Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Chinafrique fait sa révolution (JAI)

par JAI 18 Novembre 2015, 08:19 Chinafrique Economie Afrique

L'empire du Milieu est en pleine mutation. Pour continuer à profiter de sa croissance, les pays africains devront s'adapter. Et devenir des industriels à bas coût.

La Chine et son économie changent. Sa croissance n’atteindra plus les sommets de 2005-2007, quand elle flirtait avec les 15 % de hausse. Le rythme actuel de progression de son PIB, entre 6 % et 7 % – environ 6,8 % en 2015, selon le FMI -, devrait perdurer jusqu’à 2020. En valeur, cela correspond à une augmentation annuelle équivalant à plus de deux fois le PIB du Nigeria (573,9 milliards de dollars en 2014, d’après le FMI).

La deuxième économie mondiale n’est ni en stagnation ni en récession. Selon tous les spécialistes, elle est avant tout en mutation. Les investissements publics – qui portaient jusqu’ici l’embellie chinoise – ont atteint un plafond jusque-là intouché dans le monde (53 % du PIB en 2014), alors que la consommation des ménages est faible (30 % du PIB) comparée à celle des autres pays émergents, d’après les analystes de Citigroup.

Ce déséquilibre, qui date des années 2000, a entraîné des inégalités devenues insupportables, estiment les autorités communistes, qui viennent de dessiner les contours de leur prochain plan quinquennal de développement. Les dirigeants chinois sont déterminés à changer de modèle et à augmenter le niveau de vie de leurs concitoyens en positionnant leurs entreprises sur des segments à plus forte valeur ajoutée, ce qui permettrait une meilleure répartition des fruits de la croissance.

La « bascule » chinoise

Les réformes du régime des retraites, du contrôle des prix, la libéralisation des taux d’intérêt prouvent – pour les analystes de Citigroup comme pour ceux de Goldman Sachs – que l’heure de la « bascule » chinoise a sonné. Un peu plus modeste, sa croissance sera davantage portée par la consommation des ménages et non plus par les investissements, dont l’efficacité s’est révélée limitée ces dernières années.

« La Chine reste la locomotive économique du monde, avec plus de 6 % de croissance, mais elle ne sera plus l’usine du monde », analyse le chercheur français Jean-Joseph Boillot, associé au club du Centre d’études prospectives et d’informations internationales (Cepii). Selon lui, cette transition prendra plusieurs années : les dépenses de santé et d’éducation sont encore nettement insuffisantes et la consommation ne peut pas vraiment décoller. Mais, à terme, les pays africains qui veulent continuer à profiter de la croissance chinoise devront se repositionner pour rester intégrés dans la chaîne d’approvisionnement, en particulier en devenant à leur tour des industriels à bas coût, et non plus de simples producteurs de matières premières.

« Dix années ininterrompues de forte croissance de la demande chinoise ont été perdues par les États africains », regrette un expert.

Pour Goldman Sachs, les marchés seront profondément modifiés dans les années à venir : la demande chinoise portera moins sur les matières premières liées aux investissements – tels les métaux de base (fer et cuivre notamment), l’acier et le ciment – et davantage sur les denrées alimentaires, ainsi que sur les produits raffinés ou l’aluminium, fortement connectés à la consommation des ménages.

Les pays africains qui ont basé leur développement sur la voracité chinoise à l’égard des matières premières non transformées sont ainsi menacés. « Dix années ininterrompues de forte croissance de la demande chinoise ont été perdues par les États africains qui, pour beaucoup, n’ont guère avancé dans leur transformation et leur industrialisation ! » se désole Christopher Alden, professeur à la London School of Economics et spécialiste des stratégies des pays émergents en Afrique.

Certains États du continent sont déjà frappés par la chute des cours du pétrole, du fer, du cuivre, du manganèse, malmenés par les incertitudes portant sur la demande chinoise. Ils commencent à payer cher leur « surdépendance ». C’est le cas par exemple de la RD Congo et de la Zambie, les deux premiers producteurs africains de cuivre. Ou de la Mauritanie, dont le fer est le principal pourvoyeur des recettes de l’État.

Incompréhensions culturelles

Pour Magnus Ericsson, directeur associé de SNL Metals & Mining, la conjoncture minière actuelle, caractérisée avant tout par une surcapacité des groupes miniers, va changer.

Les prix du cuivre et du fer devraient remonter à moyen terme, après un arrêt des projets (parfois africains) les moins rentables. Et la place des Chinois dans l’achat de minerais demeurera primordiale, avec 43 % de la demande mondiale en métaux de base (fer, cuivre, acier, aluminium, manganèse). En revanche, prévient l’analyste suédois, bon connaisseur de l’Afrique, leurs régions de prédilection et leurs modalités d’intervention vont nécessairement évoluer.

Les entreprises chinoises peinent à devenir de véritables opérateurs miniers.

La raison ? « La plupart des tentatives des Chinois pour mener eux-mêmes des projets miniers sur le continent se sont soldées par des échecs en raison d’incompréhensions culturelles, mais aussi d’insuffisances logistiques », estime Magnus Ericsson. Le projet de fer Tonkolili en Sierra Leone, à l’arrêt aujourd’hui, ou celui de Belinga au Gabon, repris par les autorités faute d’avancée des travaux et de respect de l’environnement, en sont des illustrations criantes.

Les Chinois restent les plus grands acheteurs de minerais de la planète, mais les entreprises de l’empire du Milieu peinent à devenir de véritables opérateurs miniers, et dépendent encore des grands groupes anglo-saxons du secteur.

D’après les calculs de SNL Metals & Mining, « en 2013, seulement 1 % ou 2 % de la part de la production minière africaine était contrôlée par les Chinois sur le continent, contre environ 25 % pour une société comme AngloAmerican ». Les Chinois pourraient désormais préférer des régions plus proches, notamment en Asie centrale ou en Indonésie, voire en Australie, riches en minerais et en pétrole, et situées sur les nouvelles voies commerciales promues par les autorités pékinoises.

Loin de l’accaparement des terres

Dans le secteur agricole aussi, « la Chinafrique » est loin d’avoir atteint des résultats mirifiques, malgré un intérêt majeur des groupes chinois pour le continent au début des années 2000.

« Nous avons étudié une soixantaine de projets agricoles menés par des sociétés chinoises sur le continent, représentant environ 6 millions d’hectares de terres, indique Deborah Brautigam, professeure à l’université américaine Johns-Hopkins, qui vient de publier L’Afrique nourrira-telle la Chine ? En fait, seuls 240 000 hectares sont vraiment cultivés aujourd’hui par des sociétés chinoises, le plus souvent privées et orientées vers le marché local, et non vers l’export dans l’empire du Milieu. On est bien loin de l’accaparement des terres fantasmé par les médias occidentaux ! »

Pékin n’a pas de plan pour que l’Afrique nourrisse la Chine à son propre détriment, rappelle Deborah Brautigam

La chercheuse américaine se montre dubitative quant à la capacité du continent à accueillir, à moyen terme, de grands projets agro-industriels tournés vers la Chine. Et ce, même si Goldman Sachs prédit une augmentation des importations chinoises de denrées alimentaires. « Les autorités savent que l’Afrique n’arrive pas à se nourrir elle-même. Elles n’ont pas conçu de plan pour qu’elle nourrisse la Chine à son propre détriment. Elles sont suffisamment habiles politiquement pour comprendre que ce sujet est sensible. Et préfèrent pour le moment importer des denrées alimentaires du Brésil, d’Argentine, d’Australie ou des États-Unis », explique la professeure Brautigam...

Lire la suite

commentaires

Haut de page