Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce qui a précédé les attaques de l'Etat islamique en France: le soutien militaire et financier de François Hollande aux rebelles syriens et à l'Arabie saoudite principal soutien de l'EI (Moon of Alabama)

par Moon Of Alabama 15 Novembre 2015, 12:19 Attentat Paris François Hollande France Syrie Terrorisme EI Arabie Saoudite Articles de Sam La Touch

Ce qui a précédé les attaques de l'Etat islamique en France
Article originel : What Preceded The Islamic State Attacks In France
Moon Of Alabama*

Traduction SLT

Suite à ce qui est arrivé la nuit dernière : au moins 120 morts dans des attentats à Paris, Hollande a déclaré l'état d'urgence.

Des hommes armés et équipés de bombes ont attaqué des restaurants, une salle de concert et un stade de sport à divers endroits de Paris vendredi, tuant au moins 120 personnes dans un déchaînement meurtrier que le président François Hollande a qualifié d'attaque terroriste sans précédent.

L'État islamique a revendiqué la responsabilité (version anglaise) de l'attaque.

Mais qui a militarisé et financé l'État islamique ou ses organisations antérieures en Syrie et en Irak à partir de laquelle cette attaque terroriste a pu s'effectuer ? Est-ce que cette planche de bande dessinée est justifiée (voir ci-dessous) ?

Ce qui a précédé les attaques de l'Etat islamique en France: le soutien militaire et financier de François Hollande aux rebelles syriens et à l'Arabie saoudite principal soutien de l'EI (Moon of Alabama)

Il faut considérer que :

En 2012 - Hollande a admis avoir armé les rebelles syriens en violation de l'embargo

Le président français a admis livrer des armes aux rebelles syriens durant la période de l'embargo de l'UE, selon un nouveau livre sur le point d'être publié en France.

Les livraisons ont eu lieu en 2012, avant que l'embargo ait été annulé en mai 2013, selon l'interview en 2014 de François Hollande par le journaliste et écrivain Xavier Panon. "Nous avons débuté (les livraisons d'armes) une fois que nous étions certains qu'elles finiraient dans de bonnes mains. Pour les armes létales c'était nos services qui les délivraient" a déclaré Hollande au journaliste-écrivain...


WASHINGTON - La plupart des armes expédiées à la demande de l'Arabie saoudite et du Qatar aux groupes rebelles syriens qui combattent le gouvernement de Bachar al-Assad parviennent au front extrémiste des djihadistes islamiques, et non aux groupes d'opposition les plus laïques que l'Occident veut renforcer, selon des responsables étatsuniens et des diplomates du Moyen-Orient.


La France est apparu comme le bailleur de fonds le plus important de l'opposition armée de la Syrie et finance à présent directement les groupes rebelles autour d'Alep dans le cadre d'une nouvelle offensive pour renverser le régime d'Assad assiégé.

Selon des sources diplomatiques, de grosses sommes d'argent ont été données, à la frontière turque, par les mandataires du gouvernement français aux commandants rebelles le mois dernier. L'argent a été utilisé pour acheter des armes à l'intérieur de la Syrie et pour financer des opérations armées contre les forces loyalistes.


Le président François Hollande a déclaré jeudi que la France avait livré des armes aux rebelles qui luttent contre le régime syrien de Bachar al-Assad "il y a quelques mois."

  • En novembre 2015


Murad Gazdiev @MuradoRT

Murad Gazdiev @MuradoRT  Un lanceur de roquettes APILAS fourni aux rebelles #syriens est tombé dans les mains de # de l'Etat islamique. Les photos de #Deraa, #Sud de la Syrie. 12h09 - 6 novembre 2015

Murad Gazdiev @MuradoRT Un lanceur de roquettes APILAS fourni aux rebelles #syriens est tombé dans les mains de # de l'Etat islamique. Les photos de #Deraa, #Sud de la Syrie. 12h09 - 6 novembre 2015


Deux des factions les plus efficaces combattant les forces d'Assad sont les groupes extrémistes islamistes : de Jabhat al-Nosra et de l'Etat islamique d'Irak et de Syrie (EIIL ou bien EI), dont le dernier a maintenant conquis de grandes zones de territoires en Irak et menace de déstabiliser davantage l'ensemble de la région. Et ce succès est en partie dû à l'appui qu'il a reçu de deux pays du Golfe : le Qatar et l'Arabie saoudite.

Les largesses militaires et économiques du Qatar ont profité à Jabhat al-Nosra, au point qu'un officiel qatari important m'a dit qu'il pouvait identifier les commandants d'al-Nosra par les blocs qu'ils contrôlent dans diverses villes syriennes. Mais l'EI est une autre affaire. Comme un responsable qatari important l'a déclaré . "l'EI est un projet saoudien".

La France a bénéficié dans son soutien pour le projet de changement de régime voulu par les Etats-unis et l'Arabie Saoudite (et d'Israël, NdT) en Syrie et en Irak de l'obtention d'énormes commandes de matériel militaire de la part des régimes wahhabites.


Le Qatar a accepté d'acheter 24 avions de chasse Rafale construits par Dassault dans un contrat de 6,3 milliards d'euros, a déclaré le gouvernement français jeudi, alors que cet état du Golfe arabe cherche à augmenter sa puissance de feu militaire dans une région de plus en plus instable.


Le ministre des Affaires étrangères saoudien Adel Al-Jubair a déclaré lors d'une visite historique du prince héritier Salman bin Mohammed à Paris que l'Arabie saoudite et la France ont convenu mercredi de signer des transactions pour 12 milliards de dollars.

Même après il est devenu évident pour tout le monde que le projet de changement de régime en Syrie a conduit à une expansion du terrorisme tandis qu'Hollande exigeait la fin de l'Etat syrien.


Le Président François Hollande devant l'Assemblée générale des Nations Unies a déclaré lundi que son pays allait "assumer ses responsabilités" dans les efforts mondiaux visant à mettre fin aux combats en Syrie, mais que le conflit ne pourrait être résolu que si le président Bachar al-Assad était écarté du pouvoir.


Mais Hollande peut-il vraiment changer son fusil d'épaule à présent ?

* Blog d'information alternatif

Haut de page