Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

[Vidéo] Une foule israélienne entonnant des chants de mort se réjouit de l’exécution d’un jeune Palestinien (Electronic Intifada)

par Ali Abunimah 8 Octobre 2015, 14:52 Israël Sionisme Palestinien Lynchage Police Racisme Apartheid Colonialisme Alloun

Très tôt, dimanche matin, au beau milieu de la violence croissante dans Jérusalem occupée et dans le reste de la Cisjordanie, les forces israéliennes ont exécuté un jeune Palestinien.

Les forces israéliennes ont déclaré qu’au cours des prochaines 48 heures, la Vieille Ville de Jérusalem ne serait ouverte qu’aux Juifs et aux touristes étrangers. Aucun Palestinien, à l’exception des résidents, n’y sera admis. Poursuivant l’escalade, Naftali Bennett, le ministre israélien de l’Éducation qui se vante ouvertement du nombre d’Arabes qu’il a tués, a annoncé qu’il prévoyait de passer le dimanche férié juif de Simbat Torah dans la Vieille Ville. Bennett dirige le parti Habeyit Hayehudi (Foyer juif) dont une membre importante, la ministre de la Justice Ayelet Shaket, a ouvertement appelé au génocide des Palestiniens.

L’exécution

Les autorités israéliennes ont prétendu que Fadi Samir Alloun, 19 ans, avait été abattu après avoir blessé un adolescent israélien en le poignardant. Elles n’ont présenté aucune preuve susceptible de lier Alloun à ces coups de couteau.

Par contre, les vidéos postées en ligne montrent bien que le jeune homme a été exécuté de sang froid alors qu’il était pourchassé par une foule de Juifs israéliens réclamant son sang.

Au début de la vidéo ci-dessus, on entend des voix crier en hébreu – apparemment à l’adresse de la police – « Qu’on l’abatte ! C’est un terroriste ! Qu’on l’abatte ! » et « N’attendez pas ! Abattez-le ! » On peut voir Alloun reculant devant la foule, le long des voies du métro léger deJérusalem. On peut ensuite voir les phares d’une voiture de police et on entend sept coups de feu. Alloun s’écroule. À aucun moment de la vidéo, il ne représente une menace pour qui que ce soit.

Wattan TV affirme que les faits se sont passés dans le quartier de Musrara, juste en dehors des murailles de la Vieille Ville, près de la Porte de Damas.

Tuez d’abord, posez les questions ensuite

On peut voir un policier – apparemment l’homme qui a tiré – s’approcher d’Alloun. En même temps, on entend des voix exubérantes crier : « Ouais ! Ouais ! Fils de pute ! » et « Wow ! » et« C’est un Arabe ! » « Mort aux Arabes ! » crient d’autres voix. Un policier demande alors : « Où sont les personnes blessées ? » Cela suggère que la police a tiré d’abord et a posé les questions après.

Ce fut une exécution de sang-froid à la demande d’une foule de lyncheurs. La chose a été confirmée par cette deuxième vidéo du même incident, publiée par Alkhaleej Online.

Elle montre la foule insistant pour qu’on abatte Alloun tout en le pourchassant. Le jeune Palestinien essaie de s’enfuir. Après que la police l’a abattu, on peut entendre un policier demander à une personne de la foule : « A-t-il poignardé quelqu’un ? » Le jeune Israélien répond que non.

Alors que l’on discute des détails des supposés coups de couteau et qu’on se demande si Alloun avait quelque chose à voir avec ça, il est une chose qui ne fait pas de doute et elle est visible sur la vidéo : Alloun a été abattu de sang froid par un policier répondant à la foule et, et nulle part sur la vidéo, on ne voit Alloun présenter de danger pour qui que ce soit.

[Vidéo] Une foule israélienne entonnant des chants de mort se réjouit de l’exécution d’un jeune Palestinien (Electronic Intifada)

Des amis et des proches du jeune Alloun ont déclaré sur le site d’information Qudsque le jeune homme avait une belle voix de chanteur. Il faisait souvent l’appel à la prière depuis la mosquée des Martyrs, dans le village d‘Issawiyeh, à la périphérie de Jérusalem.

La famille d’Alloun est victime depuis longtemps de la politique israélienne d’occupation à Jérusalem.Selon Quds, sa mère avait eu la permission de rentrer àJérusalem depuis laJordanie, où elle était allée après le décès de son père.Israël a refusé d’autoriser à la famille de se reconstituer, ce qui veut dire que Fadi et son père vivaient à Jérusalem, alors que la mère et Muhammad, le frère de Fadi, sont restés en Jordanie.

Des amis ont affirmé qu’Alloun était un garçon sensible et tranquille et qu’il n’avait jamais manifesté la moindre colère à l’égard de qui que ce soit.

La violence

L’exécution d’Alloun a eu lieu en pleine escalade de la violence israélienne dans ses attaques contre les Palestiniens suite aux meurtres récents de colons à Jérusalem et dans le reste de laCisjordanie.

Jeudi, en Cisjordanie occupée, deux colons avaient été tués par des coups de feu en provenance d’une voiture.

Samedi, Muhammad Halaby, un Palestinien de 19 ans, a poignardé à mort deux Israéliens dans la Vieille Ville de Jérusalem. Nehamia Lavi, 41 ans, était rabbin dans l’armée israélienne etAaron Benita, 21 ans, était un soldat d’active. Lavi vivait à Jérusalem-Est occupée et Benitadans la colonie cisjordanienne de Beitar Illit.

Les médias palestiniens et israélierns ont fait état d’une grave escalade ces tout derniers jours dans les attaques contre les Palestiniens et leurs propriétés en Cisjordanie par les forces d’occupation et les colons israéliens.

La Société du Croissant-Rouge palestinien a déclaré « l’état d’urgence » ce dimanche dans toute la Cisjordanie, suite à la recrudescence des attaques par les soldats et colons israéliens.

La société à déclaré qu’elle avait dénombré ces 72 dernières heures pas moins de 14 agressions contre les gens de ses équipes médicales et contre ses ambulanciers. Elle a ajouté à l’adresse de l’agence de presse Ma’an que 96 Palestiniens avaient été blessés par des tirs israéliens à balles réelles, ou à balles en acier enrobées de caoutchouc ou encore par d’autres armes, et ce, entre samedi et dimanche soir.

Dans le village de Burin, dans le nord de la Cisjordanie, des Palestiniens ont dû défendre leurs maisons après que des colons israéliens avaient incendié des arbres et des plantations du village et qu’ils avaient jeté des pierres et des bouteilles en direction des résidents.

Haut de page