Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ruée vers l’or dans le sud algérien (Mondafrique)

par Chawki Amari 4 Novembre 2015, 11:17 Algérie Or Ruee

Ruée vers l’or dans le sud algérien (Mondafrique)
Ruée vers l’or dans le sud algérien
Par Chawki Amari
Mondafrique *

Dans le Sahara algérien, des chasseurs d'or clandestins venus du Mali, du Niger ou du Ghana affluent en grand nombre à la recherche du métal précieux dont le cours atteint aujourd'hui des sommets. A leurs risques et périls.

Tamanrasset, en plein désert, capitale du Hoggar, à 2000 kilomètres au Sud d’Alger. C’est la ville la plus cosmopolite du pays, rassemblant près d’une quarantaine de nationalités, essentiellement africaines, constituant 20% de la population locale. A l’un des postes de gendarmerie de la ville, des Nigériens, Maliens et Algériens sont menottés et une caméra de la télévision nationale les filme de dos. A leurs pieds, des détecteurs d’or mais pas de trace du précieux métal.

Eldorado clandestin

Depuis quelques mois, des groupes sont régulièrement arrêtés, extracteurs clandestins armés de matériel lourd. Il ne s’agit pas d’orpaillage dans les rivières car nous sommes bien dans un désert mais d’extraction pure et dure, et depuis quelques temps, ce ne sont plus des détecteurs saisis et des dizaines de grammes du métal précieux mais d’une véritable industrie, 4X4, marteaux piqueurs et groupes électrogènes. Dans le Hoggar ou le Tassili N’Ajjers voisin, deux anciens socles géologiques recelant de précieuses matières, c’est la ruée, le cours de l’or ayant atteint des sommets en ces temps de crise financière internationale. La tâche a l’air aussi simple que complexe, prospecter dans des territoires désertiques aussi grands que la France et l’Espagne réunis, poussé par les légendes et rumeurs de découvertes fabuleuses qui alimentent les conversations à Tamanrasset. On parle de kilos, de filons et de trésors, là où les officiels annoncent une teneur maximale de 18 grammes par tonne. Qui a raison ?

L’Afrique des matières premières

De Tamanrasset, le Mali n’est qu’à quelques kilomètres, ce même pays, troisième producteur d’or en Afrique derrière l’Afrique du Sud et le Ghana, ce qui représente pour lui 70% des ses exportations. Au Mali, la récolte artisanale de l’or est un très vieux métier et on y raconte encore l’histoire du roi Kankou Moussa qui en partant à la Mecque, avait emporté 8 tonnes d’or provenant de l’orpaillage traditionnel qu’il a distribuées sur son chemin, faisant baisser le cours au passage. Si le Mali possède actuellement 7 mines en exploitation et compte en ouvrir 6 autres au courant de l’année prochaine avec les Canadiens, Australiens, Sudafricains et Chinois, la Mauritanie exploite aussi de l’or avec le Canadien Kinross à Inchiri dans la région d’Akjoujt.

Au Niger enfin, le site clandestin de Djado au Nord du pays, près de la frontière algérienne, attire quelques 10000 personnes venues de partout chercher fortune. C’est donc de par ce contexte géologique que l’Algérie, obnubilée par les hydrocarbures et en retard sur ses voisins par rapport à l’exploitation de matières précieuses, est devenue la nouvelle terre de l’Eldorado. C’est ainsi que les Maliens, Ghanéens et Nigériens, les plus expérimentés, s’associent aux Algériens pour extraire de l’or, même si la loi et les services de sécurité algériens sont beaucoup moins tolérants que leurs voisins. La technique est rudimentaire, casser des affleurements rocheux et broyer des tonnes de grès et de granites pour quelques grammes de bonheur. A 1000 dollars l’once (28 grammes environ), c’est la roue de la fortune.

