etat constitutionnels se rejoignent pour empêcher et ralentir la démocratisation du continent. Actuellement, la lutte pour le respect des constitutions et l’application des limitations du nombre de mandats, est le seul levier disponible pour les populations et la communauté internationale, pour relancer un processus de démocratisation continental et ainsi « faciliter indirectement, la prévention des crises »[6].

François Hollande et Laurent Fabius, aidés par le traitement étrangement édulcoré de l’information de RFI et de Jeune Afrique[7], ont tiré le débat vers le bas. Suite à la crise du Burundi, la question qui se posait sur le Congo Brazzaville était celle d’une application plus rapide et plus ferme qu’au Burundi de sanctions contre les organisateurs d’un coup d’Etat constitutionnel. Pour éviter le même échec qu’au Burundi dans la défense de la démocratie, des organisations de société civile et politique française et africaine autour de la campagne Tournons la Page et du Collectif de Solidarité avec les luttes sociales et politiques, à Paris, avaient commencé le 13 octobre 2015 un plaidoyer actif vers l’Elysée et vers l’Union européenne, sur la nécessité de menaces de sanctions rapides contre le régime congolais en raison du coup d’Etat constitutionnel et pas uniquement en raison d’atteintes aux droits humains[8].

Le vendredi 23 octobre, la tentative de lancer un faux débat sur la légalité prouve une volonté élyséenne de résister contre vents et marées à l’évidence et à brouiller le jeu diplomatique international. La communauté internationale est arrivée au jour du referendum sans avoir précisé que le résultat serait d’avance ‘nul et non avenu’. Que ce soit volontaire ou non, le message de François Hollande et la rencontre des ministres des affaires étrangères le 21 octobre à Paris ont eu au moins quatre effets favorables à Sassou Nguesso : installer un doute sur le soutien international à la démocratie dans l’esprit des acteurs démocrates congolais, éviter que la question des sanctions contre le coup d’Etat constitutionnel n’intervienne rapidement dans le débat européen en lien avec les accords de Cotonou alors que se discutait le cas burundais[9], casser un potentiel consensus international avant l’arrivée sur place de l’émissaire de l’ONU Abdoulaye Bathily, empêcher une condamnation internationale univoque et préalable du referendum d’un point de vue qualité du processus électoral.

Si François Hollande ne veut pas que son bilan sur la démocratie en Afrique soit profondément terni, comme il l’a déjà été en 2013 par l’alliance avec Idriss Déby sans garanties sur la démocratie et l’Etat de droit au Tchad, il lui appartient de fournir rapidement une nouvelle preuve de son attachement à la démocratisation du continent africain, en montrant que l’exécutif français a définitivement lâché Sassou Nguesso, quels que puissent être ses arguments. Par défaut, toute nouvelle position française ambigüe qui ne condamnerait pas explicitement la dictature congolaise installée depuis 31 ans serait comprise par les populations africaines en attente de changement comme une continuation du néocolonialisme et de la Françafrique.

Régis Marzin, Paris, 26 octobre 2015

[1] Page 281

[2] Mohamed Ibn Chambas en Afrique de l’Ouest est un soutien de la dictature togolaise depuis 2005, https://regardexcentrique.wordpress.com/2015/05/04/togo-une-mascarade-electorale-de-plus-une-mascarade-electorale-de-trop, alors qu’Abdoulaye Bathily en Afrique centrale est connu pour son soutien du respect des limitations de nombre de mandats.

[3] https://regardexcentrique.wordpress.com/2015/05/04/togo-une-mascarade-electorale-de-plus-une-mascarade-electorale-de-trop

[4] 14.2.12, Survie, http://survie.org/francafrique/gabon/article/laurent-fabius-prepare-t-il-de

[5] http://tournonslapage.com/wp-content/uploads/2015/01/Rapport-Tournons-la-Page.pdf, La carte des « coups d’Etat constitutionnel » en Afrique, Les recommandations de la campagne « Tournons la page »

[6] 27 octobre 2014, Collectif de Solidarité avec les luttes sociales et politiques en Afrique, Paris « Burkina Faso, Afrique : limitation du nombre de mandats présidentiels, aucune exception n’est plus acceptable », https://electionsafrique.wordpress.com/2014/10/27/communique-burkina-faso-afrique-limitation-du-nombre-de-mandats-presidentiels-aucune-exception-nest-plus-acceptable/

[7] « François Soudan, directeur de la rédaction (de JA) est marié à une nièce de Sassou Nguesso, Arlette Soudan-Nonault, membre du bureau politique du parti-État »,http://survie.org/billets-d-afrique/2015/250-octobre-2015-716/article/sassou-franchit-le-pas-5032

[8] 15 octobre 2015, Lettre ouverte à François Hollande « Tournons la Page » demande une condamnation ferme par la France du coup d’État constitutionnel,http://tournonslapage.com/republique-du-congo/, 15 octobre 2015, Congo Brazzaville – Coup d’Etat constitutionnel – Lettre ouverte à l’Union européenne du , Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politiques en Afrique,https://electionsafrique.wordpress.com/2015/10/15/congo-brazzaville-coup-detat-constitutionnel-lettre-ouverte-a-lue/

[9] 26.10.15 : http://www.consilium.europa.eu/fr/press/press-releases/2015/10/26-burundi/?utm_source=dsms-auto&utm_medium=email&utm_campaign=Burundi%3a+l%27UE+demande+l%27ouverture+de+consultations+dans+le+cadre+de+l%27article+96+de+l%27accord+de+Cotonou+

Haut de page