Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les États-Unis vont fournir armes et appui aérien aux milices islamistes en Syrie (WSWS)

par Bill Van Auken 12 Octobre 2015, 18:07 USA Syrie Terrorisme Armement Collaboration Rebelles Djihadistes

Le gouvernement Obama a annoncé vendredi une « pause opérationnelle » du désastreux programme du Pentagone qui n’a pu armer et former des « rebelles sélectionnés » en Turquie pour les renvoyer en Syrie.

Au lieu de cela, les responsables du Pentagone et de la Maison Blanche ont indiqué qu’ils mettraient désormais l’accent sur le cimentage de liens avec les dirigeants des milices « rebelles » existantes, constituées majoritairement de forces islamistes sunnites liées à Al-Qaïda. Le soutien américain à ces groupes inclura apparemment tant les armes et les munitions que l'appui aérien rapproché à partir d'avions de guerre déployés par les États-Unis et leur soi-disant coalition.

Ce changement de politique suit la révélation le mois dernier par le général Lloyd Austin, chef du Commandement central américain, que seulement « quatre ou cinq » combattants formés par les États-Unis opéraient actuellement en Syrie, et qu’à peine plus d'une centaine était en cours de formation. Et ce, après l'attribution de $500 millions pour que le Pentagone forme plus de 5.000 de ces combattants dès la première année.

Dans les semaines qui ont suivi la révélation d’Austin, le Pentagone s'est vu forcé de rétracter son démenti initial d’informations vérifiées qu’un groupe de combattants formé par les Etats-Unis et envoyé en Syrie avait immédiatement livré armes et véhicules au Front al-Nosra, filiale syrienne d'Al-Qaïda.

Le changement de stratégie suit aussi la première semaine des frappes aériennes russes contre les forces islamistes en Syrie, dont certaines avaient reçu avant des livraisons d'armes organisées par la CIA. L'agence américaine d'espionnage avait, à partir de 2011, mis en place en Turquie une station clandestine et organisé l’acheminement vers la Syrie d'armes venant des stocks libyens après le renversement et l’assassinat de Mouammar Kadhafi dans la guerre de changement de régime des États-Unis et de l'OTAN contre celui-ci.

Washington et Moscou prétendent mener leurs campagnes militaires respectives en Syrie avec l’objectif de détruire l'Etat islamique (EI), une émanation d'Al-Qaïda et le produit direct du carnage et de la destruction déchaînés contre l'Irak, la Libye et la Syrie par l'armée américaine et la CIA.

Mais en réalité les gouvernements américain et russe se battent pour des objectifs opposés: Washington, pour renverser le gouvernement du président Bachar al-Assad et installer un régime fantoche américain et Moscou pour soutenir le gouvernement Assad, son seul allié au Moyen-Orient.

Le gouvernement Obama s'est vu la cible de critiques croissantes d'adversaires républicains et de sections du complexe militaire et du renseignement américain pour sa supposée « inaction » face à l'offensive russe en Syrie. Cela s’est exprimé vendredi dans un article intitulé « Contrer Poutine », publié conjointement par l'ancien secrétaire à la Défense d'Obama, Robert Gates, et l'ancienne conseillère à la sécurité nationale du gouvernement Bush, Condoleezza Rice.

L'article appelle à des actions pour « créer un meilleur équilibre des forces militaires sur le terrain », dont la création de « zones d'exclusion aérienne », ainsi qu’un « solide soutien » à diverses forces anti-régime. Il appelle à un effort pour « solidifier notre relation avec la Turquie », principal sponsor des milices islamistes à l'intérieur de la Syrie.

L'annonce du gouvernement Obama vient également après l’envoi d’une lettre à la Maison Blanche, au Pentagone et à la CIA par un groupe bipartisan du Sénat de législateurs critiques de la politique du gouvernement en Syrie et qui demandent la fin du programme de formation de « rebelles ».

« Le programme Train and Equip Syria [Former et Equiper la Syrie] va au-delà d'une utilisation, inefficace, de l'argent du contribuable. Comme beaucoup d'entre nous en avaient averti au début, ce programme apporte maintenant de l’aide aux forces mêmes que nous visions à écraser », déclare la lettre, signée par les sénateurs démocrates Tom Udall (Nouveau-Mexique), Joe Manchin (Virginie-Occidentale) et Chris Murphy (Connecticut) et par le républicain Mike Lee (Utah).

