Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lors d'une conférence de presse avec Hollande, Poutine accuse Obama d'avoir fait fuiter les détails du vol du bombardier russe en Turquie (Zero Hedge)

par Tyler Durden 28 Novembre 2015, 06:43 Poutine Erdogan Avion abattu Russie Turquie USA Obama Su-24 Articles de Sam La Touch

Poutine accuse Obama d'avoir fait fuiter les détails du vol (du bombardier russe) en Turquie
Article originel : Putin Accuses Obama Of Leaking Flight Details To Turkey After Russia
By Tyler Durden
Zero Hedge

Traduction SLT

Comme cela a été signalé il y a deux jours, l'une des premières décisions qu'a prise une Russie très en colère à la suite de l'attaque contre son Su-24 par un F-16 turc a été d'envoyer un croiseur lance-missiles Moskva au large des côtes syriennes afin de fournir une couverture aérienne pour ses avions de chasse près de Lattaquié, ainsi que d'envoyer un nombre inconnu de S-400 ultramoderne à Lattaquié pour s'assurer que l'incident tragique du mardi ne se répète jamais en envoyant à la Turquie un message très clair que la prochaine fois qu'un avion de guerre turque s'engage contre un avion de chasse russe, la Russie prendrait immédiatement des mesures de rétorsion à l'aide de ses forces terrestres.

Plus tôt, la Russie a fait une démonstration très explicite du déploiement d'au moins deux batteries de S-400 sur la base aérienne de Khmeimim en Syrie, avec le ministère russe de la Défense faisant la publicité de l'arrivée avec le clip ci-dessous.

Lors d'une conférence de presse avec Hollande, Poutine accuse Obama d'avoir fait fuiter les détails du vol du bombardier russe en Turquie (Zero Hedge)

Avec une portée de 250 miles, le S-400 pourrait facilement frapper des cibles turques, tel que montrées sur la carte ci-contre, la Russie pourrait même viser des cibles au nord d'Israël. Tel qu'évoqué par The Independent, Nick de Larrinaga, le rédacteur en chef du magazine européen du magazine de défense IHS Jane, a déclaré que cela marquerait "une augmentation significative" des capacités russes de défense aérienne. "Le message que les Russes essaient d'envoyer est qu'ils sont capables de se défendre en Syrie, en cas d'aggravation de la situation."

Inutile de dire que les États-Unis n'ont pas été enthousiastes et plus tôt aujourd'hui l'ambassade US à Moscou a déclaré que "le déploiement russe du système de défense aérien S-400 en Syrie n'aiderait pas à la lutte contre l'État islamique, le diplomate étatsunien ajoutant que les USA ont l'espoir que la Russie n'utilisera pas le système pour cibler les avions pilotés par la coalition internationale car l'Etat islamique (EI) n'a pas de force de l'air. " De toute évidence, il s'agit d'un avertissement à Poutine de ne pas oser utiliser les missiles contre les avions de chasse de la Turquie ou d'autres pays de la coalition.

Alors, quelle est l'intention de Poutine au travers de l'escalade du déploiement militaire des armes russes en Syrie ? Il a expliqué sa pensée il y a quelques heures au cours de sa conférence de presse avec François Hollande. En répondant à une question posée par un journaliste français du journal Le Monde, M. Poutine a déclaré ce qui suit :

"Le S-400 est un système de défense aérien. La raison pour laquelle nous ne possédions pas de tel système en Syrie est parce que nous pensions que nos avions volaient à assez haute altitude où un terroriste ne pouvait pas les atteindre. Ils ne disposent pas des armes capables d'abattre nos avions à l'altitude de plus de 3 ou 4 mille mètres. Et nous n'aurions jamais pensé que nous pourrions être poignardé dans le dos par un pays que nous considérions comme notre allié. Nos avions à des altitudes de 5-6,000 mètres n'étaient pas complètement protégés contre les attaques potentielles provenant des avions de combat - nous n'aurions jamais imaginé que cela pourrait être possible sinon nous aurions déployé ces systèmes dans le domaine de la protection de nos bombardiers contre de possibles attaques".

...

"Nous ne l'avions pas fait parce que nous considérions la Turquie comme notre amie, nous ne nous attendions pas à une attaque de ce côté. Voilà pourquoi nous considérons cette attaque comme celle d'un traître. Mais maintenant que nous savons que cela est possible, nous devons protéger nos avions. Voilà pourquoi nous avons déployé un système moderne, le S-400, il a une assez longue plage d'action et il s'agit d'un des systèmes les plus efficaces de ce genre dans le monde, nous ne nous arrêterons pas là : si cela est nécessaire nous allons également déployer nos avions de chasse dans la région".

En clair, un autre engagement direct par un chasseur turque serait son dernier, et en fait maintenant que la Russie est prête, nous ne serions pas du tout surpris de voir la Russie traverser l'espace aérien turque dans le but simplement de provoquer Erdogan à répéter les événements de la semaine dernière, mais cette fois avec la possibilité pour la Russie d'être prêt à riposter à tout engagement. En fait, les chances que la Russie le fasse dans les prochains jours sont particulièrement élevées.

Mais alors que la raison derrière le déploiement des S-400 était largement connu de la plupart, là où la conférence de presse de Vladimir Poutine a pris un tour inattendu est ce qu'il a évoqué vers 20'30", en effet Poutine a accusé les Etats-Unis d'avoir fait fuiter les coordonnées de l'avion russe en Turquie qui dans le cas présent s'est simplement comportée en un tueur à gages agissant avec la bénédiction du Pentagone.

Voici ce qu'à déclaré Poutine :

"Nous avions déclaré à l'avance à nos partenaires étatsuniens où, quand et à quelles altitudes nos pilotes allaient manoeuvrer. La coalition menée par les USA, qui comprend la Turquie, était au courant du moment et du lieu où nos avions allaient manoeuvrer. Et cela est exactement à l'endroit et au moment où nous avons été attaqués. Pourquoi partageons nous cette information avec les Etatsuniens ? Soit ils ne contrôlent pas leurs alliés, soit ils transmettent juste cette information sans se rendre compte des conséquences que de telles actions pourraient avoir. Nous allons avoir un conversation sérieuse avec nos partenaires étatsuniens".

En d'autres termes, tout comme dans le tragique bombardement de l'hôpital de Kunduz par les forces US (qui ont maintenant été attribués à une erreur humaine), cette fois la cible était un avion russe ce que les États-Unis savaient bien à l'avance, qui a été ciblé non par les États-Unis eux-mêmes, mais par un membre de l'OTAN et de l'alliance avec les Etats-Unis, la Turquie.

Et tandis que le déploiement des missiles SAM russes était déjà connu, le vrai message d'aujourd'hui, celui qui sera le thème d'une "conversation sérieuse avec les partenaires étatsuniens de la Russie" en privé, est que Poutine accuse indirectement Obama pour ce qui est arrivé mardi se rendant compte que M. Erdogan était simplement un "exécutant", celui qui est simplement motivé pour protéger les routes du pétrole de l'État islamique (et de son fils).


La conférence de presse entière de Poutine et Hollande est disponible ci-dessous; la discussion du déploiement des S-400 russe débute à 17'30" :

commentaires

Haut de page