Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Etats-Unis et la France se plaignent au moment où la Russie bombarde leurs terroristes

par Neo 2 Octobre 2015, 04:00 USA Syrie France Russie Bombardements Al-Quaïda Al-Nosra Terrorisme Collaboration

Les Etats-Unis et la France se plaignent au moment où la Russie bombarde leurs terroristes

Le New York Times dans un article récent, Russians Strike Targets in Syria, but Not ISIS Areas,” ("Les Russes ont bombardé des cibles en Syrie, mais pas les zones de l'EI") tente de présenter les actions récentes de la Russie en Syrie comme malhonnête et dangereuse.

Dans cet article, il est écrit :

"Un avion russe a bombardé les combattants de l'opposition syrienne, ce mercredi, y compris un groupe formé par la CIA, suscitant des protestations de colère de responsables étatsuniens, aggravant la guerre civile et sectaire dans ce pays".

Bien sûr, cela ne ferait que rendre les actions de la Russie malhonnête ou dangereuses si les groupes formés par la CIA n'étaient pas si «modérés» que les revendications des États-Unis le prétendent. En effet, ils ne le sont pas, et donc les actions de la Russie sont dûment justifiées.


Il n'y a pas de combattants modérés, et il n'y en a jamais eu.

Depuis des mois maintenant, après des années d'articles confirmant que les États-Unis (et la France, ndlr) ont armé secrètement des miliciens en Syrie dans le but de renverser le gouvernement de Damas, un récit évoquant des dizaines de milliers de miliciens ayant fait "défection" pour Al Nosra et le soi-disant " Etat islamique "(EI) a été colporté au public par les médias occidentaux et les politiciens étatsuniens (et européens, ndlr) pour expliquer l'échec apparent de la prétendue politique des Etats-Unis à créer une armée de «modérés» afin de lutter à la fois contre Al-Quaïda/EI et le gouvernement syrien.

En réalité, depuis le début, il n'y a jamais eu de modérés. Démarré dès 2007, des années avant la guerre en Syrie, les Etats-Unis ont décidé de mettre en place depuis longtemps une politique de financement intentionnel et de soutien aux Frères musulmans syriens - l'aile politique d'Al Quaïda - et de commencer à armer les miliciens affiliés à Al-Quaïda.

Cela a été révélé par le journaliste Seymour Hersch, qui a reçu le Prix Pulitzer en 2007, dans un article publié dans le New-Yorker, intitulé : “The Redirection Is the Administration’s new policy benefitting our enemies in the war on terrorism?,” ("La redirection est la nouvelle politique de l'administration, va-t-elle bénéficier à nos ennemis dans la guerre contre le terrorisme ?"). Celui-ci a déclaré explicitement :

Pour affaiblir l'Iran, qui est à majorité chiite, l'administration Bush a décidé, en effet, de reconfigurer ses priorités au Moyen-Orient. Au Liban, l'Administration a coopéré avec le gouvernement de l'Arabie saoudite, qui est sunnite, dans des opérations clandestines qui sont destinées à affaiblir le Hezbollah, l'organisation chiite qui est soutenu par l'Iran. Les États-Unis ont également pris part à des opérations clandestines visant l'Iran et son allié la Syrie. Un sous-produit de ces activités a été le renforcement des groupes extrémistes sunnites qui épousent une vision militante de l'Islam et sont hostiles aux Etats-Unis et sympathisant d'Al-Qaïda.

Les 9 pages prophétiques de l'article de Hersh révélaient également que, même alors, les extrémistes Frères musulmans syriens recevaient déjà le financement et le soutien des États-Unis par l'intermédiaire de l'Arabie saoudite. Son article a révélé :

Il est prouvé que la stratégie de redirection de l'Administration a déjà bénéficié aux Frères musulmans. Le Front de salut national syrien est une coalition de groupes d'opposition dont les principaux membres sont une faction dirigée par Abdul Halim Khaddam, un ancien vice-président syrien qui a fait défection en 2005, et un Frère musulman. Un ancien officier de haut rang de la C.I.A. m'a déclaré, "Les Etatsuniens ont fourni à la fois un soutien politique et financier. Les Saoudiens ont pris l'initiative avec le soutien financier, mais il y a un engagement étatsunien". Il a déclaré que Khaddam, qui vit maintenant à Paris, recevait de l'argent de l'Arabie saoudite, avec l'aval de la Maison Blanche. (En 2005, une délégation des membres du Front ont rencontré des représentants du Conseil national de sécurité, selon les articles de presse.) Un ancien fonctionnaire de la Maison Blanche m'a déclaré que les Saoudiens avaient fourni aux membres du Front des documents de voyage.

En 2011, les affiliés d'Al-Quaïda en Syrie, notamment le Front Al-Nosra, ont commencé à l'échelle nationale, prenant les devants dans la lutte soutenue par les Etatsuniens contre Damas. En 2012, lorsque le Département d'Etat US a listé Al-Nosra comme une organisation terroriste étrangère (au grand dam de la France), il était clair, même alors, que le plus grand contingent de forces anti-gouvernementales sur le champ de bataille se revendiquait d'Al-Qaïda...

Source :
- NEO  US Complains As Russia Bombs its Terrorists

commentaires

Haut de page