Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Troupes américaines au Cameroun ou le début d'une autre captivité (Sphinx Hebdo)

par Gabriel Makang 21 Octobre 2015, 07:22 Africom Cameroun Américafrique USA Impérialisme néocolonialisme

Nous le savons tous, il n y a pas d'amis entre Etats. Il y a même très peu de relations désintéressées entre êtres humains. Ainsi au-delà du discours officiel qui prétend que les américains ont déployé 300 GI's au Cameroun dans le cadre de l'effort de lutte contre le terrorisme, C'est une affaire d'intérêts, rien de plus. Ou plus précisément, la prise en captivité du Cameroun par les Etats-Unis alors qu'il se bat encore pour sortir des griffes de la France. Quoi d'autre peut en effet expliquer la présence subite de 300 américains au nord-Cameroun lorsque nous savons que la présence militaire n'a jamais pour raison une action humanitaire, mais des intérêts économiques et géostratégiques? Cela a été le cas au Panama, à Haïti, en Yougoslavie, en Libye, en Afghanistan ou en Iraq avec comme conséquence une grande misère et une instabilité politique chronique.

Le Cameroun, le Nigeria et le Tchad ont sérieusement, affaibli Boko Haram qui n'est plus capable de faire face à leurs armées dans le cadre conventionnel comme lorsque ce groupe terroriste le faisait au-début de ce conflit. A ce moment-là, les troupes de Boko Haram munies de matériel de guerre sophistiqué attaquaient carrément des bases militaires au Cameroun et au Nigeria. La réduction de sa capacité opérationnelle explique amplement le recours aux attentats suicides menés dans le souci que les chefs de Boko Haram ont de garder une certaine utilité aux yeux de leurs commanditaires. Ce n'est donc pas maintenant que les pays du Bassin du Lac Tchad ont besoin de soutien militaire. S'il fallait envoyer des troupes de soutien c'était bien avant aux temps forts du conflit.

Ce soutien militaire, les pays africains l'avaient d'ailleurs requis en demandant aux Nations Unies de les aider sur le plan financier dans la mise en place de la Force Multinationale Mixte, requête qui a essuyé un refus comme le Sphinx Hebdo l'avait prédit. Pourquoi refuser d'offrir une aide logistique et en matériel à des « partenaires » disposés à faire eux-mêmes le travail pour plus tard envoyer soi-même des troupes dans le cadre d'une opération coutant bien plus cher à un moment ou il n ya pas de besoin?

De plus les Etats-Unis auxquels le Cameroun n'a à aucun moment du conflit demandé une aide militaire sous la forme de troupes sont largement soupçonnés d'être l'un des commanditaires de Boko Haram selon la stratégie qui consiste à fabriquer des groupes terroristes et à armer les fondamentalistes musulmans pour provoquer des changements de régimes. Cela s'est fait en Afghanistan, en Libye, en Syrie et dans bien d'autres pays. Ce qui nous amène à nous demander quels sont leurs objectifs réels au Cameroun ? Sont-ils venus en plein jour accomplir la mission dans laquelle Boko Haram opérant clandestinement a échoué à savoir favoriser une présence militaire à défaut créer un morcellement des Etats de la région ? Il faut reconnaitre que la façon dont les forces américaines sont venues au Cameroun est très suspecte.

Pour commencer elles sont pratiquement arrivées dans ce pays par effraction. D'habitude ce genre d'Operations est précédé de longues négociations, d'un protocole d'accord et d'un temps de mise en place. Dans ce cas-ci, l'annonce du président Obama de son intention d'envoyer des troupes au Cameroun a été faite alors qu'une cinquantaine de soldats était déjà au Cameroun, avant même que le gouvernement camerounais n'en informe le peuple. Tout semble indiquer dans la façon dont les choses se sont passées que le Cameroun a été pratiquement forcé d'accepter leur présence.

La brutalité de cette entrée en scène va maintenant être atténuée et maquillée par des actes d'apparence bienfaisance dans ce qu'ils appellent eux-mêmes, une opération de conquête des esprits et des cœurs. Des informations évoquent déjà la livraison de matériel militaire à l'armée camerounaise. On peut s'attendre plus tard à des opérations à caractère humanitaire telles que la réparation des adductions d'eau et des ponts, la réfection des écoles endommagées, la livraison de matériel médical et peut-être même la mise sur pied d'un hôpital de campagne. Ces actes de séduction ont évidemment pour but de jeter de la poudre aux yeux sur les vraies intentions.

Dans le cadre de leurs objectifs réels, on devra s'attendre à des évènements malheureux, peut-être la recrudescence des attaques de Boko Haram ou des troubles d'un autre genre qui auront pour but de justifier l'augmentation des effectifs militaires américains pour finalement arriver à une véritable base militaire, précurseur de l'AFRICOM, le commandement qui coordonne les affaires militaires et sécuritaires des Etats-Unis pour l'Afrique.

