Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Investiture d'ADO : Washington pousse Paris hors de la photo (LdC)

par Lettre du Continent 11 Novembre 2015, 19:12 USA Côte d'Ivoire France Françafrique Américafrique Ouattara Concurence

L’investiture d’Alassane Ouattara a donné lieu à une démonstration des Etats-Unis face aux autorités françaises, totalement fantomatiques.

L’investiture d’un président ivoirien aurait, en d’autres temps, fait déplacer au minimum le chef de la diplomatie française. En 2011, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé avaient ainsi représenté Paris à Yamoussoukro au moment où Alassane Ouattara entamait son premier mandat. En revanche, le 3 novembre, pas un seul conseiller de François Hollande, ni le moindre sous-secrétaire d’Etat, n’a jugé utile de se rendre à Abidjan pour assister à l’investiture du président sortant, vainqueur au premier tour le 25 octobre.

Alors que l’Elysée s’est retranché derrière le fait de n’avoir reçu aucune invitation des autorités ivoiriennes, les Etats-Unis ont été beaucoup plus audacieux en envoyant une importante délégation emmenée par Thomas A. Shannon, conseiller au département d’Etat. Ce dernier était accompagné de Linda Thomas-Greenfield, sous-secrétaire d’Etat chargée des affaires africaines, et de Terence P. McCulley, l’ambassadeur à Abidjan. Ces derniers ont pris l’initiative de leur présence. Paris n’a été représenté qu’au niveau diplomatique par l’ambassadeur Georges Serre.

Enjeux économiques

L’offensive de Washington - l’ambassadeur McCulley a convoqué une conférence de presse relative à cette investiture le même jour dans l’après-midi - intervient au moment où la Côte d'Ivoire est placée au cœur des activités stratégiques des Etats-Unis. L’US Naval Forces Africa (Navaf) prévoit ainsi d’utiliser la base navale de la capitale économique, gérée par la société Carena, filiale de Bolloré, pour la maintenance et les réparations de ses navires militaires opérant dans l’océan Atlantique. Depuis plusieurs mois, Terence P. McCulley travaille avec les autorités du pays à la mise à niveau des installations portuaires en vue d’accueillir ces bâtiments en toute sécurité. Ce chantier a été confié par Hien Sié, DG du Port autonome d’Abidjan (PAA), à Port sécurité, la société chargée d’assurer la sûreté de l’enceinte portuaire. Washington devrait dépêcher une mission d’inspection en février pour évaluer l’avancement de ce projet.

En matière de business, le géant américain General Electric devrait participer au consortium devant financer la construction de la centrale thermique de Songon (375 MW), près d’Abidjan. Les investissements sont estimés à 500 millions €. Pour sa part, le groupe Hilton doit lancer prochainement les travaux d'un établissement cinq étoiles dans le quartier du Plateau.

* Lettre d'information sur les relations internationales et économiques avec l'Afrique

commentaires

Haut de page