Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lorsque la France occupait la Syrie... et bombardait Damas

par Jean Levy 2 Octobre 2015, 10:21 Syrie France Colonialisme Bombardements Histoire

Syrie: enquête ouverte en France visant le régime Assad pour "crimes contre l'humanité"

Quand le gouvernement français,

- en premier lieu Laurent Fabius -

se permet de s'ériger en juge des dirigeants syriens...

Pourtant la moindre décense devrait conduire

nos hommes politiques a plus de retenue...

Les Syriens se souviennent...

La Première Guerre mondiale vient de s’achever. Les vainqueurs se partagent les dépouilles de l’empire ottoman. Aux Britanniques, reviennent la Palestine et l’Irak; aux Français, le Mont Liban et la Syrie.

Il y a 91 ans, le 25 juillet 1920, l’armée française, avec à sa tête le général Gouraud, anéantit sans difficulté la résistance héroïque des troupes syriennes à Maysalun, puis pénètre à Damas.

Elle y restera vingt-six ans. l’armée française entre à Damas, précédemment bombardée. Gare aux populations qui ne rêvent que d'indépendance..

Et en 1945, Damas est à nouveau bombardé par les troupes françaises...

Les Syriens s’en souviennent…

Ancien diplomate en poste en Syrie, Ignace Leverrier confirme:

«“Si on en est là aujourd’hui, c’est parce qu’on a été occupé et divisé”, voilà ce que disent certains Syriens. Le mandat français, c’est la faute originelle, en quelque sorte! Et en période de crise, l’argument ressort plus fort encore

Faire allusion au mandat français est évidemment d’actualité. Lorsqu’aujourd’hui le pouvoir syrien brandit l’épouvantail de la division fomentée par l’étranger, ce n’est pas complètement théorique puisque le mandat français a morcelé le pays, encouragé les mouvements régionalistes, imaginé plusieurs Etats, éphémères, sur des bases ethniques (Alaouites, Djebel druze); et surtout créé le Liban, littéralement séparé de la Syrie.

Et ça recommence en 1945...

En 1945, le général Oliva-Roget fait bombarder Damas et son Parlement. Cet acte inconsidéré, qui cause la mort de plusieurs centaines de civils, fait réagir les Anglais qui neutralisent les troupes françaises. Humiliation cuisante à laquelle succède une non moins cruelle humiliation : l’expulsion sans ménagement des Français de Damas. Le naufrage du mandat est consommé dans la honte.

Lorsque Bachar al-Assad évoque le risque du chaos, c’est aussi cette mémoire collective qu’il titille.

Et c'est ce qui conduit Laurent Fabius, par réflexe colonialiste, à faire le procès d'Assad, contre qui il a émis un verdict de mort...

commentaires

veré 03/10/2015 23:30

historiquement vrai ! il y a en moi le rejet de faire partie de cette histoire "DE FRANCE" QUE JE NE SUPPORTAIS DEJA PAS EN ECOLE PRIMAIRE ! rien que des guerres, des massacres, d'injustices qui ont fait de moi une révoltée inconditionnellement opposée à l'hymne national ! et qui n'a peur de personne !!!
même pas des RG qui lisent ce texte

Haut de page