Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Turquie secouée par des manifestations dénonçant la réponse du gouvernement aux attentats suicides (The Guardian)

par The Guardian 11 Octobre 2015, 02:10 Turquie Ankara Attentats Manifestation Erdogan Censure Articles de Sam La Touch

La Turquie secouée par des manifestations dénonçant la réponse du gouvernement aux attentats suicides (The Guardian)
La Turquie secouée par des manifestations dénonçant la réponse du gouvernement aux attentats suicides
Article originel : Turkey hit by protests over government response to suicide bombings
The Guardian

Traduction SLT

Les manifestants à Istanbul reprochent à Recep Tayyip Erdoğan son traitement de l'attentat terroriste d'Ankara lors du rassemblement pour la paix, et l'accusent de censurer la presse et les médias sociaux

Des manifestations impromptues ont commencé à Istanbul le samedi soir en réponse au traitement par le gouvernement turque d'un attentat terroriste dans la capitale qui a tué plus de 90 personnes. Des centaines de manifestants scandant des slogans anti-gouvernementaux se sont réunis dans la ville, accusant les autorités d'avoir commis les attentats à la bombe qui ont visé un rassemblement pour la paix à Ankara survenu plus tôt dans la journée.

Certains ont demandé au président Recep Tayyip Erdoğan de démissionner et ont accusé le parti de l'AKP au pouvoir d'être responsable de l'attentat. Les manifestants étaient décidés à marcher vers la place Taksim au centre d'Istanbul. La police a déjà empêché par le passé des manifestants d'atteindre la place, qui était le point focal de semaines de manifestations anti-gouvernementales violentes à la mi-2013.

Les manifestations sont survenues lorsque le gouvernement turc a déclaré qu'il avait imposé un blackout temporaire sur la presse suite à l'attentat suicide présumé lors de la marche pro-kurde à Ankara. Un porte-parole du gouvernement a déclaré que la censure des médias portait sur des photos montrant le moment de l'explosion, des images horribles et sanglantes, des "images qui créent un sentiment de panique". Il a déclaré que les informations pourraient faire face à un "blackout complet" si elles ne sont pas conformes au pouvoir.

Beaucoup de gens à Ankara ont déclaré être incapables d'accéder à Twitter et aux autres médias sociaux après les explosions. On ne sait pas si les autorités avaient bloqué l'accès aux sites. La Turquie impose fréquemment des pannes suite à des attaques.

Pendant ce temps, un journal proche d'un religieux musulman opposé à Erdoğan a déclaré que son éditeur avait été placé en détention provisoire avant son procès sur des accusations d'outrage au Président turc sur Twitter. Le mouvement a intensifié les craintes d'une vague de répression des médias avant les élections du 1er novembre.

Bulent Kenes, rédacteur en chef du journal en langue anglaise, Zaman Today, a été arrêté à son bureau d'Istanbul vendredi et envoyé en prison sur ordre du tribunal. Une foule d'environ 200 personnes se sont rassemblées dans les bureaux du journal pour chanter leur soutien à Kenes lorsqu'il a été emmené et tenait des banderoles déclarant que les "médias libres ne peuvent pas être réduits au silence".

Haut de page