Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Accueil des réfugiés syriens au Canada : Redorer l’image du Canada tout en poursuivant la militarisation dans la perspective des guerres Otan ? (Mondialisation.ca)

par Jules Durfour 5 Décembre 2015, 21:02 Canada Migrants Syrie Refugies OTAN Impérialisme

Accueil des réfugiés syriens au Canada : Redorer l’image du Canada tout en poursuivant la militarisation dans la perspective des guerres Otan ? (Mondialisation.ca)

La venue annoncée de 25 000 réfugiés syriens a suscité beaucoup d’inquiétudes. Après dix ans d’une grande noirceur et d’une gouvernance décadente basée sur une vision géopolitique néolibérale exemplaire avec une image de plus en plus guerrière un retour à un comportement solidaire avec les autres peuples semblait difficile à concevoir. Le projet d’accueillir 25 000 réfugiés est apparu comme étant une bonne opportunité de redorer l’image du Canada. Le défilé des Premiers ministres provinciaux en conférence de presse a été conçu de manière à démontrer que des changements de mentalité s’étaient produits « tout d’un coup » coast to coast. Au cours de la dernière décennie nous avons assisté au Canada au profilage d’un pays de plus en plus fondu dans le moulage impérialiste des États-Unis. C’est encore dans ce contexte que le projet d’accueil de 25 000 réfugiés syriens au Canada a été placé sous la haute surveillance de Washington. Ainsi, le ministre de la Sécurité publique du Canada s’est fait le devoir de rassurer les États-Unis en les informant que le projet ne se fera pas aux dépends de la sécurité, Dans un communiqué, M. Goodale rapporte avoir eu une conversation téléphonique avec le secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis, Jeh Johnson, vendredi, au sujet du plan du nouveau gouvernement fédéral pour accélérer l’arrivée en sol canadien de réfugiés en provenance de la Syrie : « L’échéancier serré n’entravera aucunement la capacité du pays à sélectionner et à contrôler les réfugiés de façon appropriée, fait savoir le ministre et a dit avoir informé son homologue qu’il n’y aurait «aucun compromis» sur le plan de la sécurité (985fm.ca). On constate donc que le Canada est une composante soumise et aveugle de la forteresse étasunienne que constitue l’Amérique du Nord.

Figure 1. Les réfugiés syriens

Figure 1. Les réfugiés syriens

Figure 2 : Promesses d’accueil de réfugiés syriens par rapport à la population de chaque pays

Figure 2 : Promesses d’accueil de réfugiés syriens par rapport à la population de chaque pays

Naviguez dans la carte et cliquez sur les pays pour plus d’information. Pour voir la carte sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Source : http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2015/11/13/013-refugies-syriens-camps-accueil-pays-reponse-carte.shtml

Le plan national d’accueil

Le gouvernement fédéral a dévoilé mardi sa stratégie d’accueil de 25 000 réfugiés syriens au Canada.

Les principaux éléments du plan du Canada:

-5 phases au plan d’accueil: identification, traitement, transport, arrivée et intégration

-6 années prévues au plan financier

-678 millions $ estimés pour la totalité du programme, montant qui exclut l’aide aux provinces

-500 employés de tous les ministères travaillent sur le dossier des réfugiés à l’étranger

-10 000 réfugiés devraient arriver au Canada d’ici le 31 décembre 2015

-15 000 réfugiés de plus devraient arriver d’ici février 2016

-10 000 réfugiés seront parrainés de manière privée

-15 000 réfugiés seront parrainés par le gouvernement

Source: http://www.ckoi.com/national/nouvelles/le-plan-d-accueil-des-refugies-syriens-en-chiffres-748365.html

Tergiversations observées entourant l’échéancier et appréhensions liées au terrorisme

L’échéancier initial très serré du projet d’accueil s’est avéré controversé dès son annonce. Accueillir 25 000 réfugiés en quelques semaines a soulevé de fortes inquiétudes dans toutes les sphères d’activités liées à l’accueil des réfugiés à travers le pays. On a craint que des traitements de faveur et l’occupation d’emplois par les réfugiés pourraient ainsi porter préjudice aux chômeurs et aux plus défavorisés de la société.