Pour rappel, signalons que les Etats-Unis ont divisé le monde en grandes zones militaires dans lesquelles ils maintiennent une présence pour la préservation par la force de leurs intérêts. Par exemple, il ya un commandement qui couvre l'Europe, un autre pour l'Asie et ainsi de suite. Lorsque que les Etats-Unis se rendirent compte de l'importance géostratégique de l'Afrique du fait notamment de ses énormes richesses en ressources naturelles, ils créèrent un commandement militaire pour notre continent en 2007. Celui-ci ne devint opérationnel en 2008. Malgré les multiples tentatives de séduction menée vis-à-vis des pays africains, ils ne purent trouver une place pour leur quartier-général qui est toujours basé à Stuttgart, en Allemagne.

Bien qu'ils aient des bases de drones et quelques détachements militaires dans de nombreux pays africains tels que le Niger ou Djibouti, ils n'ont pas une base en bonne et due forme dans les pays visés. Et rien ne vaut une forte présence militaire sur le terrain. Avec des soldats sur le terrain on peut affecter les évènements tels que la transition politique dans un pays, renverser un gouvernement, armer des rebelles et le Cameroun dans sa situation sociopolitique et sécuritaire actuelle n'avait pas besoin d'invités de ce genre. Mais c'est justement pour certaines de ses vulnérabilités que l'Oncle Sam s'est imposé chez lui et son potentiel.

Le Cameroun est au centre avec la République Centrafricaine et le Nigeria de très grandes richesses naturelles. Il est aussi un pays au cœur du Golfe de Guinée à partir duquel on peut contrôler toute la sous-région. Contrairement au Tchad, au Gabon, à la RCA et au Congo qui ont toutes des bases militaires françaises avec lesquelles les américains ne veulent pas interférer, notre pays n'avait pas encore de troupes étrangères sur son territoire. En plus une présence militaire américaine au Cameroun permet de contrer l'influence chinoise qui comme un feu de paille embrase les pays de la sous-région et contre laquelle les compagnies américaines ne peuvent faire compétition. La présence de troupes dans un pays est une mise en garde à toutes les autres puissances qui s'intéressent à ce territoire.

Pendant combien de temps ont-ils l'intention de rester ? Selon le président Obama qui informait le Congres de sa décision d'envoyer un corps expéditionnaire au Cameroun, ces troupes resteront le temps nécessaire, ce qui veut dire que tant que les Etats-Unis y verront un intérêt, ce qui n'est pas une bonne nouvelle à la lumière des précédents.

Malgré les promesses de campagne que le candidat Obama a faites de partir de l'Irak et d'Afghanistan, les américains y sont toujours. La raison donnée en est que la situation sécuritaire de ces pays ne leur permet pas encore de partir. Michel Collon d'Investigaction fait partie des journalistes d''investigation qui ont accusé la CIA d'être la main derrière les groupes qui font des attentats en Irak dans le but de fracturer la société. Après avoir retiré une bonne partie de leurs troupes d'Irak, les américains ont commencé à y renvoyer des forces aériennes et spéciales notamment pour aider l'armée de ce pays dans sa lutte contre l'Etat Islamique.

Avec Afghanistan qu'on estime être riche en gisements de métaux rares et d'autres ressources minérales d'une valeur de 1000 milliards de dollars, l'Oncle Sam a renouvelé son « partenariat » stratégique et sécuritaire. Les troupes américaines ne partiront pas en 2016 comme précédemment annoncé.

Au Cameroun les Etats-Unis semblent avoir réussi une opération dans laquelle la France a échoué : Mettre des troupes étrangères au Cameroun. Qu'est ce qui peut bien avoir poussé le président Biya qui connait bien les dangers élevés à avoir des troupes militaires étrangères sur son terrain ? Voila une question ouverte au débat. Ce que nous savons c'est qu'il ne l'a pas fait de bon cœur.

Cette présence signale aussi la fin de la sous-traitance française dans la région. Washington est en train de faire comprendre à Paris que les enjeux sont trop grands pour s'embarrasser de sensibilités liées au concept maintenant dépassé de zones d'influence. L'Afrique est désormais ouverte à la compétition entre les puissances Occidentales.

L'heure est grave et les Camerounais devraient réfléchir à cette situation et concevoir une réponse globale et individuelle. Apres nous être appropriés le combat pour la défense de notre indépendance pendant le conflit contre Boko Haram, nous ne pouvons nous permettre de rester passifs alors que notre pays tombe dans une nouvelle captivité après près de 100 ans de colonialisme et néocolonialisme. Activons déjà la première arme qui est l'information. C'est une arme qui jette le peuple dans le jeu et lui seul a la capacité de contrer cette offensive. Un peuple informé, éveillé et engagé ne peut être conquis. La guerre d'indépendance du Cameroun vient simplement de prendre une autre tournure.

Haut de page