Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La France inaugure le site Balard du ministère de la Défense à 4,2 milliards d'euros (WSWS)

par Kumaran Ira 13 Novembre 2015, 08:01 France Depense Ministere de la Defense Finance Balard

Le 5 novembre, le président français François Hollande, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, et plusieurs généraux ont inauguré un énorme complexe du ministère de la défense d’une valeur de 4,2 milliards d’euros dans le quartier Balard du sud de Paris Le nouveau bâtiment, l'« Hexagone-Balard », est surnommé le Pentagone français.

Le bâtiment, qui occupe 42 hectares, l’équivalent de 22 terrains de football, a des murs conçus pour résister à des tirs de missiles et une salle d’opérations souterraine hautement sécurisée. Il regroupe le ministère de la Défense, les chefs d’état-major des forces armées (armée de terre, armée de l’air et marine, ainsi que l’agence d’approvisionnement et de technologie responsable de la gestion des programmes, le développement et l’achat des systèmes d’armes pour l’armée française).

Ce complexe somptueux peut accueillir environ 9300 militaires et personnels civils. Son inauguration était « un événement majeur pour notre pays et c’est également une étape historique pour le ministère de la Défense, enfin regroupé sur un site unique pour mener ses missions », a déclaré Hollande.

Hollande s’est enorgueilli que le bâtiment « doit être l’un des plus protégés de France. Il faut bien en comprendre les raisons : ici, c’est l’essentiel qui se joue, c’est la défense de notre pays. Sous ces étages, enterré, il y a le centre de planification et de conduite des opérations, je viens de le visiter. Car Balard est le centre de commandement de nos opérations militaires. »

Comme sa force économique et industrielle s’effondre, l’impérialisme français cherche à défendre ses intérêts par l’escalade de ses opérations militaires et les guerres. S’étant rendu lui-même profondément impopulaire par ses attaques sur les emplois et les dépenses sociales, le Parti socialiste (PS) de François Hollande lance une série d’aventures militaires à l’étranger. Il vise à imposer des régimes néocoloniaux dans une grande partie de l’ancien empire coloniale français, tout en se renforçant dans les sondages avec quelques succès militaires, pour pouvoir continuer ses attaques sociales.

Depuis qu’Hollande est arrivé au pouvoir en 2012, le PS a intensifié les opérations militaires en Afrique, notamment au Mali et dans toute la région du Sahel, ainsi qu’en Centrafrique et au Moyen-Orient, où la France mène des frappes aériennes aux côtés des États-Unis en Irak et en Syrie. Cet assaut impérialiste n’a pas seulement rendu Hollande plus impopulaire, mais il a également créé des difficultés opérationnelles pour les forces armées françaises.

Le ministère français de la Défense a mentionné « Un besoin de rapprochement des états-majors, au profit des opérations […] Dès la guerre du Golfe, au début des années 90, dans une période marquée par une forte interarmisation [sic] des opérations et de la gestion des crises, ce besoin de rapprochement des états-majors et des directions centrales est identifié. Aujourd’hui l’Hexagone Balard en constitue la concrétisation. »

Le PS a salué le regroupement des quartiers généraux de l’armée terrestre, de l’armée de l’air et de la marine. Jean-Paul Bodin, secrétaire général pour l’administration du ministère de la Défense, a déclaré : « Cela nous permet d’être en contact avec l’autre bien plus facilement qu’avant et aussi de mobiliser le personnel plus rapidement en cas de besoin. »

L’escalade militaire à l’étranger va de pair avec un développement militaire permanent en France qui menace les droits démocratiques fondamentaux. Le gouvernement développe de façon spectaculaire des mesures dignes d’un État policier visant à intimider et réprimer le mécontentement social. Les forces armées et les services de renseignement jouent un rôle de plus en plus important dans la vie politique française.

Hollande accélère considérablement son utilisation des opérations clandestines d’assassinat extrajudiciaire ciblant des individus partout dans le monde au nom de la prétendue guerre contre le terrorisme.

En même temps, le gouvernement prévoit de maintenir indéfiniment les 10.000 troupes déployées à travers la France après l’attentat du 7 janvier contre les bureaux de Charlie Hebdo, et une nouvelle loi draconienne de surveillance donne à l’état de vastes pouvoirs pour espionner l’ensemble de la population.

Hollande lui-même a déclaré très clairement, « Sans force militaire fiable, nous ne pouvons agir politiquement. »

Le ministère de la Défense a déclaré que l’un des principaux objectifs du nouveau bâtiment est de « conseiller le gouvernement sur les opérations militaires et de proposer des options stratégiques au président de la République. »

L’inauguration de ce somptueux complexe militaire montre que les affirmations du PS et de l’ensemble de la classe politique selon lesquels ils réduisent les services sociaux parce qu’il n’a pas d’argent, sont des mensonges réactionnaires. En fait, le gouvernement a dépensé plus de 4 milliards d’euros pour l’Hexagone-Balard qui prépare des opérations contre la population de France et du monde.

Le coût total du contrat de 4,2 milliards d’euros sera payé par le ministère de la Défense entre 2014 et 2041 soit un coût annuel de 150 millions d’euros. Cet argent, sans aucun doute, sera extrait par de nouvelles réductions des dépenses sociales essentielles pour les travailleurs.

Le projet Hexagone-Balard, lancé par l’ancien président conservateur Nicolas Sarkozy en 2009, est un gâchis énorme mais très profitable pour les entreprises qui l’ont construit. Le consortium qui a construit le complexe comprenait la société de construction et de télécommunications Bouygues, la société de défense et de l’électronique Thales ; Sodexo et Axa Real Estate, employant plus de 1500 travailleurs.

La construction de l’Hexagone-Balard baigne dans le scandale. Des soupçons de corruption et de favoritisme dans les appels d’offres pour les contrats de construction ont conduit à une enquête et l’inculpation de trois personnes, dont un officier militaire et un dirigeant de Bouygues.

Le magazine économique Challenges a cité l’exemple d’une facture de « 2274 euros pour l’installation de deux prises de courant… Ces deux fameuses prises de courants, par exemple, faisaient partie d’un devis pour l’installation d’une imprimante et d’un scanner chiffré à 13 613,21 euros. »

Challenges a cité un agent qui a dit avec ironie, « À ce prix-là, ça doit être un scanner doré à l’or fin 18 carats voire platine, serti de diamants, saphirs, rubis et émeraudes. »

Haut de page