Les maires des deux plus grandes villes du Québec ont mis en garde Ottawa contre l’accueil précipité des réfugiés qu’il a promis d’accepter lors de la campagne électorale – dont 5700 au Québec. Si le maire de Montréal, Denis Coderre, ouvre la porte à un report de l’échéancier du 31 décembre qui a été fixé, son homologue de Québec, Régis Labeaume, est plus tranchant, réclamait carrément une pause. « Il ne faut pas faire l’économie d’un processus serré de vérifications sur tous les aspects de la sécurité », a averti le maire Labeaume lors d’un point de presse, lundi après-midi, évoquant les attentats de Paris de la semaine dernière. « La population est très, très inquiète, je pourrais même dire qu’une peur est en train de s’installer », a affirmé le maire de Québec, où a été lancée une pétition pour la suspension du processus d’accueil (figure 3). « Il faut absolument viser l’acceptabilité de la population et surtout respecter les opinions de tout le monde – tant que ce n’est pas du racisme », a-t-il soutenu. Précipiter les choses ne fera pas « réussir l’opération, bien au contraire », a-t-il soutenu (sympatico.ca/actualites). D’autres manifestations d’inquiétudes se sont produites un peu partout à travers le pays, le tout amplifié par les attentats de Paris. Des propos ont été fréquemment tenus sur la crainte d’accueillir des terroristes ou des réfugiés potentiellement dangereux à l’instar de l’attitude manifestée par la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie et la Roumanie qui ont érigé ou érigeront des barrières sur leurs frontières.

Figure 3. Pétition contre l’immigration de réfugiés syriens au Canada

Accueil des réfugiés syriens au Canada : Redorer l’image du Canada tout en poursuivant la militarisation dans la perspective des guerres Otan ? (Mondialisation.ca)

Conclusion

Le Canada aurait pu rompre avec son passé récent en remettant en question de façon décisive et claire sa participation active dans les guerres qui affligent le Moyen-Orient et de consacrer désormais une grande partie du budget de la Défense aux opérations d’asile des réfugiés. Il a plutôt opté pour une poursuite des politiques du gouvernement conservateur qui n’a pas cessé de ternir l’image du pays en se pliant aux desiderata de Washington non seulement dans le domaine de la Défense mais aussi dans les orientations de sa politique étrangère. Donc, aucune remise en question des dépenses militaires, le tout en accord avec le lobby militaire très puissant qui dicte la conduite des membres de l’OTAN. Plus d’armements, plus de guerres et plus d’interventions analogues à son voisin du Sud. Aucun débat public sur la production des armements et sur leur exportation. Il y a lieu, enfin, de nous demander aussi ce que fait le Canada militaire en Ukraine avec sa mission d’entraînement d’une durée de deux ans. Un autre vestige de la gouvernance conservatrice.

Avec le nouveau gouvernement au pouvoir il faut faire vite afin de se démarquer du gouvernement précédent. Ce projet ne signifie pas que le Canada a changé tout d’un coup. Il a tout simplement vu dans ce projet une excellente opportunité de redorer son image. Il ne faut pas être dupe. Le Canada s’est militarisé au cours de la dernière décennie. Son budget de la Défense s’est accru considérablement et il a répondu aux attentes de Washington dans ce domaine. Son attitude de bon pays d’accueil est donc très intéressée. Aucune mise en relation entre l’afflux des réfugiés et les guerres qui sévissent au Proche-Orient. Nous gardons l’impression d’une opération de marketing visant à montrer soudainement l’image d’un pays empreinte de compassion pour les réfugiés et les plus démunis et d’une grande générosité alors que ce pays continue de collaborer avec les membres de l’OTAN dans une guerre qui dure depuis 2011.

Jules Dufour

Références

AFP – Genève. 2015. Dix-sept pays ouvrent leurs portes aux réfugiés syriens. LA PRESSE.CA. Le 1er octobre 2015. En ligne : http://www.lapresse.ca/international/dossiers/crise-dans-le-monde-arabe/guerre-civile-en-syrie/201310/01/01-4695158-dix-sept-pays-ouvrent-leurs-portes-aux-refugies-syriens.php

COGECO RADIO. 2015. Accueil de 25 000 réfugiés syriens: Ralph Goodale rassure les États-Unis. La Presse canadienne. Le 21 novembre 2015. En ligne : http://www.985fm.ca/national/nouvelles/accueil-de-25-000-refugies-syriens-ralph-goodale-747925.html

NPD. 2015. Le NPD propose un plan concret pour intervenir dans la crise des réfugiés. Le 3 septembre 2015. En ligne : http://www.npd.ca/nouvelles/le-npd-propose-un-plan-concret-pour-intervenir-dans-la-crise-des-refugies

PORTER, Isabelle. 2015. Réfugiés syriens: le Canada n’a pas droit à l’erreur. Journal Le Devoir, le 7 novembre 2015. En ligne : http://www.ledevoir.com/politique/canada/454647/refugies-syriens-le-canada-n-a-pas-droit-a-l-erreur

VASTEL, Marie. 2015. Réfugiés syriens. Ottawa et Québec sont conscients de la fragilité de l’appui populaire. Journal Le Devoir, le 2 décembre 2015, p. A 3.

Jules Dufour, Ph.D., C.Q., géographe et professeur émérite. Membre de l’Ordre National du Québec.

Chercheur-associé au Centre de recherche sur la Mondialisation, Montréal, Québec, Canada.

commentaires

Haut de page