Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Daech a plein d'ennemis et de drôles d'amis (Le Canard Enchaîné)

par Le Canard Enchaîné 24 Octobre 2015, 15:26 Syrie Russie USA Turquie Qatar Terrorisme EI Collaboration Articles de Sam La Touch

Daech a plein d'ennemis et de drôles d'amis (Le Canard Enchaîné)
Daech a plein d'ennemis et de drôles d'amis

Le Canard Enchaîné, mercredi 21 octobre 2015

Le ciel syrien est des plus encombrés. Avions de combat et drones américains, russes, syriens ou français se frôlent, bombardent et observent les embouteillages militaires au sol. Américains et Russes se concertent et échangent leurs plans de vol afin d'éviter tout télescopage en l'air. De son côté, l'état-major russe a pris langue avec ses homologues israéliens, et une ligne téléphonique spéciale devrait permettre d'éviter toute incompréhension entre Moscou et Tel-Aviv, si un avion à l'étoile rouge sortait du "périmètre syrien".

Poutine a opéré un retour fracassant en Orient, et il n'y va pas de main morte, si l'on peut dire. Une cinquantaine d'avions de combat, d'hélicoptères, de drones et d'appareils de transport sont à l'oeuvre. Au début de cette semaine, les services alliés ont dénombré 300 sorties quotidiennes - un record - de ces avions russes partis bombarder les alentours d'Alep ou reconnaître leur prochaines cibles. Et plusieurs milliers de soldats et de marins - le port de Tartous, en Méditerranée, est une base russe - sont prêts à participer au spectacle.
Mieux, les stratèges du Kremlin se flattent d'être à la tête d'un "axe russo-syrano-irano-chiite". A savoir, l'armée de Bachar, les milices du Hezbollah libanais (experts en guérilla urbaine), les milices irakiennes envoyées au feu par le gouvernement chiite de Bagdad et 2000 paradans de Téhéran. En juillet, le général Qassen Souleimani, patron des forces spéciales des Gardiens de la révolution, était venu à Moscou discuter de la participation de ses hommes au combat, puis de son implication personnelle sur le terrain. Et, aujourd'hui, les dirigeants iraniens envisagent de porter ce corps expéditionnaire à 10 000 hommes.

Décidé par Poutine, cet effort militaire n'a rien de surprenant. Il ne s'agit pas seulement de sauver Bachar et de conserver les bases russes en Syrie. Le chef de la sainte Russie s'inquiète pour ses frontières car plusieurs Etats du Caucase ont déjà connu de dangereuses infiltrations de djihadistes. D'autant que, à en croire les dernières estimations, à Paris, de la Direction du renseignement militaire, quelque 3000 Russes, Tchétchènes et autres citoyens du Caucase ont rejoint les combattants de Daech en Syrie et en Irak.

"Autoroute pour djihadistes"

Si les ennemis de Daech sont fort nombreux, l'Etat islamique peut aussi compter sur de "drôles d'amis", comme on n'en fait guère mystère chez Le Drian, à la Défense. A sa manière, Kadri Gürsel, un éditorialiste turc bien connu à Ankara - "Le Monde" vient de le signaler -, a imaginé une formule qui traduit bien ce que son pays est devenu sous la férule du président Erdogan : "une autoroute pour djihadistes".

Membres de l'Alliance atlantique, la Turquie héberge deux importantes bases aériennes de l'OTAN sur son sol, mais l'islamo-conservateur Erdogan a, pendant un an, interdit

aux Américains de les utiliser pour aller bombarder Daech. Autres bonnes manières dont lui sont redevables les djihadistes : les frontières turques ont laissé passer les achats d'armes pour Daech, une contrebande de pétrole qui alimente régulièrement son trésor de guerre, et les revenus de l'étranger. Le tout sous le regard complaisant des officiers du MIT, service de renseignement d'Ankara. Dernier exploit, que les dirigeants turcs partagent avec le roi d'Arabie saoudite et l'émir du Qatar : le financement des opérations menées en Syrie contre l'armée de Bachar par le Front al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaida et ses associés d'Ahrar al-Sham.


Comme rien n'est simple dans cette histoire, ces drôles d'amis de feu Ben Laden qui rêvaient de s'installer à Damas n'ont, jusqu'à présent, jamais été bombardés par les Américains.

commentaires

dégouté 28/11/2015 00:00

Toute cette désinformation. Kadri Gursel, le même qui a dit que les attentats contre des civils turcs a été organisé par le président, traite la Turquie d'autoroute djihadiste. La Turquie accueille 2 millions de réfugiés syriens. Désolé de ne pas faire comme les Grecs, en crevant leur bateau, ou comme les Polonais en les refusant simplement, ou comme les français, en brulant leur camp. J'ai n'ai qu'une envie: celle de vomir en lisant toutes ces inepties

Haut de page