Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bagdad menace Ankara de recourir si nécessaire à la force (OLJ)

par OLJ 31 Décembre 2015, 05:22 Turquie Irak Confrontation Tensions

L'Irak pourrait, en dernier recours, intervenir militairement pour se défendre face à l'intrusion de forces turques dans le nord de son territoire, a déclaré mercredi le ministre irakien des Affaires étrangères, Ibrahim al-Jaafari.


"S'il n'y a aucune autre solution que militaire, nous adopterons cette solution (militaire). Si nous sommes obligés de combattre et de défendre notre souveraineté et nos biens, nous combattrons", a-t-il dit à la presse à Bagdad.

Le déploiement de 150 militaires turcs ce mois-ci sur la base militaire de Bachika, dans le nord de l'Irak, a conduit Bagdad à accuser Ankara de violer sa souveraineté et à saisir le Conseil de sécurité des Nations unies.

La Turquie a retiré par la suite une partie de ses troupes, transférée vers une autre base située au Kurdistan autonome irakien, et a assuré qu'elle continuerait de se retirer de la province de Ninive où se trouve la base de Bachika, sans préciser combien d'hommes cela concernerait.

Le gouvernement irakien affirme de son côté qu'Ankara n'a pas respecté son engagement d'évacuer ses troupes du nord de l'Irak et Haïdar el-Abadi, le Premier ministre irakien, a demandé à la Turquie d'annoncer immédiatement que les soldats turcs quitteraient le pays.

Son homologue turc, Ahmet Davutoglu, l'a contacté pour rappeler l'engagement des deux pays en faveur d'une "coopération étroite en pleine coordination" contre l'Etat islamique, ont dit les services du Premier ministre turc.

Ahmet Davutoglu a profité de cet appel pour féliciter le gouvernement irakien après la reprise du centre ville de Ramadi, ont également indiqué ses services.

La Turquie explique avoir déployé une unité de protection dans le nord de l'Irak en raison de risques accrus pour la sécurité près de la base, où certains de ses militaires forment une milice irakienne à la lutte contre les djihadistes de l'Etat islamique.

Haut de page