Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le meilleur ami qatari de Sarkozy, HBJ, menacé par les juges anglais (Mondafrique)

par Jacque Marie Bourget 20 Octobre 2015, 14:12 Qatar Sarkozy France Jaber al-Thani Justice Grande-Bretagne

Sheikh Hamad bin Jassim bin Jaber al-Thani, alias HBJ, l'ancien Premeir ministre qatari et cousin de l'Emir, ira-t-il en prison dans la Tour de Londres ?

« L’homme le plus riche du monde » et ancien premier ministre du Qatar, Hamad bin Jassim bin Jaber al-Thaniest, est si gravement menacé par la justice de sa Majesté qu’il se démène pour faire jouer son immunité diplomatique. Le litige n’est pas mince puisqu’un citoyen britannique l’accuse de « séquestration illégale et torture ». Autre particularité, le plaignant est un membre d’une des deux familles ayant régnées sur la Qatar, et un proche parent, jusqu’en 2011, était vice premier ministre du HBJ dont on parle. En effet, Fawaz Al-Attiyah est un prince de cette fausse aristocratie bédouine, son cousin, un habitué des rallyes, a même gagné le « Dakar ».

Guerre de succession

Selon Fawaz, HBJ lui aurait proposé de racheter un terrain de deux hectares, constructibles bien sûr, situé à l’ouest de Doha. Attiyah, qui n’est pas vraiment un miséreux, a refusé de vendre et déclenché ainsi la foudre de HBJ qui, selon Fawaz, a saisi les deux hectares en question. Autre motif éventuel de la rogne du nabab, Al-Attiyah a publié un livre qui affirme que la succession dynastique au Qatar est abusivement monopolisée par les Al-Thani alors que la tradition exigeait un tour de rôle entre cette famille et la sienne, les Al-Attiyah. Toujours est-il qu’en 2009, alors qu’il était en Arabie Saoudite, Fawaz aurait été enlevé et jeté au secret au Qatar, pendant quinze mois.

Pendant cette curieuse mise à l’ombre, il aurait été privé d’eau, de nourriture, et de sommeil et vécu de longues heures assis sur un « carrelage froid ». Voyant que le prince qu’on ne sort pas ne lâche pas. La « justice » de Doha libère le citoyen en 2011 alors que la Comité des Droits de l’homme de l’ONU a posé des questions à HBJ sur le sort de l’ex porte-parole. Questions qui ont entrainé une réponse très embarrassée des services de l’émir. Ce que HBJ n’avait pas calculé, c’est qu’Al-Attiyah est aussi un sujet de la Reine, et que la justice de Londres n’est pas comme celle de Doha, virtuelle.

Immunité diplomatique

Dernier recours pour le richissime bédouin, faire jouer « son » immunité diplomatique… Et ce n’est pas gagné. Il y a quelques mois, sentant venir le vent d’un boulet inconnu, toute la tribu qatarienne avait vérifié si l’immunité diplomatique valait pour elle, y compris pour la jolie cheikha Moza… Pas sûr, que les milliards de HBJ, si prisés de la City, suffisent à apaiser les magistrats à perruque de la justice britannique.

Haut de page