Les bijoux d’Alger

Centre-ville, la Bourse d’Alger. Molle, inerte et sans intérêt particulier, elle représente une vague institution déconnectée du système financier international. L’immeuble est vide mais dehors, l’activité y est inversement proportionnelle. « Cassé, cassé », interpelle un jeune homme assis sur le mur de la Bourse en voyant une élégante dame ornée de bijoux passer devant lui. Il ne s’agit pas de casser quelque chose ou quelqu’un mais de récupérer de l’or cassé, c’est-à-dire bijoux d’occasion, bouts de métal jaune ou restes précieux pour les revendre au poids.

Comme partout ailleurs dans le monde, le cours de l’or a considérablement grimpé, représentant ici pour chaque once l’équivalent du salaire d’un cadre supérieur (4000 dinars le gramme, soit environ 35 euros). C’est d’ailleurs à Alger que la Sonatrach, exploitant d’hydrocarbures, a investit pour récupérer les actions de l’ENOR (entreprise nationale de l’or) en 2006 et xploiter avec l’Australien Gold Mining (GMA) un gisement à l’extrême-sud algérien, au bord de la frontière malienne. L’opération s’est avérée un échec, les deux mines de Tirek et Amesmessa, annoncées prometteuses par les officiels à 4 tonnes d’or par an ne produisent aujourd’hui plus un seul gramme, parasitées par de sombres affaires de malversations, ce que ne cesse de dénoncer l’ancien directeur de l’or pour Tamanrasset, Adila Kaoues, aujourd’hui à la retraite. L’intervention des Qataris et de l’ex-ministre de l’énergie Chakib Khelil (poursuivi par la justice), « la fuite des Australiens partis sans lâcher un dollar mais avec un bilan catastrophique a causé près d’1 milliard de dollars de pertes pour l’Algérie.» Adila Kaoues avait averti tout le monde en son temps de cette arnaque, y compris le ministre de l’énergie de l’époque, Chakib Khelil, qui lui aurait dit : « Tu as un salaire mensuel de 160.000 dinars [1000 euros], que veux-tu de plus ? De quoi tu te mêles ? »

Privés de désert

C’est tout le paradoxe, pendant qu’une mine d’or officielle dépose son bilan, les officieux activent partout. Dans les confins du Sahara, les Algériens, aidés par leurs voisins du Sud qui connaissent mieux ce métal précieux, s’emploient à déterrer l’or, faisant craindre aux services sécurité de Tamanrasset l’émergence d’une nouvelle mafia à l’image de celle des armes et de la drogue, pour du métal jaune non raffiné qui s’échange clandestinement à 20 000 euros le kilo. Au niveau règlementaire, seuls les Chinois s’en sortent, explorant un gisement à 100 kilomètres au Nord de Tamanrasset sur la faille de Sil Edrar, bien que personne n’ait de véritables détails sur cette opération.

En théorie, l’Algérie pourrait produire 4 tonnes d’or chaque année, ces mêmes 4 tonnes que le ministre des mines malien, Boubou Cissé, annonce comme extraites chaque année des rivières du Mali par orpaillage et qui échappent totalement à la fiscalité du pays. La loi minière algérienne est stricte, pas question, hors entreprise spécialisée, d’aller chercher et extraire de l’or tout seul. Il faut une concession, délivrée par le ministère, un permis d’exploration puis d’exploitation, avec la preuve d’une assise financière solide. Entretemps, le cours de l’or grimpe et grimpe sur fond de faillite financière mondiale, et de guerre planétaires probables pour s’emparer des stocks d’or. L’Algérie possède 174 tonnes d’or en lingots au niveau de sa banque centrale, soit 4,4% des réserves de la planète, à la 25ème place mondiale et à la 1ère au niveau africain, devançant l’Afrique du Sud et la Libye. Pour le reste, il faut creuser.

* Mondafrique fournit des analyses et des enquêtes sur la situation politique et économique des pays du Maghreb et de l’Afrique francophone, notamment la région sahélienne.

Haut de page