Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Burkina: deux ex-ministres de Compaoré favoris pour lui succéder (AFP)

par Romaric Ollo HIEN 28 Novembre 2015, 13:34 Burkina Faso Elections Blaise Compaoré Roch Marc Christian Kaboré Zéphirin Diabré

Des militants brandissent des affiches à l'effigie du candidat Roch Marc Christian Kaboré, le 24 novembre 2015 à Ouagadougou | AFP/Archives | ISSOUF SANOGO

Des militants brandissent des affiches à l'effigie du candidat Roch Marc Christian Kaboré, le 24 novembre 2015 à Ouagadougou | AFP/Archives | ISSOUF SANOGO

Ironie de l'histoire: Roch Marc Christian Kaboré et Zéphirin Diabré, les favoris à la présidentielle de dimanche au Burkina Faso, première élection depuis la chute de l'ex-président Blaise Compaoré désormais honni, sont considérés comme des "produits" de ses 27 années au pouvoir.

Les deux hommes, que les observateurs voient s'affronter au second tour, sont des anciens barons du régime qui s'est écroulé à l'issue de l'insurrection d'octobre 2014 provoquée par la volonté de Compaoré de modifier la Constitution pour se maintenir au pouvoir.

Tous deux, spécialistes en économie, il sont en lice avec 12 autres candidats dont l'ancien ministre des Affaires étrangères, Ablassé Ouédraogo, autre figure du "Compaorisme".

Roch Marc Christian Kaboré, banquier de 58 ans au physique imposant, a été un apparatchik du régime qui a connu une ascension fulgurante. Il n'a abandonné le "beau Blaise" qu'en janvier 2014, dix mois avant sa chute.

Plusieurs fois ministre, M. Kaboré a été Premier ministre de Compaoré. Député du parti présidentiel, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), il en a été le patron pendant plus de dix ans.

Ce personnage affable est présenté comme un homme modéré adepte du consensus. Ses détracteurs l'accusent de manquer de personnalité.

Alors considéré comme le plus probable successeur de Compaoré, M. Kaboré est brusquement tombé en disgrâce en 2012.

Ce catholique pratiquant a claqué la porte du CDP en janvier 2014 pour fonder le Mouvement du peuple du progrès (MPP) avec d'autres anciens caciques du régime.

Kaboré avait été un défenseur invétéré du projet de modification de la Constitution qui devait permettre à Compaoré de briguer un nouveau mandat. Il avait même déclaré que l'interdiction de la modifier était "antidémocratique"...

Lire la suite

commentaires

Haut de page