Le changement de politique annoncé vendredi ne modifiera pas cet aspect du programme, mais va seulement retirer le cache-sexe de forces syriennes « modérées », les armes étant remises directement aux islamistes qui sont la force dominante parmi les « rebelles anti-Assad ».

Le Pentagone a reconnu qu’un des principaux obstacles à son programme de formation avait été le processus de sélection censé exclure ceux dont les vues étaient proches d'Al-Qaïda, et l'exigence qu'ils combattent l’Etat islamique comme l'ennemi principal, plutôt que le gouvernement d’Assad. Il a été incapable de trouver ces recrues en nombre même approchant ce qui avait été projeté.

Le président Barack Obama a reconnu lors d'une conférence de presse la semaine dernière que le programme de Formation-Equipement du Pentagone « n'a pas fonctionné comme il était censé le faire ». Il a ajouté, « Et la raison en partie est, franchement, le fait que nous avons essayé de les encourager à se concentrer seulement sur l’EI ».

Il semblerait que la réponse du gouvernement à cet échec est d'abandonner les restrictions précédentes, fournissant ainsi directement l’aide militaire américaine aux forces qui luttent pour le renversement du gouvernement syrien, donc les islamistes qui auraient été exclus du programme de formation du Pentagone.

Dans la première annonce du nouveau programme, le secrétaire à la Défense Ash Carter, parlant à Londres après une rencontre avec son homologue britannique, Michael Fallon, a dit que ce serait calqué sur « le travail que nous avons fait avec les Kurdes dans le nord de la Syrie .. . Voilà exactement le genre d'exemple que nous aimerions poursuivre avec d'autres groupes dans d'autres parties de la Syrie à l'avenir. Cela sera la base du projet du Président ».

La coordination des États-Unis avec les Kurdes, en particulier pendant le siège par l’EI de la ville syrienne de Kobane, à la frontière turque, impliquait que les Kurdes fournissent des forces terrestres tout en identifiant des cibles pour des frappes aériennes par l'aviation américaine.

Dans le cadre du nouveau programme, les responsables du Pentagone ont déclaré que l'armée américaine formerait des « facilitateurs », des dirigeants de diverses milices, qui seraient formés à la coordination avec les avions de guerre américains dans le ciblage et la frappe de forces au sol.

L’« exemple » kurde fut problématique du fait de l'alliance de Washington avec la Turquie qui avait permis que les frappes aériennes américaines se fassent à partir de la base aérienne d'Incirlik et d'autres bases turques en échange de l'approbation tacite par Washington des bombardements turcs contre les Kurdes.

L'identité « d’autres groupes » avec qui Washington veut reproduire cette stratégie est loin d'être claire. Certaines informations des médias ont cité la « Coalition arabe syrienne » comme bénéficiaire probable des armes et du soutien aérien rapproché américains. Avant l'annonce de vendredi, cependant, personne n’avait jamais entendu parler de cette coalition, qui semble être quelque chose que le Pentagone espère concocter à partir des groupes « rebelles » existants.

Les forces dominantes qui combattent le gouvernement Assad se composent de l’EI, que Washington prétend vouloir détruire, le Front al-Nosra, qui est sur ​​la liste du Département d'Etat des organisations terroristes étrangères et Ahrar al-Sham, autre groupe islamiste dont les fondateurs sont issus d’Al-Qaïda. D'autres factions plus petites se battent largement en alliance avec ces forces.

Dans la mesure où l'armée américaine fournit un appui aérien à ces milices, il se pourrait bien qu’elle entre en conflit direct avec les avions de guerre russes qui eux, les bombardent.

Loin d'être une retraite tactique, il apparaît que la suspension du programme de Formation-Equipement du Pentagone ne fait que préparer le terrain à une guerre bien plus sanglante en Syrie, tout en intensifiant le danger réel d'affrontement militaire entre les deux plus grandes puissances nucléaires, les Etats-Unis et la Russie.

Haut de page