Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le sondage qui révèle le divorce entre les Ivoiriens et leur classe politique (Mondafrique)

par Théophile Kouamo 20 Octobre 2015, 07:24 Côte d'Ivoire Elections Ouattara

Le sondage publié ce 19 octobre en Cote d'Ivoire et signé par le réseau Afrobarometer montre des Ivoiriens traumatisés par les violences post électorales de 2011, mais partagés en deux blocs sur le bilan économique du président Ouattara

L'enquête réalisée en Cote d'Ivoire par le réseau Afrobarometer montre un peuple échaudé par la crise post électorale de 2011 et sceptique sur la sincérité de l’élection présidentielle qui doit avoir lieu le dimanche 25 octobre. Apparemment l'opinion ivoirienne n'est pas rassurée par l’environnement politique et institutionnel. 57% des sondés n'ont « pas du tout » ou « juste un peu » confiance dans la Commission électorale indépendante (CEI) chargée de veiller au bon déroulement des élections. 54% d’entre eux pensent que les électeurs sont toujours ou souvent « soudoyés ». 42% des personnes interrogées pensent que les citoyens subissent « toujours » ou « souvent » des menaces dans les lieux de vote. 48% des Ivoiriens ont peur des violences liées aux élections. Il n’y a que les Nigérians qui envisagent le recours aux urnes avec autant d’angoisse.

Deux blocs irréductibles

Seulement 40% des sondés pensent que le décompte des résultats sortis des urnes se fait de manière « honnête ». Ils ne sont que 37% à estimer que les élections offrent aux citoyens un vrai choix. Les Ivoiriens, mar ailleurs, portent un regard partagé sur Alassane Ouattara. S’ils sont 64% à penser que le pays va dans la bonne direction (contre 41% qui pensent qu’il se dirige dans une mauvaise direction), ils ne sont que 40% à faire « totalement confiance » dans le président sortant. Leur regard sur l’état économique du pays est également plus contrasté que ce que laissent entrevoir les rapports élogieux sur la « croissance-presque-à-deux chiffres ». Seuls 45% des sondés pensent que l’économie se porte « très bien » ou « assez bien » quand 38% estiment qu’elle va « assez mal » ou « très mal ». Et 17% qui disent, prudents, qui s’abstiennent en disant qu’elle ne va ni bien ni mal. Des résultats néammoins qui suffiraient à contenter en France un François Hollande plus mal servi.

Pouvoir et opposition sont perçus avec méfiance par les électeurs. 64% des sondés font « peu » ou « pas » confiance au parti au pouvoir ; 66% font « peu » ou « pas » confiance à l’opposition. Cela dit, le clivage fondamental de la société ivoirienne apparaît quand il est demandé aux sondés s’ils pensent que l’opposition représente une alternative crédible. 38% répondent oui, 40% non, et le reste refuse de se prononcer clairement.

Globalement, la majorité des Ivoiriens est sans illusion sur leur classe politique. 62% d’entre eux pensent qu’elle sert ses propres ambitions ; et 33% estiment qu’elle est au service du peuple.

Haut de page